Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Faire parler les ruines de Samarie

Claire Burkel
20 mai 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Faire parler les ruines de Samarie
Le demi-cercle du théâtre antique. Le théâtre romain en contrebas de la cité d'Omri qui n'était plus, à l'époque, que l'acropole de la ville ©MAB/CTS

Site très peu fouillé, les ruines de Samarie ne sont pas à première vue très faciles à lire. Mais si le pèlerin a choisi de traverser le pays du nord au sud, ou en remontant de Jérusalem, qu’il ne se prive pas de ce joyau où résonne encore la voix des grands prophètes du Nord.


Son nom en hébreu, Shomron, la gardienne, la surveillante, l’équivalent du mont Scopus à Jérusalem, en somme. De fait elle est bâtie sur une hauteur. La troisième et ultime capitale du royaume du Nord, voulue vers 880 par Omri, est édifiée sur un sol vierge en ce début de IXe siècle avant J.-C.

Le choix est judicieux, cette éminence est entourée de montagnes, et donc de creux profonds, qui la protègent ; sa position dominante a été très vite renforcée par un soutènement artificiel. On dit que du sommet de son temple on pouvait embrasser d’un large regard panoramique la dépression du Jourdain à l’est et la Méditerranée à l’ouest… Jézabel l’épouse du roi Achab pouvait ainsi par beau temps, en regardant au nord-ouest, apercevoir les rivages de sa patrie d’origine.

Jusqu’au milieu du VIIIe siècle les successeurs d’Omri 885-874, Achab 874-853 et surtout Jéroboam II 785-743 ont poursuivi la croissance et l’embellissement de la ville à l’intérieur de son mur à casemates : donjon à proximité du palais royal lui-même pratiquement adossé au temple. Quelques descriptions en sont données par son principal détracteur, le prophète Amos.

Samarie dans le livre d’Amos
Am 3, 9 “Rassemblez-vous sur les sommets de Samarie !”
6, 1-6 “Malheur à ceux qui sont confiants sur la montagne de Samarie, ces notables des prémices des nations… Couchés sur des lits d’ivoire, vautrés sur leurs divans, ils mangent les agneaux du troupeau et les veaux pris à l’étable. Ils braillent au son de la harpe, boivent du vin dans de larges coupes, se frottent des meilleures huiles…”
Plus de 200 lamelles d’ivoire de Damas ont été retrouvées dans les fouilles de l’acropole ; ces éléments de placage de meubles sont maintenant au musée Rockfeller de Jérusalem. 7, 7-8 Le Seigneur se tenait près d’un mur, un fil à plomb à la main et il me dit “Que vois-tu Amos ?” Je dis “Un fil à plomb.” Le Seigneur dit “Voici que je vais mettre un fil à plomb au milieu de mon peuple Israël car je ne lui pardonnerai plus.” L’image qu’a sous les yeux le prophète est sans doute le signe des travaux toujours en cours dans la cité.
Scènes historiques

Le bouvier, tel qu’il se présente lui-même 1, 1 et 7, 14, pourtant originaire de Teqoa, village de la campagne de Bethléem, a été missionné par Dieu pour parler au pouvoir en place à Samarie. Ses reproches vont aux riches qui trompent les pauvres et accumulent luxe et injustices, comme au clergé qui dévoie le culte.

De nombreuses scènes historiques se déroulent à Samarie et notamment avec le prophète Élie fortement opposé au pouvoir d’Achab. 1R 21, 19-21 “Tu as assassiné et de plus tu usurpes ! C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, à l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Nabot, les chiens laperont ton sang à toi aussi.” Achab dit à Élie : “Tu m’as donc rattrapé, mon ennemi !” Élie répondit “Oui je t’ai rattrapé, parce que tu as agi en fourbe, faisant ce qui déplaît au Seigneur.” De même avec son fils Ochozias 853-852, 2R 1, 1-18.

Lire aussi >> Avec Sébastia, Israël veut « revenir en Samarie »

Amos et Osée se sont sans doute croisés dans les rues de Samarie, sans qu’aucun ne mentionne jamais l’autre. Chacun des deux livres s’ouvre avec la même indication chronologique : Am 1, 1 “Ce qu’il vit sur Israël au temps de Jéroboam, deux ans avant le tremblement de terre.” (733) et Os 1, 1 “Au temps de Jéroboam roi d’Israël.” Osée porte un regard pénétrant sur l’événement de l’Exode, genèse du peuple, comme un temps sur lequel il faudrait revenir afin de retrouver la pureté des relations avec Dieu.

