Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Kursi, une guérison et des cochons

Claire Burkel
20 mars 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Kursi, une guérison et des cochons
La nef ouest-est. Les colonnes de pierre blanche attestent du soin apporté à cette église édifiée en pays basaltique ©Stanislau Lee/SBF

Un site ancien mais exhumé dans les années 1970. Il ne concerne qu’un seul passage d’évangile. Il a beau être de petite taille on peut néanmoins lui accoler un superlatif : c’est le plus grand ensemble monastique de l’âge byzantin en Terre Sainte.


Dans les années qui suivirent la guerre des Six-jours en 1967, Israël récupéra la rive Est du lac de Galilée. Parallèlement aux travaux d’aménagements de l’État hébreu, les Antiquités israéliennes commencèrent de fouiller toute cette portion de territoire auparavant syrien au pied du Golan. C’est lors de la construction d’une route, que furent redécouverts ce village, son port et le monastère byzantin qui avait été détérioré lors de la conquête musulmane, puis abandonné vers le IXe siècle. Dès 1973 J-B. Livio en dressait un rapport de fouilles quasi complet.

Kursi tire son nom d’une déformation. Saint Jérôme (347-420), le traducteur de la Bible à partir de l’hébreu et du grec en latin, a confondu le lieu de Gergesa, totalement inconnu sur la carte de Palestine, mais lui-même déformé de Gerasa ou Gadara – selon les versions – avec Chorazaïn, un village bien repéré au nord du lac (Mt 11, 21). Avec les évolutions linguistiques le village prit le nom de Korsia, et le site que les pèlerins visitent actuellement est Kursi.

Un lieu évangélique

Qu’allons-nous voir à Kursi ? On ne peut plus y arriver en bateau comme le fit Jésus. La jetée de 100 mètres est sous eau et le port depuis longtemps envasé par les alluvions de l’oued Samak dévalant du Golan. Le débarcadère le plus proche se trouve à 7 km au kibboutz d’Ein Gev.

Mais par mer ou par la route, c’est un petit complexe en basalte noir qui s’offre au visiteur, entièrement ceint d’un mur de 3 mètres de haut, formant un rectangle à peu près régulier de 145 x 123 m. La face interne de cette clôture est enduite de plâtre sur lequel des traces de peintures sont encore visibles.

Une porte ouvre un chemin dallé de basalte et dans l’axe une église orientée de 45 m x 23,50 m, précédée d’un vaste atrium et d’un narthex. La nef et ses deux collatéraux datent du Ve siècle, puis au VIe l’ensemble a été augmenté de salles le long des bas-côtés. L’année 585 est inscrite en tesselles sur un des tapis de mosaïques de l’entrée ainsi que le nom de Stephanos, père abbé de l’époque ; des récits de pèlerins jusqu’au VIIIe siècle décrivent les lieux.

Lire aussi >> Hippos de la Décapole: lieu central pour le baptême des premiers chrétiens

Les salles côté sud forment deux chapelles, et celles du nord des pièces de réserve servant aux travaux des moines ; on peut y voir un pressoir à olives, énorme meule de basalte, dont ce n’était sans doute pas l’emplacement premier. Un baptistère modeste en briques est encore visible dans le diakonikon, la petite salle au sud de l’abside. Sous la première chapelle a été creusée une étroite crypte funéraire où les archéologues Dan Urman et Vassilios Tzaferis ont répertorié 28 squelettes d’hommes, tous dans la position où ils avaient été déposés.

Le plus touchant, ce sont les mosaïques recouvrant la totalité du sol de l’église et une partie de l’atrium.
De style très simple, à motifs géométriques noirs et blancs, elles sont agrémentées de médaillons inspirés de la flore et de la faune locales : melons et pastèques, dattes, grenades et grappes de raisin, cailles, pintades, lapins et canards, ces derniers tous pilonnés par quelque ultras musulmans qui ne souffraient sans doute pas que des créatures vivantes soient représentées.

Histoire de cochons

En tout cas cet acharnement systématique permet la datation. Le chœur possède encore quelques éléments de son chancel en marbre blanc et le banc du presbyterium est conservé entier dans le demi-cercle de l’abside.

