Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Palestine, la Covid-19 alimente la violence domestique

Giulia Ceccutti
14 décembre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Palestine, la Covid-19 alimente la violence domestique
Un moment de rencontre et de sensibilisation contre la violence domestique, promu par le Centre Mehwar auprès des femmes palestiniennes. (Photo Centre Mehwar)

Dans le contexte palestinien, la violence domestique contre les femmes (et les enfants) n'est pas un phénomène nouveau. Il y a des signes de changement positif, mais la tension induite par la saison pandémique actuelle n'aide pas. Ici comme ailleurs.


« La violence domestique a certainement augmenté en raison de l’urgence sanitaire de la Covid-19. Surtout après les premiers mois de la pandémie ». Au téléphone depuis Bethléem, Saeda el-Atrash, directrice du Centre anti-violence de Mehwar : le premier centre d’accueil et de soins dédié aux femmes victimes de violence, qui a ouvert en Palestine en 2007 à Bethléem, grâce aux fonds de l’Agence italienne de coopération au développement et au soutien technique de l’ONG Differenza Donna.

Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la panique générée par la pandémie et les mesures de confinement ont obligé les victimes à rester enfermées chez elles pendant des jours avec les responsables de la violence (souvent des maris ou des membres de la famille), sans aucun moyen de demander de l’aide ou de contacter des amis, des parents ou des services de soutien. En second lieu, Saeda el-Atrash cite la situation économique difficile, qui a entraîné une augmentation significative des taux de chômage et de pauvreté. « Les difficultés financières, dont les femmes sont toujours les premières à payer les conséquences, ont augmenté les actes de violence. Les femmes doivent résoudre tous les problèmes au sein de la famille, supporter les conséquences du manque de nourriture adéquate, d’accès à l’éducation et aux soins de santé ».

Comme troisième élément, la directrice du Centre Mehwar mentionne la situation politique complexe et l’occupation israélienne, qui provoque de nouveaux bouclages et des formes de pauvreté, s’ajoutant aux violations quotidiennes – telles que la démolition de maisons, la confiscation de terres, l’impact des check-points sur la vie quotidienne, etc.

Le contexte palestinien

La violence sexiste dans les territoires palestiniens a différents visages : mariages forcés, crimes « d’honneur », violence psychologique, physique et sexuelle au sein des familles, contrôle des mouvements.

« Il est évident que l’urgence sanitaire, le manque de travail et l’occupation représentent de grands facteurs de risque », explique – au téléphone depuis le Caire, où elle travaille actuellement pour l’Organisation mondiale de la santé – Anna Rita Ronzoni, une experte en violence sexiste qui a longtemps travaillé en Palestine pour l’Agence italienne de coopération au développement.

« Cependant – poursuit Anna Rita – en Palestine, comme dans le reste du monde, faire preuve de violence contre les femmes est en fin de compte un choix, dont les racines sont complexes et découlent de causes différentes. L’abus de pouvoir, la discrimination sexuelle, l’exercice de la violence masculine à l’égard des femmes sont des questions systémiques, aux aspects multiples : culturels, liés au modèle patriarcal (donc à la perception conséquente des rôles sociaux attribués aux hommes et aux femmes), aux comportements vécus et appris dès l’enfance, etc. Il convient toutefois de souligner qu’en Palestine, grâce également au soutien de diverses réalités et services sociaux, de nombreuses femmes parviennent à sortir du mécanisme de la violence. En somme, il y a des exemples positifs, qu’il importe de mettre en avant, pour la haute valeur symbolique qu’ils véhiculent et parce qu’ils peuvent devenir une source d’inspiration et de courage pour d’autres femmes.

Des données alarmantes

Le dernier rapport de données – présentant les résultats préliminaires de l’enquête sur la violence dans la communauté palestinienne en 2019 – publié par le Bureau central palestinien des statistiques et couvrant la Cisjordanie et la bande de Gaza, fait état de données alarmantes (cliquez ici pour télécharger le document en version arabe et anglaise).

