Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Nuits d’avril agitées à Jérusalem

Beatrice Guarrera
25 avril 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Nuits d’avril agitées à Jérusalem
Des policiers israéliens et des manifestants palestiniens à la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem, le 21 avril 2021 ©Jamal Awad/Flash90

Depuis dix jours, Jérusalem est suspendue entre spiritualité et violence. D'une part, les rites des fêtes de Pâques orthodoxes et le jeûne du Ramadan pour les musulmans. De l'autre, les affrontements nocturnes entre jeunes Palestiniens, policiers et extrémistes juifs.


Nous l’appelons « ville sainte » et « ville de la paix », mais quelques heures avant le début de la semaine sainte pour les Eglises orthodoxes – qui suivent le calendrier julien et célèbrent Pâques le 2 mai – Jérusalem semble tout sauf en paix. Depuis dix jours, en effet, juste à l’extérieur de la vieille ville (où se trouve le Saint-Sépulcre, le cœur des célébrations de Pâques), des affrontements ont lieu chaque nuit entre les habitants et les forces de police israéliennes.

Tout a commencé le 13 avril, premier jour du mois de jeûne du Ramadan. Après la fin de la prière du soir, quelques jeunes Palestiniens ont protesté contre la fermeture des marches devant la porte de Damas, l’entrée de la vieille ville qui revêt une importance symbolique considérable pour les habitants, notamment parce qu’elle donne un accès direct au quartier musulman.

Lire aussi >> Porte de Damas, la vivante

Les soirs de Ramadan, après la rupture du jeûne quotidien, les jeunes s’attardaient sur cette place pour se rencontrer, fumer le narguilé ou manger des sucreries achetées en vieille ville, décorée de façon festive pour cette période spéciale. La police a estimé nécessaire d’installer des barrières et de fermer des escaliers afin de faciliter le flux de centaines de personnes, qui passent par là le soir aussi pour se rendre à la mosquée Al Aqsa. Les forces israéliennes ont réagi aux manifestations palestiniennes d’une main de fer, avec des arrestations et des inculpations.

Affrontements nocturnes

Les jours suivants, les tensions se sont poursuivies, entraînant des agressions physiques et verbales entre Israéliens et Palestiniens dans les environs du centre ville. Les affrontements les plus importants devaient avoir lieu jeudi 22 avril, lorsqu’après la diffusion sur TikTok de vidéos d’attaques de Palestiniens contre des Israéliens, l’organisation d’extrême droite Lehava a appelé ses partisans à se rassembler pour « protéger l’honneur des Juifs ».

Le journal Haaretz rapporte que dans le groupe Whatsapp créé pour l’occasion, le ton était déjà hors de contrôle : « Nous devons leur casser la gueule, les enterrer vivants », ont écrit les extrémistes. Comme prévu, les affrontements se sont malheureusement poursuivis tard dans la nuit autour de la vieille ville, entre la Porte de Damas, la Porte Neuve et la place devant l’hôtel de ville de Jérusalem. Un groupe de 300 juifs criant « Mort aux Arabes ! » s’est heurté à un autre groupe de Palestiniens, tandis que la police tentait de séparer les deux camps.

Les grenades assourdissantes utilisées par la police pour disperser la foule, ainsi que les gaz lacrymogènes et les canons à eau, ont été entendus jusque tard dans la nuit. Le bilan est d’au moins 105 Palestiniens blessés, dont 22 hospitalisés, 20 officiers blessés et plus de 50 personnes arrêtées pour avoir jeté des pierres, lancé des feux d’artifice et agressé des officiers de police. Les résidents affirment que des manifestations palestiniennes aussi importantes que celles de ces derniers jours à la porte de Damas n’ont pas été vues à Jérusalem depuis 2014.

Les dégâts de la pandémie

Si ces scènes de guérilla urbaine nocturne ont même rappelé à certains l’époque de l’Intifada (le soulèvement palestinien qui a éclaté en deux temps distincts, dans les années 1980/90 et au début des années 2000 – ndlr), pendant la journée la vie semble s’écouler comme d’habitude, dans une sorte de schizophrénie typique de Jérusalem. Il ne reste que quelques objets abandonnés pour témoigner de l’agitation des heures de la nuit, comme un sweat-shirt de sport froissé sur l’asphalte, probablement perdu en fuyant la police.

En plein jour, Jérusalem doit faire face aux dégâts laissés par l’épidémie de coronavirus : magasins fermés, personnes sans travail, tourisme toujours au point mort. Les pèlerinages, eux aussi, devront attendre au moins jusqu’au 23 mai, date à laquelle Israël rouvrira ses portes aux groupes de touristes organisés. Malgré le succès de la campagne de vaccination, qui a permis de lever les restrictions, de nombreux magasins de la vieille ville de Jérusalem, sur la Via Dolorosa ou dans les rues du quartier chrétien, restent fermés.

Lire aussi >> Covid-19 : Israël vit une crise économique sans précédent dans son histoire

Pour la deuxième année consécutive, les fêtes de Pâques orthodoxes seront à nouveau sans pèlerin, en raison de la pandémie. Pour les commerçants locaux, ce sera un coup dur. « Je ne reste certainement pas ouvert pour vendre, mais je viens ici pour m’asseoir dans la boutique et attendre. Personne ne sait quand les choses iront mieux », explique un commerçant, les larmes aux yeux, assis parmi les croix et les icônes devant le Saint-Sépulcre. Si pour ceux qui possèdent un commerce, ce sera encore une année tragique, les fidèles locaux, comme ce fut le cas pour les fêtes de Pâques catholiques, auront au contraire la joie de pouvoir participer aux célébrations liturgiques.

Encore Pâques

L’événement le plus attendu de la semaine sainte sera ce que l’on appelle en arabe « Sabt el nur », le « samedi de la lumière », le jour de la cérémonie du feu sacré. En temps normal, la cérémonie est suivie chaque année par des milliers de personnes venues de Russie, de Grèce et d’autres nations orthodoxes, qui ne pourront à nouveau assister à la célébration que par le biais d’une diffusion en direct.

« Nous aurons comme toujours entre 2 000 et 3 000 personnes à l’intérieur de l’église, mais cette fois-ci, il s’agira uniquement de personnes vivant dans le pays, car il n’est toujours pas possible d’arriver depuis l’étranger », explique le sacristain grec-orthodoxe du Saint-Sépulcre.

« Samedi prochain, à 14h, le rite commencera et ce sera le moment le plus important », poursuit le père Azariah, un moine copte qui réside au Patriarcat copte de Jérusalem et sert à l’autel copte de la basilique du Saint-Sépulcre. Pour les Arméniens orthodoxes, les Syriaques et l’Église éthiopienne, ce sera également la semaine la plus importante. Les franciscains du couvent du Saint-Sépulcre eux-mêmes, bien qu’ils aient déjà célébré Pâques selon le calendrier catholique, revivront une fois de plus les rites de la Semaine Sainte.

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici