Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Des Israéliens dans les monastères

Claire Bastier
25 septembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Des Israéliens dans les monastères
Après un acte anti-chrétien, des amis juifs du monastère de Latroun sont venus dire leur soutien à la communauté cistercienne du lieu ©Yoav Ari Dudkevitch/Flash90

Les monastères chrétiens de Terre Sainte sont situés pour la plupart d’entre eux en Israël. Cinquante ans après la déclaration Nostra aetate du Concile Vatican II “sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes”, des liens de voisinage, et même d’amitié, sont nés entre les communautés religieuses implantées ici et les juifs israéliens.


C’est d’abord par curiosité qu’ils sont venus à Latroun. Après 1967 [lorsque cette zone passe sous contrôle israélien suite à la Guerre des Six-Jours], c’était la première fois qu’on a vu débarquer des juifs. Ils s’arrêtaient en voiture et prenaient en photo le monastère”, raconte Frère Louis, en habit blanc et scapulaire noir, un sourire aux lèvres. “Ce qu’ils retenaient de nous, c’est que nous étions silencieux. Ils nous ont appelés les shetkanim”.

Depuis, des Israéliens fréquentent régulièrement l’abbaye trappiste. Le samedi à Bet Gemal, jour du shabbat, les visiteurs viennent autant pour parcourir la colline plantée d’oliviers, que pour s’arrêter au monastère et parler à l’une de ces “sœurs qui ne parlent pas”.

En effet, le choix d’une vie consacrée à Dieu, basée sur la prière et le célibat, est inexistant dans le judaïsme et donc intrigue. “Mais ils comprennent qu’on peut donner la vie et porter du fruit d’une autre manière”, explique une petite sœur en bleu et blanc. En effet, même si la plupart de ces visiteurs juifs sont des hilonim, des laïcs, – par opposition aux datim, les religieux, – “Dieu reste pour eux une évidence”.

Variété d’occasions

À l’église de la Dormition, les concerts d’orgue du samedi après-midi attirent depuis des années les habitants de Jérusalem-Ouest : “C’est une vieille habitude pour certains de venir écouter de la musique classique ici ce jour-là”, explique le frère bénédictin Nikodemus. Au monastère d’Abu Gosh, ce sont de jeunes soldats envoyés par le service d’éducation de l’armée israélienne qui rencontrent un moine de l’abbaye ; en l’occurrence depuis trente-huit ans, frère Olivier (1).

Lire aussi >> Le moine et ses soldats Israéliens

“Ce qui n’est pas toujours leur tasse de thé”, avoue-t-il d’ailleurs, tout de blanc vêtu. “La plupart de ces jeunes n’ont jamais vu de moine de leur vie. Ils se demandent même si nous ne voulons pas ainsi les convertir”. Alors, pour les rassurer, il leur présente, en hébreu, la vie monastique, en s’appuyant sur des références qui leur sont familières, issues de la Bible et des psaumes. “Ce sont d’ailleurs eux qui viennent à nous”, fait remarquer frère Louis.

Ces “Frères aînés dans la foi”, selon les mots de Jean-Paul II, sont souvent touchés par la beauté des lieux et la bienveillance de leurs hôtes. Avec émotion, frère Olivier raconte comment un jeune religieux, d’une unité spéciale de l’armée, s’est défait de son tsit-tsit (2) pour le lui donner. “J’aime faire des percées – ajoute-t-il avec modestie – pour que les murs de la peur et de l’ignorance tombent”.

Messes juives de minuit

Autant de signes d’amitiés mais aussi de soutien. Après l’incendie de Latroun en septembre 2012 par des extrémistes juifs, frère Louis se rappelle “la marée de sympathie” exprimée par leurs amis israéliens. Sur le mont Sion, les attaques de religieux nationalistes à l’encontre du monastère bénédictin “vont de pair avec la solidarité sans faille d’Israéliens qui refusent une telle violence au nom du judaïsme”, rapporte frère Nikodemus.

