Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Fini les trous de mémoire

Marie-Armelle Beaulieu
21 mars 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Trente ans après, il me reste bien des souvenirs de mon premier pèlerinage en Terre Sainte. Certains sont précis, comme cette halte à Kursi sur la rive orientale du lac de Galilée. J’ai encore en mémoire ces pierres de basalte que nous allions retrouver dans la synagogue de Capharnaüm.

Et des ruines de cette église byzantine, il me souvient qu’il y avait des arceaux suspendus. Il faisait beau et comme nous arrivions du désert, même brûlés au soleil d’été, les paysages de Galilée et le bleu du lac de Tibériade faisaient l’impression de rives hospitalières.

Mais où ma mémoire fait cruellement défaut, c’est la raison pour laquelle nous nous sommes arrêtés là. Puisque le nom propre n’est pas mentionné dans le nouveau Testament, qu’est-ce qui avait bien pu motiver une halte ? Au retour de votre pèlerinage, en feuilletant l’album photos ne vous êtes-vous pas parfois trouvé en pareille situation ?

Redécouvrir le chemin de croix

Ce sont ces trous de mémoire que la nouvelle rubrique “Visite” vient combler. Régulièrement, Claire Burkel, bibliste, enseignante en Ecriture sainte au collège des Bernardins et familière des pèlerinages en Terre Sainte nous partagera sa connaissance du pays. Ce ne sera pas la science de l’archéologue mais l’expérience du guide qui combine le terrain et le texte et conduit nos pas sur le sol et pour mieux nous faire scruter la Parole de Dieu.

Et à propos de terrain, ce numéro – que vous devriez recevoir aux abords de la Semaine sainte – va nous conduire dans les rues sinueuses de la vieille ville. Il s’agit dans le dossier de redécouvrir le chemin de croix, son histoire, son évolution, les questions de l’archéologie contemporaine. Et puis comme souvent, une fois bien renseignés, la démarche du pèlerin n’en sera que plus assurée pour mettre ses pas dans ceux du Christ comme des générations de pèlerins avant nous.

Est-ce la connaissance qui nous permet de mieux croire, ou est-ce la foi qui donne son relief à nos connaissances ? Vous avez deux mois…

Erratum

Contrairement à ce que nous avons écrit dans l’article La vie quotidienne au Saint-Sépulcre dans le TSM 640 (novembre décembre 2015), les Franciscains ont le droit de célébrer les messes à la tombe dès 4 h 30 le matin.

Dernière mise à jour: 06/01/2024 19:20

Mélinée Le Priol

Ossama Hamdan, des mosaïques pour la Palestine de demain

Cet architecte palestinien de 56 ans a mené de nombreux projets de conservation en Terre Sainte. Ce qui compte le plus pour lui, sont pas tant les vieilles pierres que les hommes qui continuent de vivre à proximité.

Marie-Armelle Beaulieu

Les archives historiques préparent leur avenir

C’est le "saint des saints" de la Custodie. Il y est plus difficile d’y entrer que de pénétrer dans le bureau du custode. Ce sont les archives historiques de la Custodie.

Marie-Armelle Beaulieu

Le chemin de croix d’hier pour les pèlerins d’aujourd’hui

Au XVIIIe siècle les franciscains de la Custodie répondaient à la dévotion européenne en instituant à Jérusalem le chemin de croix dans les rues de la vieille ville (voir article page 32 du dossier). Au XXe, ils inaugurent une salle multimédia pour les préparer à vivre cette même expérience.

Kursi, une guérison et des cochons
Claire Burkel

Kursi, une guérison et des cochons

Un site ancien mais exhumé dans les années 1970. Il ne concerne qu’un seul passage d’évangile. Il a beau être de petite taille on peut néanmoins lui accoler un superlatif : c’est le plus grand ensemble monastique de l’âge byzantin en Terre Sainte.

Oser la paix  au sud Liban
Émilie Rey

Oser la paix au sud Liban

Aujourd’hui complètement hermétique, la frontière entre Israël et le Liban matérialise la nature fermée des relations entre les deux peuples depuis 50 ans. Terre Sainte Magazine vous emmène à la découverte d’un lieu unique au Liban où l’on prie pour la réconciliation des enfants d’Abraham.

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles
Thomas Duclert

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles

La Via Dolorosa est le chemin qu’aurait parcouru Jésus entre le lieu du jugement par Pilate et la crucifixion. C’est un lieu de dévotion majeur pour les pèlerins qui peuvent marcher avec le Christ et revivre dans la foi les dernières heures de sa Passion. Entre tradition, foi et archéologie, l’histoire sinueuse et méconnue de ce parcours vaut le détour.

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate
Thomas Duclert

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate

Janvier 2015, à grand renfort de communication, Amit Re’em, archéologue des Antiquités israéliennes annonce avoir découvert le prétoire où Pilate condamna Jésus. Le chemin de croix est-il remis en question quand la découverte se situe porte de Jaffa à l’opposé de la première station ?

Via Dolorosa, entre foi et archéologie
Thomas Duclert

Via Dolorosa, entre foi et archéologie

Le frère Eugenio Alliata est archéologue, professeur au Studium Biblicum Franciscanum et est directeur du musée de la Flagellation à Jérusalem. Guide lors des excursions des étudiants de l’école, nous lui avons demandé ses lumières sur la Via Dolorosa, le chemin de croix de Jérusalem.

La grande communion des saints
Frans Bouwen, m.afr.

La grande communion des saints

Où l’on apprend que dans le passé, ceux qui voulaient faire connaître ce que la foi dans son unité intrinsèque proclame n’ont pas hésité à faire des péchés véniels.