Samarie chez le prophète Osée

Os 2, 16-17 Je vais la séduire, la conduire au désert et je parlerai à son cœur. Je lui rendrai ses vignobles et elle répondra comme aux jours de sa jeunesse, comme aux jours où elle montait du pays d’Égypte.

11, 1-5 Quand Israël était jeune je l’aimai et d’Égypte j’appelai mon fils. Moi j’avais appris à marcher à Ephraïm, je le prenais par les bras, et ils n’ont pas compris que je prenais soin d’eux ! Je les menai avec des attaches humaines, avec des liens d’amour ; j’étais pour eux comme ceux qui soulèvent un nourrisson tout contre leur joue.
12, 10-14 Je suis le Seigneur ton Dieu depuis le pays d’Égypte. Je te ferai encore habiter sous les tentes, comme aux jours du Rendez-vous. Je parlerai aux prophètes, je multiplierai les visions et par le ministère des prophètes je parlerai en paraboles.… Par un prophète le Seigneur fit monter Israël d’Égypte et par un prophète il fut gardé.

13, 4-5 Moi je suis le Seigneur ton Dieu depuis le pays d’Égypte, je t’ai connu au désert, au pays de l’aridité.

 

D’une superficie de 10 ha à l’époque israélite, Samarie en comptait 80 à l’époque romaine. Une grande partie de son embellissement est due aux occupants hellénistiques, des colons macédoniens installés là par la mansuétude d’Alexandre. Grecs puis Romains ont modifié et agrandi le temple, qui sera plus tard dédié à Auguste, bâti un hippodrome, un théâtre, et l’antique cité d’Omri n’était plus que son acropole, dominant colonnades et boutiques, ainsi qu’une basilique civile. Octave Auguste l’offrira à Hérode le Grand qui, par reconnaissance, lui donnera le nom de Sébaste, qui signifie Auguste en grec, et y installera 6 000 vétérans. Entre 193 et 212, l’empereur Septime Sévère dirigea les derniers agrandissements et rénovations.

Dévotion à saint Jean-Baptiste

À l’époque byzantine elle perdra de son importance, au profit de la grande ville, Neapolis, aujourd’hui Naplouse, installée 10 km plus au sud. Siège épiscopal, on connaît le nom de l’évêque Macrinus présent au Concile de Nicée en 325, elle s’est dotée d’une cathédrale consacrée à Jean Baptiste le Précurseur ; agrandie par les Croisés en 1283, celle-ci fut une des plus belles de Terre Sainte, à trois nefs avec crypte que l’on prenait pour la prison du Baptiste.

Au cœur d’un paysage magnifique. Les pèlerins font halte dans la petite église dédiée à Jean-Baptiste,
un peu à l’écart de la ville. ©MAB/CTS

En effet une tradition du milieu du IVe siècle, relayée par saint Jérôme, voyait là la dernière résidence et le lieu de l’exécution de Jean parce qu’on savait cette ville liée à Hérode. Par ailleurs le texte de Flavius Josèphe qui situe l’épisode à Machéronte au-delà du Jourdain n’était pas connu. Ses ruines abritent maintenant une mosquée vouée à nebi Yahia, le prophète Jean. Les invectives de Jean sont aussi tellement semblables à celles des prophètes anciens que le rapprochement se fait naturellement.

Au sud de l’acropole, sur un étage de la pente qui descend vers la grande rue à colonnades, subsistent les ruines d’une petite église dédiée également à Jean Baptiste. Une minuscule crypte offrait des murs peints qui sont aujourd’hui complètement ravagés, les traces de peinture ayant disparu et celles-ci avaient été remplacées naïvement par des icônes modernes. Elles ont récemment disparu.

Promenade biblique

Les visiteurs pourront s’installer sur les gradins du théâtre et déclamer les oracles d’Osée et Amos. Il n’est pas inintéressant de les mettre en rapport avec le passage du veau d’or dans le livre de l’Exode. En effet une phrase alerte le lecteur Ex 32, 4 “Voici tes dieux Israël qui t’ont fait monter du pays d’Égypte !” Dite à l’identique au mot près par le roi Jéroboam en 933 quand est décidée la sécession d’avec les tribus du sud et que les dix tribus du nord forment un autre royaume 1R 12, 28.

