Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Promenade entre les monuments millénaires de la Vallée du Cédron

Arianna Poletti
30 mai 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

D’un côté le Mont des Oliviers, de l’autre la vieille ville de Jérusalem. La vallée du Cédron a une histoire millénaire dont témoignent ses monuments. Les centaines de pèlerins et touristes qui chaque jour traversent les ruelles de la vieille ville ignorent souvent que, à juste quelques mètres de la basilique de Gethsemani, ils pourraient voir deux monuments que Jésus a vu de ses yeux.
Une promenade un peu particulière, dans la vallée du Jugement dernier.


“Cédron”, en hébreu Kidron, signifie “sombre” : en fait, originairement cette vallée était beaucoup plus profonde qu’aujourd’hui et la rivière appelée Cédron y déversait ses eaux. Mieux connue sous le nom de vallée de Josaphat, il s’agit bien de l’endroit où le Jugement dernier doit avoir lieu selon les traditions chrétienne et juive. Josaphat, en hébreu yehôsâphât, signifie “Dieu juge”. C’est là que, selon les juifs, après le jugement, viendra la fin des temps. “Je rassemblerai toutes les nations, et je les ferai descendre dans la vallée de Josaphat. Là, j’entrerai en jugement avec elles, au sujet de mon peuple, d’Israël, mon héritage” (Jl 3, 2). A cet endroit très particulier les cimetières juif, musulman et pour une moindre part chrétien ont pris place depuis l’Antiquité : le juif tourné vers le Temple, le musulman vers la Mecque et le chrétien, du fond de la vallée fait monter son regard vers la Jérusalem céleste. Photo by Nati Shohat/Flash90

 

 

Lire aussi >> Ouvrir les yeux sur la piscine de Siloé

La tombe de Zacharie
Connue sous le nom de “tombe de Zacharie”, elle aussi taillée dans le rocher, ce n’est pas une tombe. Le monument n’offre aucune entrée et sous le toit-pyramide, il n’y a pas de chambre funéraire.
Il s’agit d’un cénotaphe, indiquant la présence d’autres tombes situées derrière. L’attribution traditionnelle à Zacharie demeure mais on peut lire sur l’architrave le nom des propriétaires : la famille Hézir connue dans la Bible (1Ch 24, 15 ; Né 10, 21), des siècles avant la date de l’inscription.
Véritable filiation ?
Les bouleversements de l’histoire israélite permettent d’en douter.
Photo by Yonatan Sindel/Flash90

 

La tombe de “la fille de Pharaon”
Plus au sud le monument le plus ancien, daté d’entre les IXe et VIIe siècles av. J.-C., et le moins travaillé, a subi plusieurs modifications. Son toit notamment devait être initialement pyramidal, comme le tombeau postérieur de Zacharie, mais a été arasé. Puis il abrita un ermite byzantin qui modifia l’ensemble. Il est notoire que ces deux derniers “tombeaux” anciens ont été vus par Jésus lorsqu’il fut à Jérusalem. Est-ce en pensant à eux qu’il prononça “Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites qui ressemblez à des sépulcres blanchis ! Au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont plein d’ossements de morts et de pourriture.” Mt 23, 27 ?
En descendant le sentier vers le quartier arabe de Silwan (Siloé), on aperçoit peu distinctement un dernier ensemble de grottes funéraires, jamais achevées et jamais fouillées.

Dernière mise à jour: 17/01/2024 11:40

Terre Sainte n. 3/2017 – Sommaire TSM 649
Mai Juin 2017

Terre Sainte n. 3/2017 – Sommaire TSM 649

Terre Sainte Magazine vous emmène en Syrie pour découvrir le travail apostolique des Franciscains sur place, vous fait visiter Jéricho et découvrir le Tombeau de Jésus refait à neuf.

Marie-Armelle Beaulieu

L’espérance vient de Syrie

Quand un numéro sympa, pour se préparer à l'été, devient un numéro fort parce qu'il est chargé d'espérance.

Mgr Abou Khazen : semer l’espérance en Syrie
Beatrice Guarrera

Mgr Abou Khazen : semer l’espérance en Syrie

“Je consacre la plupart de mon temps à Alep et je tiens à y rester.” Entretien avec Mgr Abou Khazen évêque catholique d’Alep et vicaire apostolique des latins en Syrie.

La restauration de l’édicule signe d’une nouvelle étape
Frans Bouwen, m.afr.

La restauration de l’édicule signe d’une nouvelle étape

L'oecuménisme avance en Terre Sainte, en témoignent les travaux sur le Tombeau de Jésus.

Chrétiens arabes :  une Église du Samedi saint
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu et Nizar Halloun

Chrétiens arabes : une Église du Samedi saint

Les chrétiens d’Orient sont dans la tourmente. Le père Rafic Khoury du patriarcat latin, dans le 4e entretien qu’il accorde à Terre Sainte Magazine, éclaire les causes de la crise et ouvre les portes de l’espérance.

Syrie, la guerre qui n’en finit pas
Giuseppe Caffulli

Syrie, la guerre qui n’en finit pas

Depuis six ans, la Custodie est aux premières loges de la tragédie syrienne. Une douzaine de religieux franciscains sont restés dans le pays. Ils y sont témoins des horreurs de la guerre. Ils œuvrent surtout à vivre une présence solidaire.

La solidarité est le lieu privilégié où Dieu se rend visible
Propos recueillis par Arianna Poletti. Photos : Paroisse Saint-Paul de Damas

La solidarité est le lieu privilégié où Dieu se rend visible

Frère Bahjat est originaire d’Alep. Depuis l’an 2000, il était en mission en Italie. En 2016, il a été envoyé dans son pays, la Syrie. Il est dorénavant le supérieur du couvent Saint-Paul Apôtre à Bab Touma en vieille ville de Damas. Il a raconté son quotidien à Terre Sainte Magazine.

Marie-Armelle Beaulieu

Le ventre noué

“La guerre nous a rendus attentifs à l’autre”
Propos recueillis par M.-A. Beaulieu

“La guerre nous a rendus attentifs à l’autre”

Sr Brygida Maniurka est Franciscaine Missionnaire de Marie. Depuis presque 30 ans, elle vit au Proche-Orient, pour l’essentiel en Syrie. En août dernier, tandis que la guerre faisait rage à Alep, la religieuse polonaise alors en Jordanie a été envoyée de nouveau en mission dans cette ville. Terre Sainte Magazine l’a jointe pour recueillir son témoignage sur la situation aujourd’hui.