Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Omar Harami : “Quand les gens ont la foi, ils peuvent changer les choses

Cécile Lemoine
17 janvier 2024
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Omar Harami : “Quand  les gens ont la foi, ils peuvent changer les choses
Le cousin d’un otage raconte l’histoire de son enlèvement à la délégation des pasteurs sud-africains accompagnés par Omar Harami. ©Cécile Lemoine/TSM

Palestinien chrétien à la tête de Sabeel, le Centre œcuménique de Théologie de la libération, Omar Harami œuvre pour mettre l’humain au cœur du dialogue israélo-palestinien et estime que les gens qui ont la foi peuvent être un moteur pour reconstruire les ponts qui ont été rompus le 7 octobre.


L’un des partenaires principaux de Sabeel est l’organisation Rabbins pour les droits de l’homme, qui a aidé à coordonner la rencontre avec des familles d’otages à Tel Aviv. ©Cécile Lemoine/TSM

C’est la première fois qu’il vient sur la “Place des otages”, cette esplanade de Tel Aviv transformée en mémorial géant après le 7 octobre. Au milieu des installations qui crient leur absence et exigent leur retour, Omar Harami déambule, le regard distrait. L’attention de ce chrétien palestinien est plutôt portée sur la délégation de pasteurs sud-africains, dont il est le guide, venus exprimer leur solidarité aux deux peuples. Une mission qui fait partie intégrante du ministère de Sabeel, le Centre œcuménique de Théologie de la libération créé en 1987 et qu’il dirige depuis 2016.

Son regard tombe enfin sur celui qu’il cherche : Alon Liel, ancien ambassadeur israélien en Afrique du Sud. Le diplomate à la retraite est bénévole auprès du Forum des Familles des otages et s’occupe du plaidoyer. Il brosse rapidement la situation aux pasteurs. À la fin du topo, Omar Harami dresse son imposante carrure pour expliquer le sens de la coordination de Sabeel : “Nos religions ne permettent pas la prise d’otage ou ce genre de comportement violent envers l’autre. On souhaite que tout le monde revienne à la maison. Les civils et les enfants ne sont pas des monnaies d’échange.”

Un discours de solidarité qui détone dans le contexte hyperpolarisé de la société israélo-palestinienne depuis le 7 octobre. “Sabeel n’est pas une organisation de dialogue ordinaire, explique Omar Harami. Nous ne sommes ni une organisation palestinienne, ni une organisation israélienne. Nous sommes des gens de foi et nous promouvons les valeurs chrétiennes, dont la défense des opprimés.” Dès le 8 octobre, Sabeel a appelé à la fin de la violence. Un mois plus tard, Omar est le premier à organiser une prière inter-religieuse à Jérusalem : seulement une petite dizaine de juifs, chrétiens et musulmans ont prié en silence devant la porte de Jaffa. “C’est un petit pas, mais un pas important, affirmait Omar ce soir-là. L’idée c’est de lancer un message sur le plan humain : de pleurer la perte de toutes ces vies innocentes, peu importe qu’elles soient israéliennes ou palestiniennes, parce que nous sommes avant tout des humains.”

Quand les gens ont la foi, ils peuvent changer les choses. Si je vois des gens qui sont sincèrement engagés pour libérer les autres, cela ne me donne pas d’espoir mais de l’assurance : je suis 100 % sûr que nous, Palestiniens, nous serons un jour libres.”

Le directeur de Sabeel n’a pu que constater un raidissement des rapports avec ses partenaires juifs au début de la guerre : “Personne ne voulait se parler. Juste après le 7 octobre, j’ai envoyé des messages à des amis israéliens. Ils ne me répondaient pas, ou alors m’invectivaient au téléphone. Mais aujourd’hui, c’est plus facile pour moi de dire : ‘Allons-y ensemble”, de donner l’exemple’.” Omar se lance dans le récit d’une anecdote révélatrice : “Il a été un moment question d’écrire une déclaration commune avec différentes organisations israéliennes. On appelait à la libération des otages et à la fin de la guerre, mais ils ont refusé qu’on parle des détenus palestiniens. Ils m’ont demandé si Sabeel signerait la déclaration, j’ai dit oui. Ma position n’est pas celle de : ‘Si tu défends mes enfants je défendrai les tiens.’ Ma foi dit : je défends tes enfants avec toi. Mais ça ne signifie pas que j’arrête de défendre les miens. Donc j’ai continué à pousser pour l’ajout de cette mention et ils ont fini par accepter. Je suis persuadé que si nous sommes solides et vrais dans nos fois, nos valeurs, les autres peuvent être encouragés à agir de la même manière.”

