Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La grande communion des saints

Frans Bouwen, m.afr.
26 mars 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
La grande communion des saints
A Rome, le patriarche arménien-catholique, Nersès Bédros XIX Tarmouni, présentant au Saint-Père un tableau de saint Grégoire de Narek lors de la canonisation ©Lpj.org

Où l’on apprend que dans le passé, ceux qui voulaient faire connaître ce que la foi dans son unité intrinsèque proclame n’ont pas hésité à faire des péchés véniels.


Dans le Symbole des Apôtres, nous confessons : “Je crois à la communion des saints”. Le mot “saints” a reçu plusieurs significations au cours de l’histoire. À l’origine, il désignait les saints mystères ou sacrements, en premier lieu l’eucharistie. Les baptisés qui communient à la même eucharistie, forment aussi une communion entre eux, la communion des saints.

C’est pourquoi la communion des saints désigne aussi l’Église elle-même, car elle est essentiellement communion à la même vie du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Cette communion s’étend mystérieusement au-delà des frontières visibles des Églises.

Cette réflexion m’a été inspirée par la proclamation de saint Grégoire de Narek comme docteur de l’Église, à la basilique Saint-Pierre de Rome, le 12 avril 2015. Le titre de docteur de l’Église est conféré à des théologiens considérés comme des témoins privilégiés de la tradition chrétienne. La sainteté de vie et l’orthodoxie de l’enseignement sont les premiers critères pour cela.

Docteur de l’Eglise

Or, il est important de noter que Grégoire de Narek était moine de l’Église arménienne apostolique et a vécu au Xe siècle. Traditionnellement, à cette époque l’Église arménienne était vue comme séparée des Églises de Constantinople et de Rome, n’ayant pas reconnu le concile de Chalcédoine (451) ; elle était rangée parmi les Églises dites alors monophysites. Comment l’Église catholique peut-elle proclamer comme docteur de la foi quelqu’un qui a vécu dans une Église séparée ? De nombreuses études historiques et théologiques ont ouvert le chemin vers cette reconnaissance.

Les historiens sont aujourd’hui d’accord pour dire qu’il n’y a pas eu d’acte officiel de rupture de communion entre l’Église arménienne et l’Église catholique avant le XVIIe siècle, et les études théologiques ont montré que l’enseignement de saint Grégoire de Narek est en tout conforme à celui de l’Église catholique.

Quelle est la signification œcuménique de cette proclamation comme docteur de l’Église ? Au fond, l’Église catholique reconnaît, en la personne du pape, que la communion des saints, dans l’orthodoxie de la foi et la sainteté de vie, peut surmonter les frontières entre les Églises. C’est une source d’espérance pour la recherche de la pleine communion qui est au cœur de l’activité œcuménique.

Dépassements de frontières

Bien d’autres exemples existent. Ainsi, les écrits de certains auteurs spirituels ont souvent surmonté les divisions, en raison de leurs richesses authentiques. Pour qu’un tel dépassement soit possible, on a parfois fait circuler les textes sous un autre nom. Par exemple, la condamnation de l’origénisme, au IIe concile de Constantinople (553), toucha aussi les écrits d’Évagre le Pontique.

Pourtant, son traité “Sur l’oraison” continuait à être lu dans toutes les communautés, en lui attribuant saint Nil comme auteur. Isaac de Ninive, un des grands spirituels de l’Orient chrétien, était officiellement “nestorien”, donc hérétique, mais ses écrits étaient médités assidûment sous d’autres noms dans les diverses traditions chrétiennes.

Il y a aussi la grande figure de Grégoire Palamas, qui a vécu trois siècles après le schisme de 1054 entre l’Orient et l’Occident. Sa théologie de l’expérience mystique hésychaste lui a valu de fortes condamnations de la part de théologiens occidentaux. Cependant, sa fête est inclue dans le calendrier des saints de plusieurs Églises orientales catholiques.

Nous pouvons considérer ces dépassements de frontières par les saints comme une communion réelle qui existe déjà et est en croissance constante. C’est une source d’espérance quand les dialogues officiels peinent à avancer. Il est à souhaiter que ces dialogues tiennent compte de cette réalité, quand ils s’efforcent de trouver une réponse aux questions théologiques qui sont encore avancées comme causes de division. Le pape François aime répéter que l’unité se fera “en chemin”.

Dernière mise à jour: 07/01/2024 00:09

Mélinée Le Priol

Ossama Hamdan, des mosaïques pour la Palestine de demain

Cet architecte palestinien de 56 ans a mené de nombreux projets de conservation en Terre Sainte. Ce qui compte le plus pour lui, sont pas tant les vieilles pierres que les hommes qui continuent de vivre à proximité.

Marie-Armelle Beaulieu

Les archives historiques préparent leur avenir

C’est le "saint des saints" de la Custodie. Il y est plus difficile d’y entrer que de pénétrer dans le bureau du custode. Ce sont les archives historiques de la Custodie.

Marie-Armelle Beaulieu

Le chemin de croix d’hier pour les pèlerins d’aujourd’hui

Au XVIIIe siècle les franciscains de la Custodie répondaient à la dévotion européenne en instituant à Jérusalem le chemin de croix dans les rues de la vieille ville (voir article page 32 du dossier). Au XXe, ils inaugurent une salle multimédia pour les préparer à vivre cette même expérience.

Kursi, une guérison et des cochons
Claire Burkel

Kursi, une guérison et des cochons

Un site ancien mais exhumé dans les années 1970. Il ne concerne qu’un seul passage d’évangile. Il a beau être de petite taille on peut néanmoins lui accoler un superlatif : c’est le plus grand ensemble monastique de l’âge byzantin en Terre Sainte.

Marie-Armelle Beaulieu

Fini les trous de mémoire

Oser la paix  au sud Liban
Émilie Rey

Oser la paix au sud Liban

Aujourd’hui complètement hermétique, la frontière entre Israël et le Liban matérialise la nature fermée des relations entre les deux peuples depuis 50 ans. Terre Sainte Magazine vous emmène à la découverte d’un lieu unique au Liban où l’on prie pour la réconciliation des enfants d’Abraham.

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles
Thomas Duclert

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles

La Via Dolorosa est le chemin qu’aurait parcouru Jésus entre le lieu du jugement par Pilate et la crucifixion. C’est un lieu de dévotion majeur pour les pèlerins qui peuvent marcher avec le Christ et revivre dans la foi les dernières heures de sa Passion. Entre tradition, foi et archéologie, l’histoire sinueuse et méconnue de ce parcours vaut le détour.

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate
Thomas Duclert

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate

Janvier 2015, à grand renfort de communication, Amit Re’em, archéologue des Antiquités israéliennes annonce avoir découvert le prétoire où Pilate condamna Jésus. Le chemin de croix est-il remis en question quand la découverte se situe porte de Jaffa à l’opposé de la première station ?

Via Dolorosa, entre foi et archéologie
Thomas Duclert

Via Dolorosa, entre foi et archéologie

Le frère Eugenio Alliata est archéologue, professeur au Studium Biblicum Franciscanum et est directeur du musée de la Flagellation à Jérusalem. Guide lors des excursions des étudiants de l’école, nous lui avons demandé ses lumières sur la Via Dolorosa, le chemin de croix de Jérusalem.