Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le Mur Occidental aussi reçoit des injections

Cécile Lemoine
23 février 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

En vue des prières de la Pâque juive, du calcaire liquide est injecté dans les pierres fissurées du Mur Occidental pour les conserver et assurer la sécurité des fidèles.


 

Rien de tel qu’une bonne piqûre pour immuniser le Mur Occidental contre les affres du temps. Incontournable pour le judaïsme, qui le considère comme le lieu le plus saint pour la prière, le « Kotel » est le seul vestige encore debout de ce qui fut le Second Temple de Jérusalem, il y a près de deux millénaires. 

Deux fois par an, avant la Pâque et les Jours redoutables, fêtes durant lesquelles l’affluence au Mur est la plus élevée, les ingénieurs de la Fondation du patrimoine du Mur Occidental et les conservateurs de l’Autorité des antiquités israéliennes inspectent en profondeur les pierres qui composent le mur. Objectif : assurer la sécurité des fidèles.

Lire aussi : Une gare ferroviaire au pied du mur occidental ?

« Ces inspections de routine nous permettent de suivre l’état de chaque pierre. Nous avons une «carte d’identité» pour chacune d’entre elles et nous surveillons des dizaines de caractéristiques. Notre enquête la plus récente a révélé qu’il était nécessaire de traiter la « peau », ou couche externe, de plusieurs d’entre elles », indique Yossi Vaknin, conservateur en chef de l’Autorité israélienne des antiquités dans la zone du Mur occidental.

Lutter contre les conséquences de la pollution et des intempéries

Armés de grosses seringues, ingénieurs et conservateurs traquent les fissures qui fragilisent les blocs minéral pour y injecter délicatement une préparation à base de calcaire. Une fois celle-ci sèche, l’interstice disparaît. Ce « ciment micro-chaux » est la « meilleure méthode possible pour guérir le Mur, particulièrement exposé à la pollution et aux intempéries », expose Yossi Vaknin.

Les acides sulfureux, sulfurique et nitrique issus de la pollution et présents dans l’air ou la pluie dissolvent la surface de la roche, provoquant son effritement. L’altération du Mur est aussi causée par la vie qu’il abrite. Le Kotel héberge en effet tout un écosystème. De nombreuses plantes ont pris racines dans les pierres : câpres épineuses, gouttes dorées, henbanes dorés… Sans compter que des martinets communs, des corbeaux et des colombes y ont aussi élu domicile. Pour Yossi Vaknin, il ne s’agit pas de les déloger : « Nous préservons cet écosystème tout en assurant la stabilité des pierres, garantissant ainsi que le Mur occidental restera solide pendant au moins 2000 années supplémentaires. »

Lire aussi : A-t-on retrouvé le marché de Jérusalem d’il y a 2000 ans ?

Plus de 12 millions de personnes se rendent chaque année sur la place du Mur Occidental. Avec la pandémie, ce chiffre s’est effondré, mais la Fondation du patrimoine du Mur Occidental a noté un accroissement des visites virtuelles. Son directeur, Mordechai Eliav, précise : « Nous nous préparons déjà au retour des visiteurs. »