Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Coronavirus en Terre Sainte, surveillance des sanctuaires

Terrasanta.net
27 février 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Coronavirus en Terre Sainte, surveillance des sanctuaires
Touristes sud-coréens attendant à l'aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv leur vol de retour vers Séoul, le 24 février. ©Flash90 

Premières mesures adoptées par les autorités civiles et les franciscains, dans les sanctuaires qu'ils gèrent, pour contrer la propagation du Covid-19 parmi la population locale et les pèlerins.


« Il n’y a actuellement aucune annulation de groupes enregistrés dans notre système de réservation de messes et les agences locales sont en contact permanent avec le ministre israélien de la santé. C’est ce que communique le Centre d’Information Chrétien (Cic), le bureau de la Custodie de Terre Sainte qui traite les demandes de la plupart des groupes chrétiens pour des célébrations dans les Lieux Saints. Suite à la propagation du Covid-19, l’inquiétude s’est accrue chez de nombreux pèlerins qui avaient prévu depuis longtemps un pèlerinage en Terre Sainte. Malgré les données du Cic, il semble par exemple, que certains groupes d’Italiens, attendus dans un hôtel de Bethléem, aient décidé de renoncer au voyage. Cependant, Israël n’a pour le moment pas de restrictions pour ceux qui viennent d’Italie, sauf s’il y avait des symptômes de la maladie.

Des visites rassurantes 

A ce jour, les sites touristiques et les sanctuaires sont contrôlés par les ministères du Tourisme d’Israël et de l’Autorité palestinienne, qui fournissent toutes les informations nécessaires à un accueil sécurisé des visiteurs.

Après l’information comme quoi des pèlerins sud-coréens qui sont passés par la Terre Sainte et ont été testés positifs au coronavirus, le personnel de santé a passé en revue tous les lieux visités pour s’assurer que toute personne étant entrée en contact avec eux n’avait aucun symptôme du Covid-19. Dans les sanctuaires de Nazareth, Bethléem et Jérusalem, des contrôles et des entretiens avec les frères de la Custodie de Terre Sainte ont également eu lieu, mais il n’a pas été nécessaire de procéder à des fermetures ou à des procédures particulières.

Attention à l’hygiène

« Dans les sanctuaires de la Custodie de Terre Sainte, nous avons pris des mesures spéciales pour nettoyer les calices et les pyxides avec lesquels les pèlerins célèbrent la messe », explique le frère Aquilino Castillo Álvarez, du couvent franciscain de Bethphagé, sur le Mont des Oliviers. « Bethphagé était sur l’itinéraire des pèlerins sud-coréens – explique le frère d’origine espagnole – mais en réalité ils ne sont pas passés par là. Pour de nombreux groupes, ce sanctuaire fait partie du programme, mais ils n’y parviennent pas du fait de la difficulté logistique à nous atteindre ».

En revanche, les visiteurs sud-coréens ont bien célébré une messe à Beit Sahour, dans la zone du Champ des bergers près de Bethléem. C’est pourquoi, dimanche dernier, le ministère palestinien du tourisme a vérifié sur place qu’il n’y avait aucun problème et a voulu rencontrer le responsable du sanctuaire, qui dépend de la communauté franciscaine de Sainte Catherine, adjacente à la basilique de la Nativité. Un médecin est venu nous voir et nous a demandé des informations », raconte le frère Enrique Segovia, gardien du couvent. « Nous restons quant à nous constamment informés et avons reçu toutes les indications pour accueillir au mieux les pèlerins qui continuent à venir ».

Dans la basilique de l’Annonciation à Nazareth, le ministère israélien a également inspecté le lieu où la messe a été célébrée avec les pèlerins d’Extrême-Orient. Les autorités ont été rassurées par le frère Bruno Varriano, gardien du couvent franciscain.

Le responsable du Centre chrétien d’information, frère Tomasz Dubiel, a également fait état d’un avis envoyé par le ministère du Tourisme d’Israël avec les dernières décisions concernant les restrictions à l’entrée dans le pays. On ne saura que dans les prochains jours si la crainte de Covid-19 ou de nouvelles réglementations gouvernementales freineront l’arrivée des touristes et des pèlerins.

Sur le même sujet