Pour éloigner son peuple de la capitale judéenne le roi fait construire deux temples, l’un à Dan à l’extrême nord de son territoire et l’autre à Bethel en territoire de Samarie. Ce sont bien les mêmes termes et l’Histoire les aura certainement retenus de la bouche de Jéroboam. Il est donc probable que l’insertion de ce passage dans l’épisode fondateur de l’Exode invite à lire combien le péché est malheureusement toujours proche de l’offre de salut dont le peuple vient de bénéficier, mais ce sont les paroles de la fin du Xe siècle qui ont marqué les esprits.

Lire aussi >> Samarie-Sébaste, une cité deux histoires

Installés dans la petite église médiévale, les pèlerins poursuivront la visite avec des passages du Nouveau Testament : Jésus en effet n’a pas évité la région Lc 9, 51-56 et ne s’est pas laissé arrêter par l’animosité sclérosante entre juifs et samaritains Lc 10, 29-37, Jn 4, 1-42. Les disciples, lors de la première persécution que subit la communauté chrétienne, s’y sont réfugiés Ac 8, 1 “Une violente persécution se déchaîna contre l’Église de Jérusalem. Tous, à l’exception des apôtres, se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie.” Première évangélisée, la province a donné saint Justin un des plus fameux apologistes chrétiens, martyr en 165.

Aujourd’hui pauvre bourgade, Sébastyié la luxueuse, offre toujours ces superbes points de vue sur les plantations d’oliviers qui verdissent les collines de Samarie ; elle donnera aux pèlerins l’occasion de méditer sur les tentations multiples de la richesse, sur le péché de non-reconnaissance des biens donnés par Dieu, sur l’Histoire d’Israël depuis l’Exode relue à l’aune de la prévenance continue du Seigneur.

Dernière mise à jour: 09/01/2024 20:32

À Douma en Palestine, Israéliens et Palestiniens plantent ensemble des oliviers
Thomas Duclert

À Douma en Palestine, Israéliens et Palestiniens plantent ensemble des oliviers

Une attaque incendiaire dans le village palestinien de Douma avait précédé le début de “l’Intifada des couteaux” à l’automne 2015. Quelques mois plus tard, l’association des Rabbins pour les Droits de l’Homme s’est rendue dans ce village hautement symbolique, afin d’y planter des oliviers. Reportage.

Frans Bouwen, m.afr.

Vers un concile pan-orthodoxe

Après la rencontre historique du patriarche de Moscou avec le pape François à Cuba, une autre page de l’Histoire de l’Orthodoxie et de l’œcuménisme est en train de s’écrire.

Quand la Chine pérégrinera
Hélène Morlet

Quand la Chine pérégrinera

Devant le nombre grandissant de pèlerins chinois, la Custodie s'adapte. Bientôt les frères chinois seront secondés par une communauté; religieuse féminine formée à guider en Terre Sainte.

Marie-Armelle Beaulieu

Se souvenir des belles choses de la vie

Quand l'actualité semble ne pouvoir donner que de mauvaises nouvelles.

Les interventions de la Custodie de Terre Sainte en Syrie
Carlo Giorgi

Les interventions de la Custodie de Terre Sainte en Syrie

Le récit de la visite en Syrie d’ATS Pro Terra Sancta - qui s’est déroulée au début de Pâques et à un moment de calme relatif dans les combats - nous permet d’en apprendre davantage sur la situation dramatique dans laquelle vivent les gens.

Le tombeau du Christ bientôt sans ses béquilles
Marie-Armelle Beaulieu

Le tombeau du Christ bientôt sans ses béquilles

En mars, la Custodie rendait publique la nouvelle de la restauration prochaine du tombeau de Jésus. C’est plus exactement le monument qui se trouve au-dessus de l’emplacement du tombeau qui va faire l’objet de soins devenus nécessaires. Explications.

Marie-Armelle Beaulieu

Le bienheureux patron

Faire vivre le français  à Bethléem
Sesto Chouffot

Faire vivre le français à Bethléem

La langue française fait partie de l’héritage culturel à Bethléem. Pourtant, depuis quelques années, cet héritage est fragile. L’Alliance française de Bethléem fait partie des structures qui s’attachent à le maintenir et renforcer.