Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Fêter ensemble la Vierge Marie à Jérusalem

Frans Bouwen, m.afr.
30 septembre 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Fêter ensemble la Vierge Marie à Jérusalem
Archimandrite Nektarios, higoumène de Gethsémani, portant l’icône de la Dormition à la sortie du quartier musulman porte des lions en direction du Tombeau de la Vierge dans la vallée du Cédron.

A Jérusalem, après la semaine sainte, la fête qui voit la plus grande participation œcuménique, surtout catholique et orthodoxe, est la fête mariale de la mi-août : “Assomption de la Vierge Marie” pour les catholiques, “Dormition de notre toute sainte souveraine, Mère de Dieu et toujours Vierge Marie” pour les orthodoxes. Le nom “Dormition” renvoie au dernier sommeil de Marie, quand elle s’est endormie dans le Seigneur pour être élevée auprès de Dieu. A Jérusalem, l’Église orthodoxe célèbre cette fête le 28 août, suivant le calendrier julien, qui a un retard de treize jours sur le calendrier grégorien pour les fêtes fixes. Cet écart n’empêche pas les fidèles catholiques de Jérusalem d’y participer en grand nombre. En cette fête ils se retrouvent chez eux avec les orthodoxes dans une ancienne tradition commune de l’Église de Jérusalem. Un autre signe que la communion entre les chrétiens de Jérusalem, comme dans presque tout le Moyen-Orient, déborde les limites canoniques des Églises en vigueur aujourd’hui.
Cette participation œcuménique se manifeste surtout le 25 août, quand une procession matinale transporte l’icône de la Dormition de la Vierge d’un monastère en face de la basilique du Saint-Sépulcre à l’église du Tombeau de la Vierge, dans la vallée du Cédron, près de Gethsémani. C’est le lieu où, selon la tradition, les apôtres auraient transporté et enseveli le saint corps de Marie après sa mort. Ce jour-là, les cloches du Saint-Sépulcre ou Anastasis se mettent à sonner très tôt, quand la procession se met en route. Dans le recueillement, couvert par les hymnes liturgiques en grec et en slavon, elle traverse la partie centrale de la vieille ville de Jérusalem, suivant la Via dolorosa en sens inverse. Les chœurs des moniales russes, roumaines et grecques sont suivis par la chorale de l’Anastasis qui entoure l’icône portée en bandoulière par un archimandrite, accompagné d’autres moines et d’évêques. Suit alors la foule des fidèles qui remplissent la rue, portant tous un cierge allumé. Une fois sortie de la vielle ville, la procession couvre la route principale et le trafic s’arrête le temps de la laisser passer pour descendre au Tombeau de la Vierge.

Du Saint-Sépulcre à la vallée du Cédron, une foule dense n’hésite pas à se retrouver avant l’aube pour accompagner l’icône de la Vierge.

 

Ceux qui ont le courage de se lever tôt pour accompagner cette procession ou pour la voir passer sont profondément touchés par la simplicité et la spontanéité de cette démarche du peuple chrétien, comme par l’atmosphère de prière.
Durant l’octave de la fête, les offices liturgiques sont célébrés chaque jour en ce lieu de Gethsémani, et chaque jour des fidèles catholiques s’y rendent, de manière moins visible. La procession qui, le 5 septembre, rapporte l’icône au monastère près du Saint-Sépulcre, voit moins de participants, mais son caractère œcuménique n’en est pas moins réel. Cette célébration œcuménique est bien connue des autorités religieuses, qui l’accueillent en silence, alors que le Patriarcat grec orthodoxe suit toujours la ligne stricte de ne pas participer activement à une prière commune avec d’autres chrétiens. N’y a-t-il donc pas de différences théologiques ? Certes, les orthodoxes se prononcent contre le fait que l’Église catholique a proclamé l’Assomption de Marie au ciel avec son corps et son âme comme un dogme de foi, sans leur participation. Mais la tradition et la foi des orthodoxes et des catholiques ont beaucoup en commun. En témoigne cette antienne de l’avant-fête de la Dormition dans la liturgie byzantine : “Vierge pure, ton sépulcre témoigne en même temps de ton ensevelissement et de ton passage corporel vers les cieux.”

Lire aussi >> Quand Jérusalem célébrait le repos de Marie

La Sainte Vierge Marie, la Theotokos, sait toujours trouver les moyens pour rassembler tous ses enfants, frères et sœurs de son Fils, et elle les accompagne tout au long de leur patiente marche qui les rapproche entre eux et les conduit tous au Christ. ♦

Dernière mise à jour: 24/01/2024 14:51

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651
Septembre Octobre 2017

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651

Dans l'Etat hébreu, des juifs choisissent d'étudier le christianisme pour quoi ? Connaissez-vous Sepphoris? Une crèche au pied du mur ? TSM pour vous découvrir le pays.

Vincent Gelot nous revient avec un livre
Émilie Rey

Vincent Gelot nous revient avec un livre

TSM vous faisait découvrir en 2014 l’épopée de Vincent Gelot. Souvenez-vous, Vincent, sa 4L, ses 60 000 km dans + de 20 pays à la rencontre des chrétiens d’Orient.

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire
Frédéric Manns, ofm

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire

La publication des découvertes sur le site de Magdala fait avancer la connaissance de Jésus dans son contexte historique, sa personnalité de juif et les débuts de sa prédication

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”
Propos recueillis par Amaury Perrachon

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”

Noam Maeir est doctorant au Département des Religions Comparées de l’Université hébraïque et l’un des responsables du Forum for Study of Christianity relié au CSC. Pour Terre Sainte Magazine, il explique ses raisons d’étudier christianisme et islam, en tant que juif.

Textes : Marie-Armelle Christien

En passant par l’esplanade (2e partie)

Les pèlerins visitant l’esplanade le font en commémorant les visites de Jésus au temple. Mais il n’est pas interdit d’observer et découvrir les monuments qui la jalonnent et leurs traditions parfois surprenantes.

Marie-Armelle Beaulieu

La mesure quotidienne du temps

Au commencement était le financement
Texte et photos Amaury Perrachon

Au commencement était le financement

L’imposante Université hébraïque possède depuis l’an 2000 un Centre pour les études du christianisme directement lié au Département de religions comparées, lui même plus ancien. Guy Stroumsa a été le fondateur et premier directeur de ce centre. Pour Terre Sainte Magazine, il raconte la genèse de ce projet d’étude des idées chrétiennes dans une université publique israélienne.