Une femme sur trois en Palestine est victime de la violence de son mari. 57% des femmes ont subi des violences psychologiques, le type de violence le plus courant. 37% des femmes handicapées ont subi des violences domestiques. 61% des victimes n’ont pas signalé la violence à qui que ce soit, et 60% des femmes battues ont déclaré ignorer l’existence ou l’emplacement des services de lutte contre la violence dans leur localité. 24% ont quitté leur domicile pour aller vivre chez leurs parents, leurs frères et sœurs ou des membres de leur famille.

« Bien que la prévalence globale de la violence ait diminué dans la société palestinienne par rapport aux résultats d’une enquête similaire menée en 2011, les pourcentages restent très préoccupants », a déclaré Ola Awad, présidente du Bureau central des statistiques, à propos de ce rapport, ajoutant sans détour : « Les résultats reflètent le fait que nous avons tous échoué à protéger ces femmes. Nous devons nous engager à faire de cette question une priorité, à travailler tous ensemble pour mettre en place les interventions nécessaires ».

Les données palestiniennes, souligne Anna Rita Ronzoni, « sont conformes à la tendance régionale et mondiale ». En élargissant la perspective, on découvre en effet que le Moyen-Orient est la deuxième région du monde pour l’incidence de la violence domestique (37%), alors que dans le monde entier – selon les calculs de l’Organisation mondiale de la santé mis à jour en 2013 – une femme sur trois souffre de violence domestique (30%).

Un cercle vicieux

Le rapport du Bureau central palestinien des statistiques montre également que la violence domestique est un cycle dramatique qui a des effets à long terme sur des familles et des communautés entières. Les enfants dits « témoins de la violence intrafamiliale » sont plus susceptibles de souffrir de troubles comportementaux et émotionnels et, une fois adultes, de devenir eux-mêmes auteurs ou victimes de violence.

Lorsque l’un des parents est maltraité, un comportement similaire est généralement adopté à l’égard des enfants. 44% des enfants âgés de 12 à 17 ans ont subi au moins une forme de violence, qu’elle soit exercée par leur père ou leur mère. En outre, 77% des enfants de moins de 12 ans ont été exposés à des violences psychologiques au sein de leur foyer (par « la mère, la femme du père ou le père », précise le texte), tandis que 65% ont été victimes de violences physiques. Enfin, 22% – un pourcentage considérable – ont été exposés à des violences physiques graves.

Le rôle de la société civile

« Les organisations de la société civile jouent un rôle important dans la lutte contre la violence sexiste », poursuit Saeda el-Atrash, « notamment par le biais de certains forums qu’elles ont mis en place. Il s’agit notamment de celui qui a conduit à la loi sur la protection de la famille toujours en attente d’être signée par le gouvernement ». Cette nouvelle loi pour la protection de la famille, qui devait être approuvée avant la fin de l’année 2019, propose des modifications du code pénal afin d’établir un âge minimum pour le mariage, de réviser les protections juridiques actuelles des victimes de violence domestique, d’imposer des peines plus sévères aux auteurs et de former les forces de police à aider correctement les victimes.

Récemment, explique Mme Saeda, le travail des organisations qui défendent les droits des femmes a été attaqué de diverses manières, notamment par certains mouvements islamiques qui ont également fait pression sur le gouvernement pour qu’il ne signe pas la loi mentionnée. « À mon avis – conclut notre interlocuteur – ces organisations qui défendent [les droits des femmes] doivent réexaminer leur rôle ainsi que leurs outils de lobbying et de plaidoyer, et élaborer de nouveaux plans pour combattre la violence sexiste et défendre les résultats que nous avons tous obtenus jusqu’à présent.

Pour résumer, la société palestinienne a fait de nombreux pas vers un réel changement dans la lutte contre la violence envers les femmes, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.