Qu’allons-nous lire à Kursi ? Un épisode relaté par les synoptiques, chacun avec ses détails propres, la guérison par Jésus d’un possédé dont la violence est minutieusement décrite. [Mt 8, 28-34 ; Mc 5, 1-20 ; Lc 8, 26-39]. Les possédés sont deux chez Matthieu, un seul chez Marc et Luc.

Tous ont en commun de vivre en Décapole – cette enclave païenne de dix cités à l’est du lac -, de résider dans le cimetière du village, à proximité d’un élevage de porcs et enfin de nommer les esprits démoniaques qui les possèdent et les malmènent “légion”. Ultime aliénation, politique celle-ci, en plus de l’impureté, de la solitude forcée et de l’extrême démence de leur comportement ; nul ne les maîtrise et ils ne se maîtrisent pas eux-mêmes. Jésus en viendra à bout par sa seule parole adressée aux démons qui se précipiteront dans des porcs, lesquels, affolés se jetteront d’un escarpement dans le lac.

Alors, à ce moment de la lecture, il nous souvient que le geste précédent de Jésus, et cela aussi dans les 3 évangiles, avait été d’apaiser une tempête en pleine mer. [Mt 8, 23-27 ; Mc 4, 35-41 ; Lc 8, 22-25]. Fatigué par une longue journée, il se reposait dans la barque de Pierre, quand un gros temps soudain avait mis en péril l’embarcation et ses occupants. De la même manière une menace au vent avait suffi “tais-toi !” et un grand calme avait suivi.

Au calme

Assis sur la banquette de l’abside, face au soleil couchant, la meilleure heure pour profiter de ce paisible lieu, ou sous l’ombrage de l’énorme flamboyant à gauche de l’allée en entrant, le groupe de pèlerins peut prendre son temps, les visites ne sont pas légion (!). On en profitera pour méditer sur les leçons d’un tel miracle. On se réjouit tout d’abord pour le possédé délivré de son mal et remis dans son bon sens. On mesure le sacrifice qui lui est demandé, de ne pas emprunter le pas du groupe des disciples, mais de demeurer dans sa région afin que la Bonne nouvelle du salut soit déposée en cette terre, elle aussi en attente.

Lire aussi >> Hippos-Sussita, la ville païenne qui va ravir les pèlerins

Les païens ne seront pas toujours hostiles à Jésus et finiront par faire bon accueil à l’Évangile. On comprend que seule la mer, symbolisant ici la mort, dominée par la Toute-Puissance et rendue à son calme initial pouvait engloutir les esprits tourmenteurs et mortifères. C’est la désescalade à l’inverse du mouvement de création. En Gn 1, Dieu avait créé les eaux avant les animaux et les hommes ; ici Jésus rétablit l’homme dont la maladie, le malaise, le mal descendent dans l’animal qui lui-même s’engloutit dans les eaux.

Découvrir jésus

La question sur l’identité de Jésus est posée. Dès Mt 7, 28-29, “les foules étaient frappées de son enseignement car il les enseignait avec autorité” et devant la mer apaisée en Lc 8, 25 ce sont les disciples qui s’interrogent : “Qui est donc celui-là qu’il commande même aux vents et aux flots, et ils lui obéissent ?” Le Psaume leur est-il revenu en mémoire ? “Ils criaient vers le Seigneur dans leur détresse et lui, de leur angoisse les a délivrés. Il ramena la bourrasque au silence et les flots se turent.” (Ps 107, 28-29). Saint Jean, qui ne reprend pas l’épisode, dit dans un autre contexte la même attitude du Christ venu combattre le Mal : “Le Prince de ce monde va être jeté dehors.” (Jn 12, 31).

Le chemin est encore long jusqu’à la pleine compréhension de la personne du Christ. Kursi est une étape dans le va-et-vient du Galiléen d’une rive à l’autre du lac. Il n’a pas craint ni négligé de se rendre dans une terre païenne, mais le temps n’est pas encore venu d’y faire résonner la Révélation.

