Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le projet d’un espace mixte au mur Occidental au point mort

Christophe Lafontaine
30 décembre 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Le projet d’un espace mixte au mur Occidental au point mort
Des Juifs prient dans la section de prière mixte du Mur occidental dans la vieille ville de Jérusalem, le 3 janvier 2018, avant une audience à la Cour suprême concernant l'aménagement du Mur occidental. Photo par Yonatan Sindel/Flash90

Le Premier ministre d’Israël et son ministre des Affaires religieuses ont choisi mi-décembre de suspendre le plan de mise en œuvre d’une zone mixte au Kotel. Colère des Juifs massorti, réformés et des « femmes du mur ».


La mise en place d’un espace mixte de prière au mur Occidental à Jérusalem est un serpent de mer qui nage décidément en eaux gelées. « Nous avons décidé de ne pas nous occuper de ça pour le moment, point final », a déclaré Matan Kahana, le ministre israélien des Affaires religieuses à ses conseillers, le 12 décembre. « On gèle tout pour le moment. On n’y touche pas », a-t-il rajouté. Les propos ont été rapportés par le site d’information israélien Zman, le Times of Israel en hébreu.

Yaïr Lapid, le ministre des Affaires étrangères, le lendemain, lors d’une réunion de son parti centriste Yesh Atid (Il y a un avenir), a déclaré soutenir l’arrangement mais a rajouté que tout ne pouvait pas se faire en même temps. « Nous avons quatre ans et nous ferons avancer beaucoup de choses pendant cette période » a-t-il ajouté.

Lire aussi==>>En route pour l’égalité homme-femme au Mur Occidental?

En réalité, l’autorité sur cette question appartient au bureau du Premier ministre et au secrétaire du Cabinet Shalom Shlomo. Ce dernier, en réponse à des questions écrites du Jerusalem Post, a nié que le gouvernement ait voulu retarder la mise en œuvre « pendant une longue période de temps », affirmant que le problème était « en cours de traitement ». Mais il a convenu comme Yaïr Lapid qu’il n’était pas possible d’atteindre tous les objectifs du gouvernement à la fois.

La diaspora aux aguets

L’arrangement adopté en 2016 avait vocation de permettre l’accès et la prière au mur Occidental pour tous les courants du judaïsme. Il avait été négocié en 2016 par le président de l’Agence juive de l’époque, Natan Sharansky, avec les dirigeants de la diaspora juive constituée majoritairement des courants non-orthodoxes, c’est-à-dire pour la majorité « réformés » ou « conservateurs » (massorti). Plus de la moitié des Juifs américains, contre seulement un petit dixième des Juifs israéliens se disent non-orthodoxes. Attachés au pluralisme religieux, ils ont une approche moderniste du judaïsme. Parmi les parties prenantes à l’accord, figuraient aussi logiquement les représentants en Israël de ces courants religieux libéraux ainsi que « les femmes du mur » qui militent pour que les femmes soient autorisées à lire la Torah au pied du mur Occidental et à conduire des services religieux. Elles sont souvent victimes de violence lorsqu’elles viennent prier au mur. L’accord avait été également approuvé par les partis de la coalition de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Lire aussi ==>> Rétropédalage de Netanyahou sur l’accord au Mur Occidental

Cependant l’accord a été suspendu un an et demi plus tard sous la pression des partenaires ultra-orthodoxes de la coalition de Netanyahu, qui s’étaient alignés sur l’opposition à cet accord d’« un groupe très extrémiste » mais « pas ultra-orthodoxe », a tenu à préciser Matan Kahana. Quoi qu’il en soit, « ce fut vraiment un moment dévastateur pour les communautés juives dans diverses parties du monde, principalement aux États-Unis, ce qui a entraîné une augmentation des tensions entre la diaspora juive et Israël », a écrit le 16 décembre – dans une tribune éditée par Haaretz – l’américain Jonathan Greenblatt qui est PDG de l’Anti-Defamation League dont le but premier est de soutenir les Juifs contre toute forme d’antisémitisme et de discrimination.

Dans les plans, la section non orthodoxe, ici à droite et grossièrement ombrée en bleu, devrait doubler de taille pour atteindre près de 930 m2. Mais elle sera toujours beaucoup plus petite que la section orthodoxe, ombrée en violet à sa gauche. La section orthodoxe occupe une superficie de quelque 2000 m2.

Des promesses menacées

Pour bien comprendre, la place principale du mur Occidental, qui est contrôlée par une fondation orthodoxe, est divisée en espaces de prière séparés pour les hommes et les femmes qui ne sont pas autorisées à lire un rouleau de la Torah, conformément à la pratique orthodoxe traditionnelle. La place égalitaire au sud de la place principale est située sur une plate-forme temporaire au sommet d’un parc archéologique. Le compromis, s’il était concrétisé, permettrait de voir cette zone agrandie et construite dans une structure permanente désignée pour la prière égalitaire. Le plan donnerait aussi aux représentants des mouvements réformiste et conservateur une place dans le comité directeur de surveillance du site saint. La place centrale du mur Occidental étant désignée comme un lieu de prière orthodoxe uniquement.

La coalition gouvernementale dirigée actuellement par Naftali Bennett qui ne compte aucun ultra-orthodoxe pouvait laisser penser que les choses avanceraient concrètement. D’autant que depuis l’été, plusieurs membres du gouvernement s’étaient, du moins rhétoriquement, engagés en faveur de la mise en œuvre de l’accord. Finalement, le gouvernement Bennett ne le dégèle pas d’un degré. Même si des membres de sa coalition ont promis de lutter contre la décision du Premier ministre Naftali Bennett et du ministre des Affaires religieuses Matan Kahana, selon un article du Times of Israel. Un enjeu qui n’est pas rien pour maintenir une coalition non seulement fragile de par sa constitution puisqu’elle représente un électorat fortement diversifié, mais aussi parce que l’un des socles de l’accord de coalition repose sur l’engagement des parties à faire avancer l’accord qui a été annulé par le gouvernement Netanyahu. Le ministre des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, n’a-t-il pas averti tout récemment qu’« il serait recommandé à une coalition qui veut avoir une longue vie d’apprendre que les accords de coalition doivent être respectés » ?

Jeux d’équilibre

En parallèle, le gouvernement par l’intermédiaire de Matan Kahana, son ministre des Affaires religieuses, est voué aux gémonies par les camps national-religieux et ultra-orthodoxes concernant les réformes qu’il cherche à mettre en vigueur sur la casheroute et les conversions au judaïsme notamment. Selon les observateurs, le gouvernement chercherait à éviter à affronter, une fois encore, les membres de l’opposition dont font partie les ultra-orthodoxes et le Likoud qui voient rouge sur cette question de l’accord sur le mur Occidental et peuvent profiter de l’occasion pour mobiliser leurs partisans.

De l’autre côté, les courants non-orthodoxes du judaïsme, les mouvements massorti et réformés ainsi que « les femmes du mur » n’ont pas caché leur déception et même leur colère. Dans une lettre adressée à Shalom Shlomo, a fait savoir le Jerusalem Post dans son édition du 12 décembre les chefs des trois mouvements ont déclaré que les commentaires attribués à Kahana « créent une grave crise de confiance entre le gouvernement d’Israël et le judaïsme libéral en Israël et la diaspora qui nécessite [une] attention urgente ». Ils ont ajouté qu’« un message de capitulation aux extrémistes qui cherchent à imposer leur opinion par la force est en totale contradiction avec l’infrastructure sur laquelle ce gouvernement a été fondé ».

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don