Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Vaccinations au Moyen-Orient, les premiers et les derniers

Terrasanta.net
26 avril 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Vaccinations au Moyen-Orient, les premiers et les derniers
Agents de santé palestiniens avec des flacons de vaccin contre la Covid-19 à Dura, Cisjordanie. ©WisamHashlamoun / Flash90)

Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord souffrent de la propagation du coronavirus. Mais entre le champion du monde qu’est Israël et la Syrie ou le Yémen, ravagés par la guerre, aucune région du monde ne réagit avec une telle diversité dans les campagnes de vaccination.


Dans les pays arabes, au moins 7 millions d’infections au coronavirus Sars-Cov2 ont été enregistrées à ce jour. Le nombre de décès, mesuré par rapport à un million d’habitants, varie considérablement : au 5 avril, il y en avait 942 au Liban, 747 en Iran, 729 en Israël ; il y en a officiellement beaucoup moins en Arabie saoudite, seulement 190, et 117 en Égypte. Mais sur les chiffres il ne peut y avoir de données homogènes, notamment dans les pays de la région en guerre, la Syrie et le Yémen, où la lutte contre le virus n’est pas une priorité.

Les situations de sécurité, les conditions de revenus, les structures de santé et les choix politiques très différents rendent la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord extrêmement inégale par rapport à la pandémie actuelle. Le PIB par habitant, par exemple, varie de près de 100 000 dollars au Qatar, l’un des pays les plus riches du monde, à 2000 dollars au Yémen.

Ces différences se reflètent également dans les campagnes de vaccination contre la Covid-19. La zone qui s’étend du Maroc à l’Iran comprend le pays record en termes de vaccinations, Israël, et des pays très pauvres et en guerre, comme le Yémen, qui reçoivent maintenant leurs premiers approvisionnements en vaccins dans le cadre du plan Covax (Covid-19 Vaccines Global Access) coordonné par l’Organisation mondiale de la santé. En Israël, 114 injections ont été administrées à ce jour sur 100 personnes ; 55% des Israéliens ont reçu la deuxième injection. Près de 30% de la population de Bahreïn a terminé les vaccinations, 11,5% au Maroc et près de 10% en Turquie.

Inégalités

Il n’est pas encore possible de comparer les données de tous les pays, car certains d’entre eux ne communiquent que le nombre total de vaccins administrés, sans que l’on sache combien ont terminé le traitement : 99 sur 100 aux Émirats arabes unis, 45 au Qatar, 21 en Arabie saoudite.

Après Israël, les leaders des campagnes de vaccination semblent être les Emirats Arabes Unis, la Turquie et le Maroc, qui font de leur atout un outil politique et diplomatique. Plus loin derrière se trouve un groupe de pays qui comprend l’Arabie saoudite, l’Iran, la Tunisie, l’Algérie, l’Égypte et la Jordanie. Les pays les plus instables, comme la Syrie, la Libye, le Yémen et l’Irak, sont également ceux qui ont le moins de chances de lancer une campagne efficace.

Lire aussi >> Vaccins anti-Covid, la Terre Sainte à deux vitesses

Plusieurs pays de la région reçoivent des doses par le biais de Covax, l’initiative mondiale qui vise à rendre les vaccins accessibles même aux pays pauvres ou en développement. Pour certains d’entre eux jusqu’à présent, c’est le seul moyen de disposer d’un minimum de vaccins, du moins pour le personnel de santé.

Géopolitique du vaccin

La « géopolitique de la pandémie » a généralement été divisée entre les vaccins « orientaux », de fabrication russe et chinoise, et les vaccins « occidentaux », de fabrication européenne et nord-américaine. Les différentes administrations de vaccins reflètent souvent des préférences politiques. La Russie et la Chine ont réalisé de gros investissements pour exporter leurs propres produits, renforcer leurs relations avec leurs alliés ou créer de nouvelles relations (le ministre chinois des affaires étrangères s’est récemment rendu dans plusieurs États de la région pour approfondir la coopération).

Les Émirats arabes unis et le Maroc se sont appuyés principalement sur les industries chinoises (Sinopharm), tout comme la Turquie avec Sinovac. L’Irak, l’Algérie et l’Égypte ont suivi la même ligne, mais avec des chiffres beaucoup plus faibles. Des doses du vaccin russe Sputnik ont été distribuées aux alliés de Moscou, l’Iran et la Syrie, mais aussi en Egypte, aux Émirats arabes unis et dans les Territoires palestiniens. L’Iran a également importé des vaccins de Chine, d’Inde et de Cuba, tandis que la campagne menée en Israël reposait principalement sur les flacons Pfizer-Biontech et Moderna, brevetés aux États-Unis et largement produits en Europe. Ce dernier a été également distribué dans une moindre mesure dans les pays du Golfe, au Liban, en Jordanie et en Tunisie, mais seul Israël disposait de doses suffisantes pour couvrir les besoins de la population.

Lire aussi >> Des bières gratuites pour inciter les jeunes israéliens à se faire vacciner

Les Émirats arabes unis sont l’État arabe chef de file de la campagne de vaccination et ont annoncé fin mars qu’ils allaient commencer à produire le Hatyat-Vax sur leur territoire, en partenariat avec la société pharmaceutique chinoise Sinopharm. Une autre usine de fabrication, située près d’Abu Dhabi, devrait entrer en service cette année. Mais la moindre efficacité des vaccins chinois, que des tests sont en train de vérifier dans des pays comme le Chili ou la Hongrie qui les ont largement utilisés, pourrait compromettre les projets des Émiriens.

Développer son propre vaccin

La Russie a promis à l’Égypte et à l’Algérie de coopérer à la production de vaccins Sputnik pour devenir des centres de distribution pour l’Afrique, tandis que le Maroc espère en devenir un pour les vaccins chinois. C’est le signe que le fait d’avoir une production nationale augmente non seulement la sécurité de la population, mais aussi l’influence internationale. La Turquie, Israël et l’Iran développent leurs propres vaccins, dans le but de devenir indépendants.

Deux exemples d’utilisation de vaccins à des fins diplomatiques. En janvier, le journal The Guardian a émis l’hypothèse que certains retards dans la livraison des vaccins Sinovac à la Turquie étaient le signe d’une pression exercée par Pékin pour qu’Ankara ratifie un traité avec la Chine qui facilite l’extradition des Ouïgours, des personnes issues de la minorité turcophone persécutée dans l’ouest de la Chine et réfugiées en Turquie.

Lire aussi >> Israël autorise le retour de groupes de touristes à partir du 23 mai

Israël a envoyé des quantités symboliques de Moderna au Honduras, à la République tchèque et à une vingtaine de pays (environ 5 000 doses chacun). Certains de ces pays ont déplacé leurs ambassades à Jérusalem. Ce n’est qu’au début du mois de mars que l’Etat hébreu a commencé à vacciner environ 120 000 Palestiniens de Cisjordanie qui ont un permis de travail en Israël. En Turquie, les provinces kurdes du sud-est seraient restées à la traîne dans la campagne. Il en va de même pour les travailleurs étrangers des pays riches du Golfe, comme le Koweït, qui ont eu moins d’accès.

Pour compliquer la situation, il ressort de certaines études et sondages récents que dans les pays arabes, les niveaux de confiance dans les vaccins sont les plus bas au monde. (F.P.)

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici