Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Pourquoi les juifs orthodoxes ne cessent de défier les règles sanitaires

Cécile Lemoine
13 janvier 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Pourquoi les juifs orthodoxes ne cessent de défier les règles sanitaires
Des juifs orthodoxes célèbrent le renouvellement du rouleau de la Torah de synagogue de Lvov, dans le nord d'Israël. 27 décembre 2020. David Cohen/FLASH90

Depuis le début de la pandémie, la communauté haredi est pointée du doigt pour son manque de respect des consignes. Entre observance vitale des commandements religieux et rejet de l'autorité de l'État, le phénomène interroge le rapport ambivalent du pouvoir et de la religion.


Comme lors du premier confinement, une partie des juifs orthodoxes fait de la résistance. Le passage à un confinement strict pour endiguer l’augmentation fulgurante du nombre de cas positifs le 7 janvier, a contraint les écoles israéliennes à fermer leurs portes. Si les yeshivot, les écoles religieuses orthodoxes s’y sont tenues les premiers jours, celles dirigées par les franges les plus radicales de la communauté ont bravé l’interdiction et rouvert mardi 12 janvier. Des affrontements avec la police ont éclaté, menant à une dizaine d’arrestations.

Ce n’est pas la première fois que les haredim (littéralement les Craignants Dieu), défient les consignes sanitaires. Déjà, au printemps, le port du masque avait mis du temps à se généraliser et les rabbins avaient refusé de fermer leurs synagogues. Les règles de distanciation sociale ont régulièrement été bafouées, en témoignent ces images de mariages, de fêtes religieuses et plus récemment d’enterrements, où les hommes se pressent dans leurs grands manteaux noirs les uns contre les autres et sans masques.

Rejet de la modernité

Résultat, les juifs orthodoxes sont la communauté la plus touchée par le virus en Israël : ils ont représenté jusqu’à 40% des nouveaux cas confirmés cet automne. Leurs villes et leurs quartiers ont enregistré les taux de contagion les plus élevés d’Israël. La propagation du virus a été d’autant plus rapide que les familles orthodoxes, souvent pauvres et nombreuses (7 enfants par femme en moyenne) vivent entassées dans des habitations trop étroites.

Comment expliquer cette défiance vis-à-vis des règles sanitaires ? D’où vient-elle ? « En grande partie de leur rejet de la modernité et de leur autarcie », explique à Terre Sainte Magazine Denis Charbit, professeur en sciences politiques à l’Université libre d’Israël et auteur du livre Israël et ses paradoxes. Volontairement coupés du monde moderne qu’ils jugent néfaste pour la vie juive et l’observance des commandements, les juifs orthodoxes n’ont perçu la gravité de la pandémie que bien après le reste du monde.

Accéder à une information vérifiée s’est avéré quasi impossible sans téléphone portable ni connexion internet, expliquant en partie le retard à l’allumage des rabbins dans la sensibilisation aux gestes barrières.

« Sans la Torah, le monde tombe »

Après l’ignorance est venu le déni face aux conséquences du virus. « Dans les premiers mois, certains orthodoxes ont estimé que parce qu’ils étaient gardiens de la foi, qu’ils priaient tous les jours et qu’ils respectaient les commandements divins, ils allaient être protégés », analyse Denis Charbit.

Rav Kanievsky, l’un des rabbins les plus influents de la communauté haredi est même allé jusqu’à affirmer, au moment où le gouvernement allait fermer les synagogues, mi-mars, que « cesser d’étudier la Torah, même un seul jour, [était] un risque plus grand pour la survie du peuple juif que le coronavirus. »

L’étude de la Torah est un des commandements du judaïsme. Les hommes haredim se réunissent trois fois par jour à la synagogue pour prier. Les étudiants des yeshivas peuvent passer 18 heures par jour à étudier ensemble. « Plus qu’un mode de vie, la prière et l’étude sont considérés comme les moyens de protéger la vie elle-même. « Sans la Torah, le monde tombe », disent les sages juifs », expose Joyce Dalsheim, spécialiste des questions de religiosité et de laïcité en Israël, dans un article pour The Conversation.

Sentiment anti-haredim

Braver les interdits devient « vital », tout autant qu’un acte de résistance. « Les orthodoxes se sont toujours méfiés de l’autorité de l’État, souligne Denis Charbit. Leur rejet des normes sanitaires cristallise un refus de tout ce qui vient de l’État, comme le service militaire, dont les orthodoxes sont exemptés. »

La position des rabbins s’est adoucie au fil des mois, certains encourageant même la vaccination. Seules les franges les plus radicales continuent à défier les règles. La situation n’en reste pas moins embarrassante pour le gouvernement, dont la coalition, qui repose sur le soutien des orthodoxes, pourrait éclater avec les élections du mois de mars.

« Les orthodoxes, par leur comportement et parce qu’ils sont économiquement dépendants des allocations familiales versées par l’État, se sont mis une partie de l’opinion publique, laïque, à dos, relate Denis Charbit. Le risque, c’est la fracture sociale. » Certains partis exploitent déjà ce sentiment anti-haredim, en vue des élections législatives du mois de mars.

_____

Pour approfondir

Les ultra orthodoxes à la loupe : notre dossier pour en savoir plus à commander ici.

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici