Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Voici la saint Jean

Marie-Armelle Beaulieu
30 mai 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Dans trois semaines ce sera la fête de saint Jean le Baptiste, en arabe Yaḥya al-mûʿamidan. Et pour l’occasion, nous avons porté notre attention sur deux sites de Terre Sainte liés à la tradition du baptême par Jean. L’un est connu de nombreux pèlerins, c’est le site de Qasr el Yahoud, sur les rives du Jourdain, côté israélien. L’autre, les archéologues en sont encore à chercher à “prouver” ce que la tradition locale en dit. C’est le site de ‘Ain el-Maʿmoudiyé, littéralement la source du baptême, à l’ouest d’Hébron. Il pourrait s’agir d’un des lieux à l’écart où Jean avait choisi de se retirer. Sur place, j’ai été frappée par une chose. Visuellement ce site, encaissé au fond d’un wadi (vallon), est celui qui ressemble le plus aux icônes du baptême du Seigneur, avec leurs deux montagnes escarpées représentées de chaque côté du fleuve. Autant vous dire que cette appréciation toute personnelle n’a pas la moindre valeur historique.

En tous les cas, nous sommes heureux de vous faire découvrir un site, où ceux d’entre vous qui aiment sortir des sentiers battus, pourront aller crapahuter à loisir. Jean le Précurseur quant à lui avait de drôles d’habitudes, il “portait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage” (Mt 3, 4). En son temps, cet accoutrement ne produisait-il pas sur ses contemporains le même effet que les redingotes et chapeaux de fourrure des juifs ultra-orthodoxes de Jérusalem aujourd’hui ?

Terre Sainte Magazine a voulu vous faire découvrir cette communauté moins uniforme qu’il n’y paraît et tout à fait atypique dans le panorama du judaïsme contemporain. On ignore souvent qu’elle entretient des relations particulièrement compliquées avec l’État d’Israël et le sionisme. C’est paradoxal quand leur nombre, surtout à Jérusalem, fait d’eux la carte postale de l’État juif.

Nous poursuivrons notre compréhension des phénomènes migratoires des chrétiens de ce pays, cette fois pour tisser des ponts avec la diaspora, enfin vous saurez pourquoi les chrétiens orthodoxes embrassent une des colonnes de l’entrée du Saint-Sépulcre. Bref de quoi vous surprendre, on l’espère.♦

Dernière mise à jour: 06/02/2024 11:07

Terre Sainte n. 3/2018 – Sommaire TSM 655
Mai Juin 2018

Terre Sainte n. 3/2018 – Sommaire TSM 655

Qasr el Yahoud et la source du baptême - Le mystère de la colonne du Saint-Sépulcre

Qasr el Yahoud pour évoquer le baptême
Claire Burkel

Qasr el Yahoud pour évoquer le baptême

Qu’êtes-vous allés contempler au désert ? (Mt 11, 7). Une porte d’entrée en pèlerinage, voici ce que nous offre ce petit établissement à proximité de Jéricho, en plein désert.

Les chrétiens Palestiniens et la vie en diaspora
Nizar Halloun

Les chrétiens Palestiniens et la vie en diaspora

Comment un Palestinien en arrive-t-il à émigrer aux États-Unis, ou dans un pays du Golfe ? Une fois sur place, s’intègre-t-il ou reste-t-il palestinien ? Mieux comprendre l’émigration chrétienne peut aider à l’endiguer ou construire des ponts avec la diaspora.

Natalie Tahhan entre tradition & création
Nizar Halloun

Natalie Tahhan entre tradition & création

Natalie Tahhan, créatrice de mode, garde sa nouvelle collection à l’abri des regards indiscrets. Terre Sainte Magazine a rencontré dans un café du quartier culturel historique de Jérusalem-Est cette jeune Palestinienne qui se partage entre sa ville natale et les pays du Golfe.

Comme torrent au désert

Comme torrent au désert

En avril dernier, un phénomène climatique inédit s’est produit du nord au sud d’Israël. De violents orages ont éclaté qui ont entrainé d’importantes inondations. Les pluies tombées sur le centre montagneux du pays, suivant la déclivité du terrain, se sont collectées entre elles pour arriver en cascade des hauteurs vers les wadis du désert formant partout d’impressionnantes rivières de boue.

Le mystère de la colonne du Saint-Sépulcre
Arianna Poletti

Le mystère de la colonne du Saint-Sépulcre

A l’entrée du Saint-Sépulcre, on peut voir les pèlerins orthodoxes s’adonner à l’étrange vénération d’une colonne, à gauche de la porte. En quoi cette colonne, où ils insèrent des prières sur des papiers de toutes tailles, est-elle différente des autres ?

Les ultra-orthodoxes à la loupe
Un dossier réalisé par Paul Turban

Les ultra-orthodoxes à la loupe

Quand on les voit aux abords du mur occidental, quand on les croise dans la rue, leurs drôles d’habillements noirs sortis tout droit de la Pologne du XVIIe siècle intriguent et fascinent. Les juifs ultra-orthodoxes constituent 8 % de la population israélienne. Ils sont la carte postale de sa société religieuse, pourtant ils entretiennent un rapport complexe avec le reste du judaïsme comme aussi et surtout avec l’État d’Israël. Tour à tour, une socio-anthropologue, un analyste politique et un économiste vont pour nous lever le voile sur la communauté des hommes en noir.

Le monde méconnu des Craignant-Dieu

Le monde méconnu des Craignant-Dieu

Extérieurement on reconnaît les haredim (pour le sens des mots en italique, voir le glossaire page 31) à leurs papillotes de cheveux bouclés et à leur grand chapeau noir. Mais on connaît peu le quotidien des quartiers très fermés où vivent ces hommes en noir. Immersion au sein du monde de l’ultra-orthodoxie juive avec la socio-anthropologue Florence Heymann.

L’économie israélienne au péril de l’ultra-orthodoxie
Paul Turban

L’économie israélienne au péril de l’ultra-orthodoxie

La moitié de la communauté ultra-orthodoxe vit sous le seuil de pauvreté, la faute à un mode de vie qui ne permet pas d’avoir des revenus suffisants. Alors que tous les voyants de l’économie israélienne sont au vert, le moment est plus que jamais propice à l’intégration des hommes en noir.