Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le moine et ses soldats Israéliens

Andrea Krogmann Traduction de l’allemand : Bernard Bovigny
31 janvier 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Le moine et ses soldats Israéliens

De nombreux pèlerins français l’ont entendu avec bonheur dans les jardins d’Abu Gosh. retrouvons frère Olivier, un moine engagé en faveur d’une cohabitation pacifique.


« Frère Olivier est quelque part dans le jardin. Bonne chance ! » Le moine installé derrière le comptoir du petit magasin de souvenirs de l’abbaye bénédictine d’Abu-Gosch ne semble pas très confiant. Son confrère, responsable de l’accueil, est un homme très demandé. Et cette journée ne fait pas exception : les groupes de visiteurs défilent. En ce moment, frère Olivier a réuni à l’ombre un groupe de pèlerins venu en bus, issu du diocèse de Metz en France. « Si je peux transmettre un message, ce sera celui-ci : il faut s’aimer et se comprendre ! », explique ce moine de 56 ans, dans sa soutane blanche caractéristique de la congrégation bénédictine de Notre-Dame du Mont-Olivet. Son auditoire est suspendu à ses lèvres.
L’accueillante communauté bénédictine d’Abu-Gosch, près de Jérusalem, est, tout comme le village arabe du même nom – identifié par les croisés comme le site biblique d’Emmaüs – réputé pour ses excellentes relations avec ses voisins juifs.

Lieu de partage

« Les médias ne parlent que des problèmes et des conflits, mais il y a aussi des lieux de partage. Chez nous, il arrive tellement de personnes différentes que cela donne une mosaïque multicolore », affirme frère Olivier. Le bénédictin se trouve dans son élément. Depuis près de 30 ans, il s’engage à faire de son abbaye une maison ouverte à tous : juifs, chrétiens et musulmans, pèlerins et touristes.
Ce citoyen français, qui a même servi dans la marine, est connu pour ses rencontres avec les soldats israéliens. « Tout a débuté par une limonade partagée un jour de canicule en été », raconte-t-il au sujet de sa première rencontre avec le commandant responsable de la formation des soldats à Jérusalem. C’était en 1984. Depuis, des générations de soldats ont visité l’abbaye bénédictine : ils ont été jusqu’à 12 000 par année, ils sont actuellement environ 4 000.
La plupart d’entre eux, affirme le frère Olivier, viennent contre leur volonté et sans conviction. Ce qu’il comprend parfaitement : « Qu’est-ce que de si jeunes soldats israéliens ont à voir avec un vieux moine ? » Mais le changement que le religieux peut alors observer chez eux est d’autant plus étonnant. Beaucoup expriment régulièrement le vœu de revenir sur place, et des contacts étroits se tissent avec certains parmi eux. De telles visites redonnent de l’espoir sur l’avenir du pays, a affirmé un de ces soldats au frère Olivier. Un autre a senti qu’un mur s’était effondré dans son cœur.

Respect mutuel

Frère Olivier, qui parle couramment l’hébreu et a obtenu la nationalité israélienne il y a près de 7 ans, reste néanmoins modeste. « Je ne suis pas un gourou pour ces soldats, comme certains le prétendent. C’est bien plus simple : J’accueille et je reçois quelque chose en retour. » C’est le respect mutuel qui est important, et non les différentes opinions politiques, affirme le bénédictin. Surtout, il faudrait « ne pas vouloir que le vis-à-vis soit comme moi ». Devant les jeunes soldats, il parle librement du message de l’Évangile, mais il ne cherche pas à convertir ses visiteurs. « Je ne le pourrais absolument pas. Ce serait de l’hypocrisie ! »
Et même s’il y a parfois des incompréhensions ou quelques réactions isolées de désapprobation, l’action de ce moine peu ordinaire porte des fruits. Certains soldats parmi les premières générations qu’il a accueillies reviennent en visite, parfois même avec leurs enfants, raconte frère Olivier. « Il ne s’agit peut-être que d’une goutte, mais elle montre que ça fonctionne. C’est pourquoi il est important de continuer », ajoute-t-il, en recueillant des réactions d’approbation de la part des pèlerins français.
Le fait que le religieux ait su attirer la sympathie des soldats israéliens avec sa malice et ses anecdotes ne semble étonner personne. Les pèlerins français sont enthousiasmés par cette rencontre et prennent congé de leur hôte avec des applaudissements nourris et en lui remettant une bouteille d’eau-de-vie de mirabelle en signe de reconnaissance. Frère Olivier leur exprime encore une dernière requête : « Je recommande tout cela à votre prière. Et n’abandonnez jamais l’espoir, sans être naïfs pour autant ! » Un bref coup d’œil sur sa montre, et l’homme très occupé disparaît. C’est l’heure de la prière.

Dernière mise à jour: 01/01/2024 00:05

Marie-Armelle Beaulieu

En route vers le centenaire

Le Jourdain est-il un fleuve voué à disparaître ?
Fanny Houvenaeghel

Le Jourdain est-il un fleuve voué à disparaître ?

Le ministère du tourisme israélien s’est démené pour aménager les rives du fleuve au lieu-dit du baptême du Christ, mais jusqu’à quand de l’eau coulera encore dans le lit du fleuve ? Le Jourdain est en voie d’assèchement dans l’indifférence quasi générale.

L’esprit d’Assise à Istanbul
Frédéric Manns ofm Studium Biblicum Franciscanum

L’esprit d’Assise à Istanbul

Munib Younan: mission dialogue
Edward Pentin

Munib Younan: mission dialogue

La petite communauté luthérienne de Terre Sainte est particulièrement attachée à la paix et à la réconciliation. Et depuis un an environ, l’évêque de Jérusalem est également le président de la Fédération luthérienne mondiale.

La shoah chuchotée
Fanny Houvenaeghel

La shoah chuchotée

Les Palestiniens ignorent largement l’histoire du génocide des juifs. Ils ne veulent en retenir qu’une seule chose : il est l’alibi à l’existence d’un État qui les opprime et veut les anéantir pour célébrer sa survie. Aussi quand il est question d’enseigner la Shoah dans les camps de réfugiés, les boucliers se lèvent.

Comprendre la Shoah, une étape vers la paix
Fanny Houvenaeghel

Comprendre la Shoah, une étape vers la paix

Quand il a vu les juifs dresser le mur de séparation, Khaled a voulu comprendre quel traumatisme justifiait de telles protections. Il s’est rendu à Yad Vashem. Depuis, il essaie de faire appréhender par les Palestiniens l’horreur de la Shoah.