Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Au 4e jour de sa visite à Gaza, le Cardinal Pizzaballa salue la force des chrétiens

Marie-Armelle Beaulieu
19 mai 2024
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Arrivé le jeudi 16 mai à Gaza, le cardinal est reparti ce dimanche, après un long moment de partage auprès de la communauté chrétienne. Entre messes, confirmations, jeux avec les enfants, temps de parole avec les adultes, bénédiction d'une boulangerie, le patriarche a voulu montrer son empathie et affirmer : "Vous êtes isolés, mais vous n'êtes pas seuls".


« Vous le savez, un des dons de l’Esprit saint, c’est la Force. La Force de l’Esprit ne doit pas être confondue avec le pouvoir. Vous êtes épuisés par la situation mais j’ai vu combien vous êtes forts. Durant toutes nos discussions pas une fois je n’ai entendu un mot de colère. C’est un signe de votre force. »

Au quatrième jour de sa visite à Gaza, c’est ainsi que s’est exprimé le patriarche des Latins, le Cardinal Pizzaballa, devant l’assemblée réunie à la messe dominicale en la fête de la Pentecôte.

Jeudi 16 mai, la nouvelle de l’entrée du prélat catholique à Gaza avait fait sensation. Deux jours avant le quartier de Zeitoun où se trouvent les locaux des paroisses catholiques et orthodoxes qu’il a visitées le jour même faisait l’objet d’intenses bombardements israéliens.

Lire aussi >> Le Patriarche de Jérusalem à Gaza : « Je voulais être avec notre communauté »

Rien n’a filtré jusqu’à ce jour des conditions de cette entrée et rien non plus n’avait été révélé de la durée de la visite. L’annonce d’une nuit passée à Gaza fut également une surprise. Il en aura en définitive passé trois. « Sa Béatitude n’a pu célébrer ni Pâques ni Noël, au moins saisit-il l’occasion de fêter la Pentecôte », commentait sobrement le chancelier du Patriarcat latin le père Davide Meli, pour Terre Sainte Magazine.

Pentecôte oblige, le Patriarche a même donné le sacrement de confirmation à George et Salamé, un peu surpris par la vigueur du soufflet qui suit la chrismation et qui leur fut asséné par un cardinal tout sourire, comme on pouvait le voir sur la vidéo de la célébration retransmise en direct.

Car toutes les informations sur la visite, sont celles que l’on peut extrapoler des vidéos et photos postées sur les comptes facebook de la paroisse et du curé enfin réuni à la communauté dont il a la charge.

⇓ Montage des vidéos postées par la paroisse ⇓

Après les visites des deux paroisses jeudi, les photos l’ont montré visitant l’école où toutes les salles de classe sont transformées en dortoir. En plus des célébrations eucharistiques quotidiennes, on l’a vu bénir les tombes des personnes de la paroisse décédées depuis le 7 octobre. Mais également assister aux jeux organisés pour les enfants, comme aussi animer un temps d’échange dans l’église avec les paroissiens.

500 chrétiens ont trouvé refuge dans la paroisse et de l’école qui lui est adjacente, parmi eux de nombreux enfants.

Préservé des bombardements, l’îlot de la paroisse offre une bulle dans la guerre « alors que pas une habitation du quartier n’est intacte », comme le patriarche en a témoigné dans son homélie. Un constat qu’il pu faire en se rendant à la paroisse orthodoxe, à un kilomètre de la catholique, mais aussi quand il est sorti bénir les locaux de la boulangerie d’un paroissien, partiellement détruite par les bombardements mais qui a pu rouvrir à la mi-avril avec le soutien du Programme alimentaire mondial et du patriarcat latin.

Le cardinal Pizzaballa en visite dans une des rares boulangeries de Gaza City qui se trouve appartenir à un fidèle de la paroisse latine. Sur place, chrétiens et musulmans travaillent ensemble.

Comme il l’avait annoncé, lors du message préenregistré le cardinal voulait avant tout être avec sa communauté. C’était son message répété dans son homélie du jour : « Je suis venu vous témoigner tout d’abord mon amour personnel et aussi de l’amour de toute l’Église. Et je voulais aussi vous dire notre très fort engagement pour vous soutenir, pour vous venir en aide toutes les façons possibles. Oui vous êtes isolés mais vous n’êtes pas seuls. »

« Oui vous êtes isolés mais vous n’êtes pas seuls », le patriarche aux chrétiens de Gaza

Georges à gauche et Salamé à droite, entourés de leurs parrains de confirmation, posent pour la photo souvenir avec le Cardinal, le curé, son vicaire, le provincial de l’Institut du verbe incarné et les religieuses qui desservent la paroisse.

Durant la messe, on l’entendait dire également aux fidèles : « Durant ses jours nous avons parlé aussi du futur. Nous n’avons pas à décider de votre futur à votre place mais nous voulons être partie prenante de votre futur. En vous écoutant, j’ai compris que le futur c’était le futur des maisons, le futur des écoles spécialement celle des enfants. Comme je vous l’ai dit pendant notre rencontre, je veux le répéter, nous n’allons pas décider de votre futur. Mais la première chose que je ferai quand je serai de retour de Jérusalem, ce sera de parler de votre futur en restant en dialogue avec vous. »

Dimanche, après la prière au Cénacle, on apprenait que le Cardinal Pierbattista Pizzaballa était de retour à Jérusalem, où tout le monde piaffe de l’entendre raconter sa visite.

 

Sur le même sujet