Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Méditation: Le manifeste de l’amour

Frère David Grenier, ofm
21 avril 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Méditation: Le manifeste de l’amour
L’extraordinaire s’est passé dans le plus grand secret, et c’est un tombeau vide qui nous dit la résurrection ©MAB/CTS

"L’amour est une réalité qui se susurre à l’oreille. Quand on le crie sur les toits, c’est pour en aviser les autres, non pour parler à l’être aimé."


Voilà que, dans la ville Sainte, résonnera bientôt l’Alléluia de Pâques, avec l’espoir que cette Bonne Nouvelle retentisse aux quatre coins du monde et jusqu’aux confins des cœurs.

Vous entendez cette voix qui revient nous parler d’amour, de paix et d’espérance ? Non ? C’est vrai que même lorsque les cloches sonnent et que les chants s’élèvent pour rendre gloire au Très-Haut, si l’on veut vraiment entrer en relation avec Dieu, il faut savoir aussi faire silence et descendre en soi-même.

C’est que l’amour est une réalité qui se susurre à l’oreille. Quand on le crie sur les toits, c’est pour en aviser les autres, non pour parler à l’être aimé.

C’est donc dans le silence qu’on doit aller à la rencontre du Seigneur. N’est-ce pas dans le silence qu’il est venu nous rencontrer ?

Ainsi, c’est sans faire de bruit que l’Esprit saint couvrit Marie de son ombre au jour de l’Incarnation ; puis, c’est dans le silence de la nuit qu’un enfant pour nous viendra naître ; c’est dans une petite maison, dans un village perdu, dans un pays somme toute sans importance que cet enfant passera la majeure partie de sa vie ; et c’est aussi dans le secret d’une autre nuit que le Seigneur nous invitera à naître à une vie nouvelle.

Dieu ne recherche pas la popularité 

C’est loin des regards et sans grands éclats que Dieu accomplit notre salut. Personne avec lui dans la tombe lorsque cela s’est produit. Même les gardes tout près n’ont rien vu, rien entendu. Dieu passe dans nos vies avec discrétion. Et vient changer le sort de l’humanité.

On pourrait lui reprocher de ne pas être doué pour le spectacle. Lui qui est Tout-Puissant, il aurait pu trouver quelque chose de plus éclatant. Mais Dieu ne recherche pas la popularité ; c’est l’union intime qu’il désire, avec chacun d’entre nous. Et agissant comme il l’a fait, il est venu nous en montrer le chemin, tout en respectant notre liberté.

Vous me direz qu’il y a eu le tremblement de terre (cf. Mt 28, 2), que les femmes tremblèrent elles aussi devant l’apparition des anges (cf. Mc 16, 8 ; Lc 24, 5), que les gardes eux-mêmes (cf. Mt 28, 4), ainsi que les apôtres (cf. Lc 24, 37), ont tressailli d’effroi au jour de la Pâque. Comment est-ce que je peux dire que la Résurrection est passée inaperçue ?

En fait, ce que je dis, c’est qu’à l’instant précis où l’humanité a retrouvé sa place auprès de Dieu dans la Résurrection, personne ne s’en est rendu compte. Par la suite, bien sûr, très vite, on en a vu les effets. Des signes sont venus nous montrer que quelque chose avait changé.

C’est un peu la même chose pour nous. Quand on accepte d’aller à la rencontre de Dieu, dans un silence intérieur, qu’on l’entend nous redire : “La paix soit avec vous” dans ces lieux secrets où une partie de nous reste cachée, sans doute par peur, aux yeux du monde, qu’on le laisse nous parler d’amour, non plus à l’oreille, mais bien au creux du cœur, ensuite, on ne peut plus agir de la même façon. On change et le monde change en même temps. Et on en voit les signes autour de nous.

Le connaître par cœur

On aime et on se sait aimé. Et on comprend que c’est à la grandeur des sacrifices qu’on est prêt à faire pour quelqu’un que se mesure l’amour qu’on a pour lui. Ainsi, Dieu nous a prouvé que son amour a pour nous des dimensions d’infini.

