Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La péninsule arabique par une nuit de pleine lune

Marie-Armelle Beaulieu
21 novembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

À la une du numéro 646


Un jour, un homme voulu en avoir le cœur net. Il se rendit à la préfecture de Marseille et demanda à un préposé : “Combien y a-t-il d’Arabes à Marseille ?”. Du fait de la loi française, la statistique n’existe pas. En effet, en France, depuis la Révolution on est français ou étranger.

Depuis 1872, aucun recensement ne cherche plus à différencier les habitants sur des critères de couleur de peau ou d’ethnie. C’est d’ailleurs inscrit dans le premier article de la Constitution : la République “assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion”.

L’histoire ne dit pas si c’est la bonne volonté du préposé ou l’opiniâtreté du requérant, toujours est-il que le premier interrogea malgré tout les données à sa disposition. Quand enfin il leva le nez de son ordinateur, il annonça à son interlocuteur interloqué : “Deux”.

Deux, comme 1+1, deux… Deux, comme les tours jumelles, comme le nombre de nos mains. Deux comme… Deux ? Non franchement, si il y avait deux Arabes à Marseille ça se saurait !

Et le préposé de s’expliquer : “Il y a deux personnes enregistrées à Marseille originaires d’Arabie Saoudite.” Il y avait donc cette année-là deux Saoudiens à Marseille. Et le préposé avait raison, stricto sensu et sans contrevenir à la loi, eux seuls pouvaient à juste titre être qualifiés d’arabes.

Commencement

Au moment de choisir la photo de Une, nous avons d’abord pensé à mettre un beau visage. On exclut les femmes pour ne pas stigmatiser l’appartenance arabe avec le port du voile ou non. De même pour les djelbab (robes longues portées par quelques hommes) ou les keffiehs (châles) dont les couleurs, les motifs ou la façon de les porter varient d’un pays à l’autre.

Si il ne fallait pas stigmatiser la personne arabe par sa mode vestimentaire, alors pouvait-on le faire avec les traits de son visage ? Qui d’entre nous n’a jamais estimé de quelqu’un qu’il avait une “tête d’arabe” ? Mais c’est quoi une tête d’arabe ? Des quantités de visages et de morphotypes ont défilé dans nos esprits… Nous qui vivons ici, nous nous risquons parfois à dire que celui-ci est syrien, ou égyptien, ou algérien, ou marocain mais bien malin serait celui capable, en regardant ces quatre morphotypes, de leur trouver quelque chose en commun.

C’est ainsi que nous sommes partis du commencement, de la péninsule arabique. La photo que vous voyez ici n’a pas de caractère scientifique quant au relief présenté. C’est un travail artistique assisté par ordinateur, réalisé par un photographe russe, Anton Balazh, à partir de clichés pris par la Nasa.

Il a travaillé ainsi une bonne partie de la planète et on peut faire l’acquisition des photos en très haute définition pour une bouchée de pain ! 

Dernière mise à jour: 21/01/2024 22:45

Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Le coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais des religieux viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple
Gabriel Abensour

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple

Un nouveau sanhédrin et un nouveau grand prêtre pour Israel? La construction du 3e Temple est imminente? Le point de Gabriel Abensour sur une question brûlante.

Marie-Armelle Beaulieu

Je suis un étranger

Édito du numéro 646

Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac
Claire Burkel

Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac

Pour ceux qui peuvent inscrire dans leur pèlerinage une promenade sur le lac de Tibériade, c’est une belle occasion de lire un grand nombre d’épisodes de la vie de Jésus et des apôtres in situ.

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne
Arianna Poletti

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne

Trente-deux des cinquante colonnes de la basilique de la Nativité sont peintes de figures de saints. Elles attendent leur restauration.

Mambré, les racines du ciel
Thomas Duclert

Mambré, les racines du ciel

Accueillir le Seigneur sous sa tente. C’est l’expérience que fit Abraham. Un lieu commémore cette rencontre et bientôt il n’attendra que votre visite sur la route de votre pèlerinage.

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière
Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Paradoxe : ce coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais ce sont des religieux issus des trois grands monothéismes qui viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille
Mélinée Le Priol

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille

Le bienheureux, dont on fête cette année le centenaire de la mort, vécut à Nazareth dans la prière et l’adoration entre 1897 et 1900. Riche en intuitions spirituelles, cette époque fut peut-être la plus étrange de sa vie.

De qui arabe est-il le nom ?
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

De qui arabe est-il le nom ?

Arabe. Monde arabe. Chrétiens arabes. Qu’il soit nom ou adjectif, le terme finirait presque par faire peur aux uns et révulser les autres, tandis que 350 millions de personnes au Proche-Orient et ailleurs le vivent comme une fierté. Mais sait-on vraiment ce que recouvre ce mot ? Et par conséquent, l’emploie-t-on à bon escient ?