Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’importance de la Collecte du Vendredi saint pour la Custodie : interview de l’économe

Beatrice Guarrera
30 mars 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’importance de la Collecte du Vendredi saint  pour la Custodie : interview de l’économe

Vendredi saint 14 avril, les paroisses sont appelées à réserver le montant de la quête à la “Collecte pour la Terre Sainte”.
Cette levée de fonds est née de la nécessité de trouver des aides matérielles pour la Terre Sainte et de la volonté des papes de garder un lien fort entre les chrétiens du monde entier et ceux de la terre de Jésus.
Pour comprendre ce dont il s’agit, TSM a rencontré fr. Ramzi Sidawi, économe de la Custodie.


Quel est le rapport de la Custodie avec la collecte pour la Terre Sainte ?

La collecte du Vendredi saint est essentielle pour la vie de la Custodie. Elle recouvre environ 75 % de notre budget annuel.

Comment cet argent arrive-t-il ?

Normalement l’argent arrive par le biais des Commissaires de Terre Sainte qui nous l’envoient directement. Il arrive que des évêques envoient l’argent aux nonciatures qui l’acheminent au Saint-Siège. Quoi qu’il en soit, c’est la Congrégation pour les Églises Orientales qui gère le montant total de la Collecte et qui le répartit. Le plus grand pourcentage va à la Custodie, car en plus de ses œuvres, elle anime la majorité des sanctuaires. Le reste est donné aux autres Églises catholiques de Terre Sainte qui elles aussi en ont besoin.

Comment les fonds de la Collecte du Vendredi saint sont-ils utilisés ?

La majeure partie est destinée aux œuvres pastorales et sociales de la Custodie : nous avons plusieurs paroisses et écoles ainsi que des œuvres sociales à Bethléem, Jérusalem, Nazareth. Une autre partie sert à la gestion, soit ordinaire soit extraordinaire, des sanctuaires qui nous sont confiés, comme à la vie des couvents et des quelque 300 frères de la province.

Comment l’argent est-il partagé entre ces différentes œuvres ?

Pour la gestion ordinaire, il y a un budget fixe alloué à chaque maison, chaque organisme, chaque administration. Si ceux-ci disposent d’autres rentrées, ils utilisent l’argent qui leur est donné de l’extérieur, autrement la Custodie de Terre Sainte envoie une somme mensuelle fixe. Mais il faut, quand même, présenter des comptes mensuels et annuels.
Vous êtes en poste à l’économat depuis cet automne, qu’avez-vous découvert ?

Je suis ici depuis quatre mois et il y a beaucoup à apprendre. Le travail à faire est énorme car la Custodie est un domaine immense et varié. En effet, elle est présente dans plusieurs pays avec différentes réalités et d’innombrables problématiques, comme des questions de propriété, d’argent, de gestion du personnel. Avec l’aide du Père Stéphane Milovitch (un Français), vice-économe, nous allons travailler sur les ressources humaines, pour agir de façon plus appropriée à l’administration de la PME que nous sommes.
Le soin des propriétés est aussi une tâche importante. Aujourd’hui, si l’on possède une propriété, on ne peut la négliger d’aucune façon, car la négliger signifie, sous différents angles de vue, finir par la perdre.
Il y a ensuite la question des maisons que la Custodie propose à la location aux chrétiens. Il s’agit d’une question difficile et douloureuse, surtout à Jérusalem. La Custodie, depuis longtemps, construit des maisons qu’elle loue aux familles chrétiennes à un prix inférieur à celui du marché. C’est un moyen de leur offrir une maison sûre et de les aider à rester dans ce pays. Mais nous n’arrivons pas à contenter tout le monde, ni à honorer toutes les demandes. Dès qu’une maison se libère, l’information se répand et des dizaines de requêtes nous parviennent, mais nous ne pouvons satisfaire qu’une seule famille à chaque fois.

Si vous deviez motiver à donner de l’argent pour la Collecte du Vendredi saint, que diriez-vous ?

