Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Mgr Pizzaballa : « Que Jérusalem redevienne la ville sainte »

Christophe Lafontaine
29 avril 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Mgr Pizzaballa : « Que Jérusalem redevienne la ville sainte »
Mgr Pizzaballa à Bethléem, 24 décembre 2019 ©Wisam Hashlamoun/Flash90

Abdallah II a rencontré le 27 avril des chefs d’Eglise et des représentants du Waqf islamique de Jérusalem. Le Patriarche latin a souhaité la collaboration de tous pour mettre fin aux récents troubles de la ville sainte.


« Ces derniers jours, notre ville de Jérusalem a de nouveau été au centre de tensions, de divisions et d’expressions de haine », a déclaré le Patriarche latin de Jérusalem, en s’adressant au roi Abdallah II de Jordanie. Ce dernier ayant convié avant-hier en son palais d’Al Husseiniya à Amman, en plus de Mgr Pizzaballa, le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, Theophilos III, ainsi que les représentants du Waqf islamique de la ville Sainte, qui administre les lieux saints musulmans de la ville sainte.

De violents affrontements entre adolescents Palestiniens, policiers et extrémistes juifs, ont éclaté à Jérusalem, mi-avril, dans les premiers jours du Ramadan. La police israélienne avait, en vue d’interdire tout rassemblement, placé des barrières autour de la porte de Damas, l’un des accès directs au quartier musulman. Quelques jours avant, la police israélienne avait décidé de débrancher les haut-parleurs de la mosquée d’Al-Aqsa afin que les appels à la prière ne perturbent pas les cérémonies juives du Jour du souvenir qui se déroulaient en contrebas, devant le Mur occidental. Sur ce climat tendu, la situation s’est ensuite envenimée les jours suivants.

Lire aussi >> Jérusalem, construire la paix dès la naissance

C’est dans ce contexte que le Patriarche latin, dont les propos ont été rapportés sur le site de son patriarcat, a partagé au roi et ses invités le désir de « prier beaucoup et avec sincérité pour que Dieu touche le cœur endurci des hommes ». Mais il a également souligné le devoir de « tous travailler ensemble, pour que cette situation se termine et que Jérusalem redevienne la ville sainte, une ville de prière, d’hospitalité et ouverte à tous. En ce sens, votre rôle, Majesté, est apprécié », a poursuivi Mgr Pizzaballa.

Le Patriarcat latin considère la voix du roi comme « forte »

Le roi Abdallah qui s’était exprimé plus tôt, avait de fait réaffirmé devant ses hôtes son soutien aux habitants de Jérusalem. Et il avait rappelé « la responsabilité historique et religieuse de la sauvegarde des lieux saints musulmans et chrétiens à Jérusalem, sous la Garde hachémite ». Il avait aussi fait part de son rejet à « tout compromis sur Jérusalem et ses lieux saints », a indiqué un communiqué du Palais royal. En clair, le roi a répété – ce ne guère la première fois – qu’il s’employait à tout faire pour protéger le statu quo contre l’ensemble des mesures unilatérales visant à modifier la gestion traditionnelle des Lieux Saints de Jérusalem et les mesures codifiées qui en garantissent l’accès aux fidèles des différentes communautés religieuses.

Mgr Pierbattista Pizzaballa a, à ce sujet, déclaré qu’« il [était] important de rappeler le rôle historique et actuel que joue la Maison hachémite pour la ville de Jérusalem, en tant que garant de l’égalité de tous ses citoyens, de toutes confessions, qui ont dans leurs lieux saints, des lieux de prière, d’accueil, de rencontre pacifique et non un champ de bataille ».

Lire aussi >> Pizzaballa, un regard de foi sur le Moyen-Orient

Et c’est à ce titre que « le Patriarcat latin de Jérusalem considère la voix forte de Votre Majesté comme un appel à la justice et à la paix », a lancé au roi, le chef de l’Eglise catholique en Terre Sainte. Sans manquer de saluer « l’ouverture du Roi » qui a contribué en son royaume « à créer une communauté où chrétiens et musulmans sont partenaires dans la citoyenneté et le destin ». Formulant ainsi un vœu : « que cet exemple devienne aussi un modèle pour les autres pays de la région. »

Une présence chrétienne vitale

Le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, Theophilos III, a lui aussi exprimé sa gratitude pour les efforts du Roi afin de préserver l’identité historique de Jérusalem et la présence chrétienne en son sein. « [Cela] nous est d’un grand encouragement et d’un grand soutien, en particulier à une époque où la présence chrétienne en Terre Sainte, si vitale à la coexistence historique et pacifique au sein de notre région, fait face à de nouveaux et sérieux défis », a-t-il affirmé. Notamment en matière immobilière, suscitant des craintes concernant le quartier chrétien de Jérusalem et son accessibilité, fiscale, et financière à l’aune des conséquences de la pandémie.

Le communiqué du Palais royal a par ailleurs indiqué que les représentants du Waqf musulman ainsi que le Grand Mufti de Jérusalem, Mohammad Hussein, avaient aussi tous souligné l’importance de la garde hachémite des lieux saints. Le Grand Mufti a, en sus, tenu à saluer également « les efforts constants du Roi pour attirer l’attention internationale et arabe sur Jérusalem ».

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici