Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Standing Together: “La guerre ne peut pas garantir notre sécurité. Il faut une alternative”

Cécile Lemoine
17 janvier 2024
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Standing Together: “La guerre ne peut pas garantir notre sécurité. Il faut une alternative”
Dans sa tournée à travers le pays, le mouvement Debout ensemble a donné des conférences aussi bien dans des villes arabes que dans des villes juives. Ici, à Baka al-Arabie, le 10 novembre 2023. ©Standing Together

Depuis le début de la guerre, l’organisation israélienne Debout ensemble tente de montrer, à travers diverses initiatives, que malgré la polarisation de la société, juifs et arabes militent toujours pour une société partagée.


« Ensemble”. Lettres arabes et hébraïques blanches sur fond violet, les 400 affichettes brandies par une foule bigarrée dans un bar de Jérusalem font briller autant de lueurs d’espoir dans la noirceur d’un conflit qui paraît parfois sans issue. Ils sont juifs, arabes, Israéliens, Palestiniens, étudiants, retraités, salariés…

Alors que la société israélienne n’a jamais été aussi fracturée, eux continuent à faire vivre l’idée d’une société partagée : “Nous sommes les gens qui nous battons vraiment pour cet endroit, nous qui comprenons que la guerre ne peut pas garantir notre sécurité”, lance devant la foule rassemblée à Jérusalem Rula Daoud, palestinienne de citoyenneté israélienne qui codirige Debout ensemble.

Une critique à peine voilée à la politique va-t’en guerre de Benyamin Netanyahou, qui a fait de l’éradication du Hamas une mission quasi personnelle. “Il faut une alternative, poursuit-elle avec charisme. Ma libération en tant que Palestinienne ne peut se faire par le sang de bébés juifs. Mais je reconnais que le sentiment palestinien selon lequel ‘enfin quelqu’un a riposté’ est la réaction normale d’un peuple occupé et dominé. Dans ce pays il y a deux nations, et aucune d’elles ne va nulle part : la sécurité des deux peuples ne peut passer que par un accord de paix israélo-palestinien, pas par une nouvelle escalade.” Les applaudissements sont nourris.

Après s’être réuni dans des salles closes, le mouvement Standing Together trouve le courage de manifester dans la rue. Ici le 28 décembre à Tel Aviv réclamant un cessez-le-feu et deux états. ©Tomer Neuberg/Flash90

Depuis le début de la guerre, Debout ensemble, organisation qui mobilise des citoyens juifs et palestiniens d’Israël en faveur de la paix, de l’égalité et de la justice, se déplace dans tout le pays et convie qui le souhaite à partager son chagrin, ses douleurs, ses idées… Objectif : montrer qu’il y a des gens derrière le slogan “juifs et arabes ensemble”, explique Shir Yerushalmi, pétillante brune à lunettes qui travaille depuis septembre pour le mouvement. 400 personnes à Jérusalem, 700 à Haïfa, 200 à Tamra, plusieurs autres centaines à Abu Gosh, Tel Aviv, Lod… partout où elle passe, la conférence fait salle comble.

Reconnaître la douleur de l’autre

“Même si le premier réflexe en temps de guerre, c’est la radicalisation, on voit que beaucoup veulent vivre une vie calme et en sécurité. Alors que le dialogue est quasi impossible dans la société israélienne aujourd’hui, Debout ensemble offre une alternative, un cadre pour agir activement ensemble”, analyse Shir, qui s’étonne encore que l’organisation compte désormais 6 800 activistes, soit 2 000 de plus qu’avant la guerre : “Beaucoup de gens se sont portés volontaires dans nos réseaux de solidarité à Jaffa, Haïfa, Beer Sheva, Nazareth, tandis que d’autres ont vu le jour dans des villes comme Karmiel en Galilée”, illustre la jeune femme, étudiante en économie et en sciences politiques à Jérusalem.

14 groupes sont désormais actifs et à l’initiative d’une centaine de petites actions de solidarité, allant du nettoyage d’abris anti-roquettes, à la collecte de nourriture pour les bédouins, en passant par la pose d’affiches dans les rues avec le slogan bilingue “Nous nous en sortirons ensemble”. “Deux fois, des activistes se sont fait arrêter par la police à Jérusalem : ils ont dû voir l’arabe comme quelque chose de menaçant”, relate Shir Yerushalmi.

