Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Charles de Foucauld en Terre Sainte, un héritage à cultiver au quotidien

Mélinée Le Priol
28 novembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Charles de Foucauld en Terre Sainte, un héritage à cultiver au quotidien
Le frère Macro à l'entrée du monastère où trône le buste de Charles de Foucauld ©Mélinée Le Priol

“Partager notre vie avec les gens d’ici.” Ces mots de frère Marco, religieux italien vivant dans le monastère où a séjourné Charles de Foucauld, résument à merveille le programme de ses héritiers. Ils sont une vingtaine de Petits frères et sœurs à vivre en Terre Sainte.


Dans chacune des pièces du monastère, une photo, un tableau ou un dessin rappellent le visage de frère Charles, comme tous l’appellent : son front dégarni, sa barbe brune et bien sûr sa croix caractéristique, posée sur un cœur rouge. Sur ces étagères, tous les livres semblent avoir un lien avec le bienheureux ; sur ces tables, chaque prospectus mentionne son nom.

Nous sommes à quelques enjambées de la basilique de l’Annonciation, à Nazareth. C’est dans cet ancien monastère des clarisses, aujourd’hui celui des Petits frères de Jésus Caritas (l’une des 18 familles spirituelles de Charles de Foucauld, certes pas la plus connue) que le bienheureux a passé trois ans à la toute fin du XIXe siècle. Les bâtiments ont changé bien sûr, mais le calme qui y règne et le franc soleil qui embrasse sa verdure sont sans nul doute restés les mêmes.

Lire aussi >> Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille

Frère Marco, 42 ans, ne se lasse pas de faire visiter les lieux. “Ici, vous avez la cour que frère Charles a souvent nettoyée ; et là, la chapelle où il a passé tant d’heures à prier…” Ces trois religieux italiens ont le privilège de prier quotidiennement dans cette pièce blanche et sobrement décorée. Ils y célèbrent aussi la messe, en italien et en arabe.

Être à l’écoute

Avant leur arrivée il y a exactement vingt ans, une autre famille spirituelle de Charles de Foucauld avait élu domicile entre ces murs : les Petites sœurs de Jésus, qui sont aujourd’hui 18 en Israël-Palestine. Leur fondatrice, Petite sœur Magdeleine, est arrivée à Nazareth en 1949 après être passée par l’Algérie, toujours dans les pas de son aîné. Elle a été accueillie par les clarisses dans la partie du monastère où Charles de Foucauld avait vécu. Dans un premier temps, les Petites sœurs ont partagé cet espace avec des réfugiés palestiniens de 1948.

Les trois Petites sœurs de Jésus de la fraternité de Nazareth vivent non pas dans le monastère où a vécu Charles de Foucauld mais dans une petite maison arabe non loin de là ©Mélinée Le Priol

 

En 1996, après 45 ans à Nazareth, cette fraternité emblématique a dû fermer. “Nous n’étions plus assez nombreuses pour faire vivre le lieu et assurer l’accueil des pèlerins”, explique sœur Lucile, qui vivait là depuis 25 ans. Aujourd’hui, la septuagénaire française habite avec deux autres sœurs dans une simple maison de Nazareth, où une pièce a été aménagée en chapelle. Au salon, notre conversation est interrompue par un coup de téléphone auquel elle répond dans un arabe fluide. En raccrochant, elle sourit : “C’était une dame qui avait besoin de parler.”

Le voilà, pour sœur Lucile, tout le sens de la vie de Jésus à Nazareth – celle que Charles de Foucauld a intuitivement perçue en découvrant la ville de Galilée en 1888. “A Nazareth, Jésus vivait au milieu des gens et avait sûrement une relation personnelle avec chacun, avance la religieuse en habit bleu. Alors nous cherchons à l’imiter : comment le Christ agirait-il, parlerait-il aujourd’hui ?”

