Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le Maroc va normaliser ses relations avec Israël

Christophe Lafontaine
11 décembre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Le Maroc va normaliser ses relations avec Israël
Fidèles juifs de la synagogue Simhat Tora d'Agadir au Maroc ©Abir Sultan / Flash 90

Trump a annoncé hier une reprise des liens diplomatiques entre le Maroc et Israël. Joie pour les Israéliens d’origine marocaine. Choc chez les Palestiniens pour qui Mohammed VI dit refuser de sacrifier leurs droits.


C’est une nouvelle bombe sur la scène diplomatique de la part de Donald Trump. Mais selon lui, c’est plutôt « un grand pas en avant pour la paix au Moyen-Orient ! » Le Président américain a en effet déclaré le 10 décembre que le Maroc a l’intention de reprendre des relations officielles avec l’Etat hébreu. Après l’Egypte en 1979, la Jordanie en 1994, les Emirats arabes unis et le Bahreïn dans le cadre des accords d’Abraham de septembre dernier, le royaume chérifien est le cinquième pays arabe à prendre un virage diplomatique similaire. Et d’autres pourraient suivre. Le Soudan a donné son accord de principe. Et Jared Kushner, le conseiller principal et gendre de Donald Trump a estimé qu’une reconnaissance d’Israël par l’Arabie saoudite était « inéluctable ».

En contrepartie de ce « deal » entre le royaume d’Afrique du Nord et l’Etat hébreu, Donald Trump a fait savoir qu’il avait signé – dans un geste contraire au droit international – une déclaration reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Un ancien territoire espagnol en Afrique du nord, que se disputent le royaume du Maroc et le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui, aidé de l’Algérie. Le Maroc a qualifié la décision de Washington de « prise de position historique ».

Selon un communiqué du palais royal, Mohammed VI a déclaré que le royaume entendait prendre trois mesures concrètes avec Israël. Premièrement, faciliter les vols directs pour le transport des membres de la communauté juive marocaine et des touristes israéliens en provenance et à destination du Maroc. Deuxièmement, reprendre les contacts bilatéraux officiels et les relations diplomatiques avec Israël « dans les meilleurs délais ». Troisièmement, « promouvoir des relations innovantes dans les domaines économique et technologique. » Dans le passé, Tel Aviv et Rabat avaient déjà établi des relations diplomatiques durant les années 1990 suite aux accords de paix intérimaires d’Israël avec les Palestiniens, mais ces liens avaient été rompus après le déclenchement de la seconde Intifada en septembre 2000.

Silence assourdissant de l’Autorité palestinienne

Si jusqu’à la parution de cet article, l’Autorité Palestinienne est restée muette dans un silence de mort, on sait toutefois que les Palestiniens ont récemment fustigé les accords de normalisation avec le Bahreïn et les Emirats. Les Palestiniens avaient en effet pris cela comme un « coup de poignard dans le dos ». Pour Hanan Ashrawi, qui a récemment démissionné de son poste de haut-responsable au comité central de l’Organisation pour la Libération de la Palestine, cette décision est le fruit « de la corruption et du chantage de la part de l’administration Trump », un mois avant de quitter la Maison Blanche, le 20 janvier 2021. Hazem Qassem, le porte-parole du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, a réagi auprès de l’AFP qualifiant la décision de normalisation entre Israël et le Maroc de « péché politique » qui « ne sert pas la cause palestinienne et encourage l’occupation à continuer de nier les droits de notre peuple. »

Le Maroc dit soutenir une solution fondée sur deux Etats

L’hebdomadaire marocain TelQuel, constate qu’avec ce mouvement opéré par le Maroc il semblerait que « la solidarité arabe [avec le combat des Palestiniens contre l’occupation israélienne] a fait son temps », remplacée par une « realpolitik » pro-israélienne. Mohammed VI s’est toutefois entretenu hier au téléphone avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Pour l’assurer qu’il « ne renoncera jamais à son rôle dans la défense des droits légitimes du peuple palestinien », relate un communiqué du cabinet royal. Dans cette déclaration, le souverain a tenu à évoquer que « le Maroc soutient la solution à deux Etats et que les négociations entre les parties palestinienne et israélienne sont la seule voie pour parvenir à une solution définitive, durable et globale à ce conflit. » En sa qualité de Président du Comité Al-Qods (ndlr : Jérusalem en arabe), créé par l’Organisation de la Coopération Islamique pour œuvrer à la préservation du patrimoine religieux, culturel et urbanistique de la Ville sainte, le roi a également insisté « sur le respect de la liberté de pratiquer les rites religieux pour les adeptes des trois religions monothéistes. » La visite du pape François en mars 2019 avait été l’occasion pour lui de réaffirmer sa volonté de « préserver » Jérusalem comme « lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique ».

Une « décision historique » pour Benjamin Netanyahu

Du côté israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué jeudi soir l’accord de normalisation. « Je veux remercier le président Trump d’avoir mené ces accords et remercier le roi du Maroc Mohammed VI pour cette décision historique de faire la paix avec Israël ». Et d’ajouter que « le peuple marocain et le peuple juif ont toujours entretenu des relations chaleureuses à l’ère moderne. Tout le monde connaît l’amitié profonde démontrée par le roi du Maroc et la population marocaine à l’égard de la communauté juive locale. » Le Premier ministre a d’ailleurs qualifié de « pont humain » entre les deux pays les « centaines de milliers » de Juifs d’origine marocaine aujourd’hui établis en Israël.

Joie des Israéliens d’origine marocaine

Ils représenteraient environ 8% de la population de l’Etat hébreu. Les origines de la communauté juive au Maroc datent de l’exil qui a suivi la destruction du Second Temple de Jérusalem en 70. La communauté était à son apogée au début de la Seconde Guerre Mondiale avec 250 000 membres, quand Mohammed V avait résisté aux pressions exercées par les nazis qui réclamaient leur déportation. De nombreux juifs ont migré après l’indépendance du royaume.  Il ne reste aujourd’hui qu’environ 2000 Juifs au Maroc.

Beaucoup d’entre eux en Israël se réjouissent de la normalisation des relations entre le Maroc et leur pays. La classe politique d’origine marocaine n’a pas manqué de le faire savoir. « Dieu a permis ce grand jour. Réjouissons-nous et soyons heureux aujourd’hui, » a commenté Aryeh Deri, ministre israélien de l’Intérieur, né à Meknès, au centre du Maroc. « Nous qui sommes nés au Maroc, nous et tous les Marocains à travers le monde, attendions depuis si longtemps ce jour », a-t-il continué dans un communiqué.  « Je suis né en Israël mais le sang du Maroc coule dans mes veines », a déclaré Michael Biton, ministre des Affaires stratégiques, qui appartient au parti centriste Kakhol lavan. « Aujourd’hui est un jour de fête pour moi », a-t-il souligné. La ministre des Transports Miri Regev (Likoud), dont les parents sont d’origine sépharade du Maroc, a indiqué que « des générations entières de Marocains ont rêvé de la paix avec ce pays où ils avaient vu le jour et où notre culture est si profondément enracinée. »