Lire aussi >> Omar Harami : “Quand les gens ont la foi, ils peuvent changer les choses »

Si son engagement auprès du mouvement canalise ses pensées et sa tristesse, la jeune femme se dit profondément touchée par les évènements du 7 octobre. “J’ai réalisé que j’étais plus proche du narratif israélien que ce que je pensais. Mais ça ne m’empêche pas de reconnaître la douleur de l’autre côté. J’ai rencontré des Gaziotes pendant mes études à l’Institut Arava, et toutes leurs familles sont là-bas. Je ne blâme pas les personnes. Seulement les politiques des gens au pouvoir de part et d’autre.”

Comment construire une société partagée ? Le défi, pour les organisations comme Debout ensemble, c’est d’étendre leur base, de sortir des cercles traditionnels de la gauche israélienne pour toucher des personnes qui ne sont pas déjà convaincues par ces idées. “Pour rapprocher les gens, il faut parler des intérêts qu’ils ont en commun : la sécurité, la liberté, un coût de la vie moins élevé, estime Rula Daoud lors de sa conférence à Jérusalem. Mais il est encore trop tôt pour cela. Le vrai travail va commencer après la guerre.”

Dernière mise à jour: 17/01/2024 14:26

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!
Giulia Ceccutti

Rabbins pour les droits de l’homme: Stop à la violence!

Les Rabbins pour les droits de l’homme, actifs en Israël et en Palestine depuis 1988, ont une conviction théologique : l’humanité, créée à l’image de Dieu, mérite la vie, indépendamment des frontières et des nationalités. Une pierre angulaire qui les fait tenir même après les massacres du 7 octobre.

Cardinal Pizzaballa :  “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

Cardinal Pizzaballa : “Les pèlerins sont l’autre poumon de notre Église”

Depuis que Mgr Pierbattista Pizzaballa s’est vu confié le diocèse si particulier du patriarcat latin, il revient régulièrement sur la double vocation de Jérusalem comme Église locale et universelle. Nous lui avons demandé quelle place tenaient les pèlerins, quand lui-même déclare le pèlerinage comme constitutif de l’ADN de la ville sainte.

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Les pèlerinages sont une bénédiction pour créer du lien entre nous, juifs et Palestiniens”

Les événements qui se déroulent depuis le 7 octobre 2023 ont profondément affecté le tissu social entre juifs et non-juifs. Terre Sainte Magazine est allé à la rencontre de deux acteurs des pèlerinages. Palestiniens, ils sont en contact permanent avec des juifs et ont bien l’intention de continuer, sûrs aussi que c’est une chance pour la paix.

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

“Ceux que nous avons rencontrés habitent nos prières”

C’est entendu, on vient en pèlerinage pour mettre ses pas dans les pas du Christ. Pourquoi donc des directeurs de pèlerinages diocésains, des curés de paroisse, des passionnés de Terre Sainte prennent-ils du temps pour faire rencontrer à leurs groupes des Israéliens ou des Palestiniens ? Et si la paix que nous appelons de nos vœux trouvait là ses premiers artisans ?

Marie-Armelle Beaulieu

Mgr Pizzaballa a tracé le cap pour 2024

Une fois n'est pas coutume, dans ce billet d'Humeur la parole est laissée au Cardinal Pizzaballa.

Abraham notre père commun
Claire Burkel (Enseignante à l’École Cathédrale-Paris)

Abraham notre père commun

Pour ouvrir cette nouvelle série de “Venez et Voyez”, révérence gardée au premier des héros bibliques, le patriarche Abraham. 14 chapitres narrent son histoire dans l’Ancien Testament, de Gn 11, 26 à 25, 11 ; mais il est mentionné dans les deux Testaments avec plus de 100 références. Un vrai patriarche !

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et  les chances d’avenir offertes
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

La richesse de la Custodie ce sont ses écoles et les chances d’avenir offertes

La date de Pâques arrive tôt dans l’année civile 2024, obligeant Terre Sainte Magazine à vous parler dès maintenant de la collecte du Vendredi saint. Pour le faire nous avons demandé un entretien avec le custode de Terre Sainte, le frère Francesco Patton, qui explique l’importance de cette démarche de solidarité avec l’Église de Terre Sainte et spécialement les œuvres de la Custodie.