Terresainte.net | Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Syrie : à Maaloula, la langue du Christ en péril

Christophe Lafontaine
29 mai 2019
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Syrie : à Maaloula, la langue du Christ en péril
Plaque reproduisant le texte du Pater Noster en araméen au Carmel du Pater Noster sur le mont des Oliviers à Jérusalem © Britchi Mirela / Wikimedia Commons

Si le néo-araméen occidental, langue considérée comme la plus proche de celle que Jésus parlait, est encore pratiquée à Maaloula en Syrie, la guerre, l’exil mais aussi les nouvelles technologies menacent son avenir.


« L’araméen est en danger », alerte sans ambages à l’AFP George Zaarour, l’un des derniers experts en Syrie de la langue vernaculaire utilisée par le Christ. A l’instar des juifs à l’époque du Second Temple (539 av. J.-C. – 70 apr. J.-C.). L’hébreu étant largement réservé à la liturgie juive, à l’élite et au monde académique.

Il est largement considéré que la langue de Jésus continue d’être parlée sous une forme tardive locale, en Syrie. Désignée sous le terme de néo-araméen occidental, elle est plus que jamais menacée d’extinction. « Si ça continue comme ça, la langue va disparaître d’ici cinq à 10 ans », prévient Georges Zaarour qui habite Maaloula, à une soixante de kilomètres au nord de la capitale syrienne. Dans ce village majoritairement chrétien de la région de Damas, les pronostics sont sombres. Aujourd’hui, « 80% des habitants de Maaloula ne parlent pas l’araméen et les 20% restants ont plus de 60 ans », déplore George Zaarour, lui-même sexagénaire, auteur d’une trentaine d’ouvrages et qui a supervisé plusieurs thèses de doctorat sur cette langue sémitique antique.

La guerre civile et l’exil, depuis 2011, ont eu raison de sa transmission auprès des jeunes générations. « Sur les plus de 6 000 habitants qui vivaient là, explique l’Agence France Presse, tous sont partis lors du conflit et seuls 2 000 sont revenus. Les autres ont trouvé refuge à Damas ou alentour, voire ont fui à l’étranger. » Conséquence directe : « les générations de la guerre sont nées en dehors de Maaloula, à Damas ou dans d’autres régions, et elles ont appris l’arabe en premier », explique l’ancien professeur, George Zaarour.

« Il n’y aura pas de remplaçant »

Aujourd’hui, le nombre d’élèves dans l’unique maternelle du village de Maaloula est passé d’une centaine en 2010 à moins d’une trentaine en 2019, rapporte l’AFP. Pour assurer la survie de la langue, les écoliers reçoivent désormais un cours d’araméen par jour. Mais les professeurs se font de plus en plus rares. A 64 ans, Antoinette Mokh, institutrice au village explique : « je ne peux pas abandonner mon travail et prendre ma retraite. Il n’y aura pas de remplaçant. » Pourtant, s’émeut le maire du village âgé de 80 ans, « pendant plus de 2 000 ans, on a gardé la langue du Christ dans nos cœurs, on fait partie des derniers sur Terre qui avons l’honneur de la maîtriser. » Et d’ajouter : « il y a de jeunes enseignants qui essayent d’apprendre la langue, mais M. Zaarour est le seul à en avoir une connaissance approfondie. » En 2006, l’érudit avait participé à la création d’un centre à Maaloula pour enseigner l’araméen. En vain car la guerre est passée par là et les portes sont désormais closes.

La fin d’un isolement protecteur

Aujourd’hui, Maaloula se partage le fragile héritage linguistique notamment avec deux autres villages voisins,dans les montagnes du Qalamoun à l’ouest de la Syrie, à proximité de la frontière avec le Liban : Bakhah et jubb’adin.

Jusqu’à présent, c’est à la faveur de la géographie, que ces villages isolés des grandes villes ont pu conserver la langue araméenne occidentale.  Mais en plus des guerres et de l’émigration, le développement des routes et des moyens de transport modernes, ainsi que la télévision, les téléphones portables et parfois des enjeux politiques, ont favorisé (et favorisent encore plus aujourd’hui) l’essor de l’arabe, jouant tous un grand rôle dans l’affaiblissement du néo-araméen occidental.

Et, ce ne sont pas seulement des mots qui s’envolent avec cette langue chamito-sémitique – le terme venant de Cham et de Sem (qui a donné « sémitique »), tous les deux fils de Noé – mais aussi toute une culture, une mémoire, une manière de penser dont les premières traces écrites remontent au Xème siècle avant Jésus-Christ. L’expansion de l’araméen dont le nom vient d’Aram, cinquième fils de Sem, qui donnera son nom au territoire du centre de l’actuelle Syrie, s’est accéléré quand il est devenu langue officielle sous les empires assyrien, babylonien etperse. Les grandes déportations des Araméens sous les empires neo-assyrien et neo-babylonien (l’exil des Juifs à Babylone en est le plus célèbre exemple) ont aussi largement contribué à la diffusion de la langue.

Il reste trois groupes aujourd’hui encore parlés : le néo-araméen occidental de Maaloula, le néo-araméen oriental, pratiqué dans le Nord de l’Irak appelé « soureth », pratiqué aujourd’hui par les communautés chrétiennes et ethniques Assyro-Chaldéenne-Syriaques d’Irak, d’Iran, de Syrie et du sud-est de la Turquie, et enfin le néo-araméen central en Turquie, au nord-est de la Syrie et en diaspora.

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don