Il y a 800 ans cette année que la province a été fondée. À l’époque dans un esprit de croisade pacifique, il s’agissait de garder et de prendre soin des sanctuaires de notre Rédemption. Ce fut l’intention de François d’Assise dès le premier jour : vivre et entretenir l’ensemble des Lieux Saints, où Jésus et sa mère, Marie, ont vécu. Ils sont devenus pour nous aujourd’hui le cinquième évangile. Et nous poursuivons cette mission. Mais les frères qui nous ont précédés ont découvert sur place des peuples à servir. Pour eux ils ont ouvert des écoles, des dispensaires, etc., et cela reste important pour nous de nous mettre au service des chrétiens de cette terre. Cette aide est fondée sur le principe de la solidarité : le chrétien est solidaire, il ne garde pas les biens pour lui-même, mais il les partage avec ses frères. Le chrétien est invité à donner et la Bible nous enseigne qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Les bilans ou la manière dont cet argent est effectivement dépensé sont-ils portés à la connaissance de tous ?

L’Église est souvent accusée de ne pas rendre publics ses comptes, mais cela n’est pas exact. Si un donateur veut savoir ce qu’il a été fait de son offrande, il l’obtient. C’est un principe qui n’est jamais remis en cause. Les donateurs peuvent être des particuliers ou des organismes ; et l’Église attribue l’argent qu’elle reçoit selon la modalité indiquée par le donateur. La Custodie, en outre, rend compte de la Collecte du Vendredi saint à la Congrégation des Églises Orientales.
Pour la France, comme pour le Canada et la Suisse, nos services sont en lien étroit avec les commissaires de Terre Sainte de ces pays pour rendre compte de la façon dont nous allouons les sommes qu’ils ont collectées pour nous. De leur côté, ils en réfèrent à leurs conférences épiscopales. Tout est clair.t

Dernière mise à jour: 11/01/2024 14:16

L’autre : ça s’apprend en cours
Kassam Maadi

L’autre : ça s’apprend en cours

Depuis deux ans, l’école latine de Ramallah a introduit un cours de “vie en commun” pour renforcer l’éducation à la tolérance inter-religieuse entre les élèves chrétiens et musulmans. Reportage.

Vous avez dit Arabes chrétiens ?
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu et Nizar Halloun

Vous avez dit Arabes chrétiens ?

Pour beaucoup de pèlerins, c’est une des découvertes lors de leur séjour : non seulement on peut être arabe et chrétien, mais la plupart des chrétiens locaux revendiquent fièrement cette double identité. Où puise-t-elle ses racines ? Le père Rafiq Khoury nous dresse un rapide panorama historique.

Kassam Maadi

L’autre : ça s’apprend en cours

Depuis deux ans, l’école latine de Ramallah a introduit un cours de “vie en commun” pour renforcer l’éducation à la tolérance inter-religieuse entre les élèves chrétiens et musulmans.

Frédéric Manns, ofm

Quand Jérusalem célébrait le repos de Marie

Pendant les cinq premiers siècles de l’Église une seule fête mariale était célébrée à Jérusalem. Elle était attachée à un lieu, aujourd’hui en ruines. À la découverte du Kathishma. 

Goûter l’entrée en Terre Promise avec Moïse
Claire Burkel

Goûter l’entrée en Terre Promise avec Moïse

L’avion a atterri à Amman, capitale de la Jordanie. À moins d’une heure de là Madaba, sa fameuse mosaïque et une dizaine de kilomètres plus loin : le mémorial de Moïse au Mont Nébo. Le choc souvent de contempler pour  la première fois le désert en compagnie du prophète qui n’entra pas dans la Terre Promise mais qu’il put voir de ces pentes des monts de Moab.

Frans Bouwen, m.afr.

Un dialogue peu connu

Le Concile de Chalcédoine s’est tenu en 451. Plus de 1 500 ans plus tard, les théologiens en parlent encore. Puisqu’il s’agit de comprendre les raisons des déchirures qu’il a causées dans l’unité de l’Église.

Marie-Armelle Beaulieu

Sur le lieu d’une vie nouvelle

Marie-Armelle Beaulieu

Merci à nos lecteurs

La Cour Suprême  et l’affaire de Crémisan
Propos recueillis par Arianna Poletti

La Cour Suprême et l’affaire de Crémisan

En 2006, le ministère israélien de la Défense a pris la décision de poursuivre la construction de la barrière de séparation sur la commune de Beit Jala. Mur qui empêche l’accès aux terres possédées par les 58 familles chrétiennes du lieu-dit de Crémisan. Aussi, les habitants, encouragés par leur municipalité, ont saisi la Cour Suprême d’Israël. Une affaire très contestée qui concerne la communauté chrétienne locale. Nous en avons discuté avec le directeur de la Société Saint-Yves (le Centre catholique pour les Droits de l’homme), l’avocat palestinien Raffoul Rofa.