C’est ce qu’on célèbre au jour de Pâques, c’est pour cela qu’on entend les cloches et les chants dans nos églises. C’est qu’en ce jour, un peu plus qu’aux autres temps de l’année, on se souvient d’avoir, un jour, entendu comme le prophète Jérémie, cette voix venue nous susurrer : “D’un amour éternel je t’ai aimé” (Jr. 31, 3).

Alors, on comprendra que ce ne sont plus les apparences extérieures qui nous permettront de reconnaître le Seigneur. Son aspect pourra bien changer et même s’il se manifeste à nous sous différentes formes, nous le reconnaîtrons malgré tout, car nous aurons appris à le connaître par cœur.

Ainsi, nous pourrons nous aussi, comme les femmes et les apôtres au jour de la Pâque, témoigner de la vérité de sa Présence. Et si nous reprenons ces mots prononcés jadis : “Il est Vivant, il est Ressuscité !”, ce ne sera plus simplement parce que ce fut écrit ou que des gens nous l’ont dit, mais bien parce que nous aussi, sous différentes formes, nous l’aurons rencontré.

Dernière mise à jour: 07/01/2024 00:09

Mélinée Le Priol

Ossama Hamdan, des mosaïques pour la Palestine de demain

Cet architecte palestinien de 56 ans a mené de nombreux projets de conservation en Terre Sainte. Ce qui compte le plus pour lui, sont pas tant les vieilles pierres que les hommes qui continuent de vivre à proximité.

Marie-Armelle Beaulieu

Les archives historiques préparent leur avenir

C’est le "saint des saints" de la Custodie. Il y est plus difficile d’y entrer que de pénétrer dans le bureau du custode. Ce sont les archives historiques de la Custodie.

Marie-Armelle Beaulieu

Le chemin de croix d’hier pour les pèlerins d’aujourd’hui

Au XVIIIe siècle les franciscains de la Custodie répondaient à la dévotion européenne en instituant à Jérusalem le chemin de croix dans les rues de la vieille ville (voir article page 32 du dossier). Au XXe, ils inaugurent une salle multimédia pour les préparer à vivre cette même expérience.

Kursi, une guérison et des cochons
Claire Burkel

Kursi, une guérison et des cochons

Un site ancien mais exhumé dans les années 1970. Il ne concerne qu’un seul passage d’évangile. Il a beau être de petite taille on peut néanmoins lui accoler un superlatif : c’est le plus grand ensemble monastique de l’âge byzantin en Terre Sainte.

Marie-Armelle Beaulieu

Fini les trous de mémoire

Oser la paix  au sud Liban
Émilie Rey

Oser la paix au sud Liban

Aujourd’hui complètement hermétique, la frontière entre Israël et le Liban matérialise la nature fermée des relations entre les deux peuples depuis 50 ans. Terre Sainte Magazine vous emmène à la découverte d’un lieu unique au Liban où l’on prie pour la réconciliation des enfants d’Abraham.

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles
Thomas Duclert

La Via Dolorosa : une tradition spirituelle construite au fil des siècles

La Via Dolorosa est le chemin qu’aurait parcouru Jésus entre le lieu du jugement par Pilate et la crucifixion. C’est un lieu de dévotion majeur pour les pèlerins qui peuvent marcher avec le Christ et revivre dans la foi les dernières heures de sa Passion. Entre tradition, foi et archéologie, l’histoire sinueuse et méconnue de ce parcours vaut le détour.

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate
Thomas Duclert

Archéologie : à la recherche du prétoire de Pilate

Janvier 2015, à grand renfort de communication, Amit Re’em, archéologue des Antiquités israéliennes annonce avoir découvert le prétoire où Pilate condamna Jésus. Le chemin de croix est-il remis en question quand la découverte se situe porte de Jaffa à l’opposé de la première station ?

Via Dolorosa, entre foi et archéologie
Thomas Duclert

Via Dolorosa, entre foi et archéologie

Le frère Eugenio Alliata est archéologue, professeur au Studium Biblicum Franciscanum et est directeur du musée de la Flagellation à Jérusalem. Guide lors des excursions des étudiants de l’école, nous lui avons demandé ses lumières sur la Via Dolorosa, le chemin de croix de Jérusalem.