« On est là, c’est tout »

Ces rencontres, sœur Rose en parle avec émotion. Cette Petite sœur allemande est arrivée en Terre Sainte en 1970. Après être passée par les fraternités de Nazareth, Béthanie, Gaza ou encore Ramallah, elle vit depuis 40 ans en vieille ville de Jérusalem, à la VIe station du chemin de croix. Celle où Véronique essuie le visage du Christ. “Cela a du sens pour nous, note-t-elle. Être présent à l’autre…”

“Nous sommes des contemplatives, mais pas derrière des murs. Autour de nous, on voit les enfants grandir, les générations défiler… Nous avons noué des amitiés très fortes.” La voilà qui évoque telle ou telle voisine palestinienne, les appelant chacune par leur prénom. De passage dans ce monastère, un évêque se serait même exclamé un jour : “Mais c’est un confessionnal ici !”

Lire aussi >> Charles de Foucauld chez les clarisses de Jérusalem

“Contrairement à de nombreuses communautés religieuses, nous n’avons pas d’œuvres, comme une école ou un orphelinat, précise sœur Rose. Certains nous demandent parfois ce que l’on fait, finalement… Mais rien ! On est là, c’est tout. Et on a une belle vie, vous savez.”

En réalité, les Petites sœurs de Jésus, de même que les Petits frères d’ailleurs, ne font pas tout à fait “rien”. Comme Jésus de Nazareth, fils de charpentier, ces religieuses et religieux ont à vrai dire toujours travaillé. Mais comme leur visa ne leur permet pas d’avoir un emploi officiel, c’est souvent dans des structures privées, d’Église, ou à domicile. Certains ont été céramistes, d’autres laitiers ; les unes aides-soignantes, les autres couturières ; tantôt à l’usine, tantôt au kibboutz.

Comme le levain

Frère Yohanan Elihai, lui, aura passé sa longue vie (90 ans cette année) à écrire des dictionnaires. Arrivé en Israël il y a 60 ans, poussé par un élan sioniste et une affection qu’il “n’explique pas” pour le peuple juif, ce Français devenu israélien vit avec un autre frère dans un petit appartement de Jérusalem-Ouest.

Frère Yohanan Elihai, Petit frère de Jésus présent en Israël depuis exactement 60 ans, qui vit aujourd’hui dans une maison de Jérusalem-Ouest et qui a passé sa vie à “écrire des dictionnaires”… ©Mélinée Le Priol

Après avoir appris l’arabe palestinien dans un village de Galilée, frère Yohanan s’est lancé dans la conception du tout premier dictionnaire hébreu moderne-arabe dialectal palestinien, sorti en 1977. Ses méthodes de langue font aujourd’hui référence dans le pays. Difficile de ne pas penser à Charles de Foucauld, qui écrivit des dictionnaires de langue touarègue à Tamanrasset. “Je n’ai fait ça pour imiter frère Charles”, se défend Yohanan. Certes, mais peut-être est-ce révélateur de la nature de l’immersion de ces deux hommes dans leurs pays d’adoption : une présence qui crée du liant.

Une présence discrète, aussi. Dans les écrits que Charles de Foucauld a consacrés à la vie de Jésus à Nazareth, les termes “caché”, “dans l’ombre” et “obscur” reviennent souvent. Le Christ a en effet vécu 30 ans sans révéler le mystère de sa divinité. frère Yohanan tient beaucoup à cette discrétion. Cela fait 50 ans qu’il n’a pas mis son habit de religieux. Il a même demandé à arrêter de porter sa croix, sachant que ce symbole rappelle à certains juifs le douloureux souvenir des persécutions.