Le site, moins visité que les villes du côté occidental – Tabgha, Capharnaüm, Magdala – procure aujourd’hui le calme propice à la méditation. On peut même célébrer l’eucharistie dans l’abside de l’église, prenant la suite des religieux et des pèlerins qui nous y ont précédés, attachés à retrouver l’enseignement et les actes de Jésus attestés en ces lieux.


La Décapole

Avec le général Pompée qui conquiert le Proche-Orient en 63 av. J.-C. la carte géographique est “rebattue” : les 3 grandes régions demeurent, Judée, Samarie et Galilée, mais celle-ci se voit amputée d’une dizaine de cités. Elles sont réparties sur le territoire de la Gaulanitide, le plateau et les pentes du Golan, et du pays ammonite : Damas, Raphana, Dion, Gadara – aujourd’hui Umm Qeis – Gerasa – qui devint Jerash – Hippos, Kanatha, Pella, Philadelphie – l’actuelle Amman – et Scythopolis – l’ancienne Beth Shean. Jouissant d’un régime particulier elles devaient contribuer à helléniser le pays. Les juifs s’en tenaient à l’écart au motif de l’impureté qu’elles représentaient.

Dernière mise à jour: 06/01/2024 19:20

Mélinée Le Priol

Ossama Hamdan, des mosaïques pour la Palestine de demain

Cet architecte palestinien de 56 ans a mené de nombreux projets de conservation en Terre Sainte. Ce qui compte le plus pour lui, sont pas tant les vieilles pierres que les hommes qui continuent de vivre à proximité.

Marie-Armelle Beaulieu

Les archives historiques préparent leur avenir

C’est le "saint des saints" de la Custodie. Il y est plus difficile d’y entrer que de pénétrer dans le bureau du custode. Ce sont les archives historiques de la Custodie.

Marie-Armelle Beaulieu

Le chemin de croix d’hier pour les pèlerins d’aujourd’hui

Au XVIIIe siècle les franciscains de la Custodie répondaient à la dévotion européenne en instituant à Jérusalem le chemin de croix dans les rues de la vieille ville (voir article page 32 du dossier). Au XXe, ils inaugurent une salle multimédia pour les préparer à vivre cette même expérience.

Marie-Armelle Beaulieu

Fini les trous de mémoire

Oser la paix  au sud Liban
Émilie Rey

Oser la paix au sud Liban

Aujourd’hui complètement hermétique, la frontière entre Israël et le Liban matérialise la nature fermée des relations entre les deux peuples depuis 50 ans. Terre Sainte Magazine vous emmène à la découverte d’un lieu unique au Liban où l’on prie pour la réconciliation des enfants d’Abraham.

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles
Thomas Duclert

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles

La Via Dolorosa est le chemin qu’aurait parcouru Jésus entre le lieu du jugement par Pilate et la crucifixion. C’est un lieu de dévotion majeur pour les pèlerins qui peuvent marcher avec le Christ et revivre dans la foi les dernières heures de sa Passion. Entre tradition, foi et archéologie, l’histoire sinueuse et méconnue de ce parcours vaut le détour.

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate
Thomas Duclert

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate

Janvier 2015, à grand renfort de communication, Amit Re’em, archéologue des Antiquités israéliennes annonce avoir découvert le prétoire où Pilate condamna Jésus. Le chemin de croix est-il remis en question quand la découverte se situe porte de Jaffa à l’opposé de la première station ?

Via Dolorosa, entre foi et archéologie
Thomas Duclert

Via Dolorosa, entre foi et archéologie

Le frère Eugenio Alliata est archéologue, professeur au Studium Biblicum Franciscanum et est directeur du musée de la Flagellation à Jérusalem. Guide lors des excursions des étudiants de l’école, nous lui avons demandé ses lumières sur la Via Dolorosa, le chemin de croix de Jérusalem.

La grande communion des saints
Frans Bouwen, m.afr.

La grande communion des saints

Où l’on apprend que dans le passé, ceux qui voulaient faire connaître ce que la foi dans son unité intrinsèque proclame n’ont pas hésité à faire des péchés véniels.