Lire aussi >> L’église Saint-Etienne de Beit Gemal vandalisée

Connaître l’autre pour l’aimer “mais jusqu’à une certaine limite – tempère cependant frère Louis – c’est une amitié en Dieu, pas en Jésus”. Ce qu’il regrette d’ailleurs : “ce qu’il y a de plus cher pour moi, je ne peux le partager avec eux”. Et pourtant, nombre d’Israéliens prennent part à la messe de Noël. À la Dormition, des centaines de juifs ashkénazes aiment assister à la liturgie festive des moines allemands. Face à l’affluence de visiteurs israéliens le 24 décembre, certaines communautés s’adaptent d’ailleurs en conséquence.

À Latroun, un groupe de musiciens juifs anime les chants de Noël et la lecture du livre d’Isaïe est assurée par l’un d’entre eux, en hébreu. Dans l’église de Bet Gemal, en cette même douce et sainte nuit, les moniales de Bethléem entonnent l’Odyishama généralement chanté lors des noces juives. Pourquoi un tel attrait pour un événement qui célèbre la naissance du Christ ? “C’est certes du folklore, selon certains”, avance frère Olivier, avant de conclure avec sagesse et mystère : “mais pas seulement je pense.”

(1) Voir l’article qui lui est consacré dans Terre Sainte Magazine, 617, Janv Fev 2012, page 22.

(2) Petit châle muni de tresses aux quatre coins et porté sous les vêtements par certains juifs religieux pour se conformer à une prescription biblique.

Dernière mise à jour: 21/01/2024 19:58

Venez et voyez: Jérusalem à l’échelle du temps (suite)
Claire Burkel

Venez et voyez: Jérusalem à l’échelle du temps (suite)

La maquette présentée à Saint Pierre en Gallicante est une Jérusalem que n’ont connue ni Jésus, ni les premiers chrétiens, mais les byzantins. Elle permet de mieux appréhender le terrain où tous ces acteurs ont évolué, et d’approfondir ses connaissances de la géographie des principaux épisodes évangéliques.

Marie-Armelle Beaulieu

Terre des hommes

Restauration des mosaïques de la Nativité
Rédaction

Restauration des mosaïques de la Nativité

La restauration des mosaïques de la basilique de la Nativité permet de mettre en valeur leur symbolique

Israël Finkelstein: l’archéologue qui relit la Bible
Mélinée Le Priol

Israël Finkelstein: l’archéologue qui relit la Bible

Si l’on en croit Israël Finkelstein, certains évènements bibliques sont loin de s’être déroulés tels que la Bible les raconte. Pour autant, ce récit n’est bien sûr pas entièrement fabulaire… Rencontre avec le plus médiatique des archéologues israéliens.

Michael Langlois ou l’épigraphie dépoussiérée
Marie-Armelle Beaulieu

Michael Langlois ou l’épigraphie dépoussiérée

À lui seul il est la preuve vivante qu’on peut être jeune, historien, bibliste, épigraphiste, décontracté pour ne pas dire carrément cool et enraciné dans le Christ. Rencontre surprenante avec Michaël Langlois.

L’arc de l’Ecce Homo n’est plus ce qu’il était
Marie-Armelle Beaulieu

L’arc de l’Ecce Homo n’est plus ce qu’il était

C'est l‘histoire d’un religieux dominicain qui vient remettre en cause ce que l’on croyait être une vérité historique. L’arc de l’Ecce Homo change de statut et avec lui l‘histoire de tout un quartier de la ville. Fascinant.

La religion dans les écoles Terra Sancta, une matière pour la vie
Hélène Morlet

La religion dans les écoles Terra Sancta, une matière pour la vie

Dans le programme scolaire palestinien, le cours d’instruction religieuse est une matière au même titre que les maths ou la langue arabe. Les écoles de la Custodie ont voulu aller plus loin.

Présence chrétienne et unité des chrétiens au Moyen-Ori ent
Frans Bouwen, m.afr.

Présence chrétienne et unité des chrétiens au Moyen-Ori ent

Au milieu des violences qui se sont déchaînées au Moyen-Orient ces dernières années la question de l’avenir des communautés chrétiennes dans cette région est régulièrement soulevée.