Vidéo >> Sur les pas de Charles de Foucauld à Jérusalem

“Quand on me pose la question, bien sûr, je dis que je suis prêtre ! Mais mes voisins ne m’ont jamais demandé, alors je pense qu’ils ne savent pas… Ils doivent juste se dire que je suis gentil, quand je passe les voir avec un sourire et des petits gâteaux.” Sans faire attention, le vieil homme vient de paraphraser une ligne de Charles de Foucauld, dans ses Carnets de Tamanrasset : “Mon apostolat doit être celui de la bonté. En me voyant on doit se dire : Puisque cet homme est si bon, sa religion doit être bonne.” Puis, un peu plus loin : “Me mettre à la portée de tous, pour les attirer tous à Jésus.”

Immersion

“Petits” frères, “Petites” sœurs : cet adjectif préalable implique bien qu’eux aussi ont choisi de se mettre “à la portée de tous”. “Ne jamais être au-dessus de quiconque”, insiste sœur Bernadette, une Française de la fraternité d’Abou Dis, à Jérusalem-Est.

Comme les autres Petites sœurs qui vivent côté palestinien, et contrairement à celles et ceux du côté israélien, elle assure ne s’être jamais sentie encombrée par son habit de religieuse. “Les musulmans sont habitués à cohabiter avec des chrétiens, rappelle-t-elle. Ici, notre habit n’est pas un obstacle à la rencontre. Au contraire…” “Cela rassure les gens, renchérit sœur Lucile à Nazareth. Ils voient que l’on est des religieuses, chrétiennes, et les choses sont claires.”

Immergés dans des milieux juif et musulman, ces religieux ont tous adoptés la “ligne” Charles de Foucauld : “Je ne suis pas là pour les convertir, je suis là pour les comprendre”, disait-il des musulmans à la fin de sa vie, en Algérie. Loin de tout prosélytisme, ses héritiers s’efforcent d’entretenir des amitiés respectueuses de chacun et de se laisser, eux aussi, enseigner. “L’amitié est toujours un échange, soutient sœur Lucile. Nous essayons d’ouvrir un chemin de connaissance mutuelle, c’est tout. Pour le reste, c’est le Seigneur qui travaille.”

Faute d’effectifs suffisants, plusieurs fraternités ont dû fermer ces dernières années en Israël-Palestine : à Béthanie, Ramallah, Gaza… Mais pas question, pour ceux qui restent, de se lamenter sur ce qui était. Espérant que la relève viendra, la prière reste leur plus bel atout. “Mon adoration d’une heure chaque soir est, avec la messe, la plus belle heure de ma journée”, affirme frère Yohanan.

Dernière mise à jour: 21/01/2024 23:52

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple
Gabriel Abensour

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple

Un nouveau sanhédrin et un nouveau grand prêtre pour Israel? La construction du 3e Temple est imminente? Le point de Gabriel Abensour sur une question brûlante.

Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Le coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais des religieux viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Marie-Armelle Beaulieu

La péninsule arabique par une nuit de pleine lune

À la une du numéro 646

Marie-Armelle Beaulieu

Je suis un étranger

Édito du numéro 646

Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac
Claire Burkel

Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac

Pour ceux qui peuvent inscrire dans leur pèlerinage une promenade sur le lac de Tibériade, c’est une belle occasion de lire un grand nombre d’épisodes de la vie de Jésus et des apôtres in situ.

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne
Arianna Poletti

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne

Trente-deux des cinquante colonnes de la basilique de la Nativité sont peintes de figures de saints. Elles attendent leur restauration.

Mambré, les racines du ciel
Thomas Duclert

Mambré, les racines du ciel

Accueillir le Seigneur sous sa tente. C’est l’expérience que fit Abraham. Un lieu commémore cette rencontre et bientôt il n’attendra que votre visite sur la route de votre pèlerinage.

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière
Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Paradoxe : ce coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais ce sont des religieux issus des trois grands monothéismes qui viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille
Mélinée Le Priol

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille

Le bienheureux, dont on fête cette année le centenaire de la mort, vécut à Nazareth dans la prière et l’adoration entre 1897 et 1900. Riche en intuitions spirituelles, cette époque fut peut-être la plus étrange de sa vie.