Une philosophie profondément ancrée dans la Théologie de la libération palestinienne : “On ne parle pas de Terre Sainte, mais de ‘Terre de celui qui est saint’, et cela change toute la dynamique”, lance Omar Harami, avant d’expliciter : “Qu’est-ce qui rend sainte cette terre ? Le fait que Dieu, se soit fait chair. Or la chair, ce sont les gens : l’homme a été créé à l’image de Dieu. Donc si on agit avec humanité, on se rapproche du divin. L’autre est plus important que ma religion. Si on croit que Dieu est une priorité sur les hommes, on légitime la torture, le bafouement des droits… Beaucoup de gens ici croient qu’il faut sacrifier pour Dieu, et n’acceptent pas que Dieu se sacrifie pour nous.”

A-t-il de l’espoir ? “Je n’utilise pas ce mot, sourit le directeur de Sabeel. Je trouve cette logique stupide. Je crois en la foi. Quand les gens ont la foi, ils peuvent changer les choses. Si je vois des gens qui sont sincèrement engagés pour libérer les autres, cela ne me donne pas d’espoir mais de l’assurance : je suis 100 % sûr que nous, Palestiniens, nous serons un jour libres.”  ♦

 

Dernière mise à jour: 17/01/2024 14:35

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!
Giulia Ceccutti

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!

Les Rabbins pour les droits de l’homme, actifs en Israël et en Palestine depuis 1988, ont une conviction théologique : l’humanité, créée à l’image de Dieu, mérite la vie, indépendamment des frontières et des nationalités. Une pierre angulaire qui les fait tenir même après les massacres du 7 octobre.

Cardinal Pizzaballa :  “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

Cardinal Pizzaballa : “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”

Depuis que Mgr Pierbattista Pizzaballa s’est vu confié le diocèse si particulier du patriarcat latin, il revient régulièrement sur la double vocation de Jérusalem comme Église locale et universelle. Nous lui avons demandé quelle place tenaient les pèlerins, quand lui-même déclare le pèlerinage comme constitutif de l’ADN de la ville sainte.

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”

Les événements qui se déroulent depuis le 7 octobre 2023 ont profondément affecté le tissu social entre juifs et non-juifs. Terre Sainte Magazine est allé à la rencontre de deux acteurs des pèlerinages. Palestiniens, ils sont en contact permanent avec des juifs et ont bien l’intention de continuer, sûrs aussi que c’est une chance pour la paix.

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”

C’est entendu, on vient en pèlerinage pour mettre ses pas dans les pas du Christ. Pourquoi donc des directeurs de pèlerinages diocésains, des curés de paroisse, des passionnés de Terre Sainte prennent-ils du temps pour faire rencontrer à leurs groupes des Israéliens ou des Palestiniens ? Et si la paix que nous appelons de nos vœux trouvait là ses premiers artisans ?

Marie-Armelle Beaulieu

Mgr Pizzaballa a tracé le cap pour 2024

Une fois n'est pas coutume, dans ce billet d'Humeur la parole est laissée au Cardinal Pizzaballa.

Abraham notre père commun
Claire Burkel (Enseignante à l’École Cathédrale-Paris)

Abraham notre père commun

Pour ouvrir cette nouvelle série de “Venez et Voyez”, révérence gardée au premier des héros bibliques, le patriarche Abraham. 14 chapitres narrent son histoire dans l’Ancien Testament, de Gn 11, 26 à 25, 11 ; mais il est mentionné dans les deux Testaments avec plus de 100 références. Un vrai patriarche !

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et  les chances d’avenir offertes
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et les chances d’avenir offertes

La date de Pâques arrive tôt dans l’année civile 2024, obligeant Terre Sainte Magazine à vous parler dès maintenant de la collecte du Vendredi saint. Pour le faire nous avons demandé un entretien avec le custode de Terre Sainte, le frère Francesco Patton, qui explique l’importance de cette démarche de solidarité avec l’Église de Terre Sainte et spécialement les œuvres de la Custodie.