Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Le Custode : « Il y aura de la solidarité même dans les moments difficiles ».

Giuseppe Caffulli
7 juin 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Le Custode : « Il y aura de la solidarité même dans les moments difficiles ».
Le Custode de Terre Sainte, frère Francesco Patton, au couvent de Saint Sauveur.

Impact de la pandémie sur la vie des chrétiens en Terre Sainte, suspension des pèlerinages, report de la collecte du Vendredi Saint. Quelques réflexions du père Francesco Patton, qui expose les problèmes et donne des signes qui permettent d’espérer en cette période particulière.


Depuis fin mai, les fidèles ont pu progressivement revenir dans les sanctuaires de Terre Sainte, fermés depuis des semaines en raison de l’urgence sanitaire. « Pour nous, ce fut un moment très important », raconte le père Francesco Patton, dans une longue interview accordée le 27 mai sur les réseaux sociaux de la Fondation Terra Santa : « Certains sanctuaires, comme celui de Gethsémani dans le Jardin des Oliviers, ou la basilique de Nazareth, construits sur deux niveaux, ont pu – du fait leurs caractéristiques – rester accessibles à ceux qui voulaient prier, en respectant bien les gestes barrières. Mais concernant le Saint-Sépulcre, il était important de pouvoir dire qu’il avait rouvert. En tant que lieu de la résurrection du Seigneur, il revêt une importance supplémentaire au regard de l’espérance qu’il peut offrir dans un temps de pandémie comme celui-ci ».

Quels ont été vos sentiments durant ces semaines de fermeture ?

Pour ma part, il m’a été douloureux durant la Semaine Sainte de devoir présider les célébrations sans fidèles. Nous avons réduit au minimum le chemin de croix du Vendredi Saint, mais nos efforts consistaient à dire que nous continuions à être présents. Nous sommes une communauté internationale, nous représentons ici toute l’humanité, donc en quelque sorte nous nous sommes faits pèlerins à la place des pèlerins et nous avons demandé au Seigneur pour toute l’humanité la guérison des malades, le soutien aux soignants, la fin de la pandémie. Et aussi un peu de sagesse, pour les pasteurs et les gouvernants.

Jusqu’à début février, tout laissait présager une nouvelle saison bondée de pèlerins comme en 2019…

Et puis soudain, cette douche froide ! Jérusalem sans pèlerins, cela vous donne une certaine mélancolie. Dans nos prévisions, 2020 devait même dépasser 2019, qui a été une année exceptionnelle. Nous avions eu plus de 600 000 réservations pour les célébrations dans les sanctuaires. Cela n’a pas eu lieu.

Durant les jours de Pâques, vous aviez lancé l’idée du pèlerinage de prière. Comment cette proposition a-t-elle été accueillie ?

Il me semble qu’elle a été bien accueillie. Elle a également été combinée à la possibilité via Internet et la télévision de vivre au moins une partie du pèlerinage par la transmission des célébrations. De nombreuses personnes ont souhaité se joindre à nous dans la prière. Le pèlerinage de prière signifie aussi ceci : se placer idéalement dans un lieu précis et ensuite, par exemple, prendre l’Evangile qui raconte l’épisode dans ce lieu et prier.

Cette fermeture a également touché les chrétiens d’Israël et des Territoires palestiniens. Toutes les Eglises locales ont travaillé pour répondre aux besoins économiques des familles…

La situation est différente en Israël et en Palestine. En Israël, il existe des formes d’aide similaires aux allocations chômage ; en Palestine, en revanche, le problème est plus grave car il y a l’obligation de donner deux mois de salaire, mais après cela, il n’y a pas de subventions économiques comme les allocations chômage.

Nous avons essayé de garantir à nos employés une reprise normale de leur travail après l’état d’urgence. Nous devons donner des certitudes à ceux qui travaillent.

Les paroisses ont été très actives dans leurs régions respectives, notamment avec les colis alimentaires. J’ai beaucoup aimé une initiative de la paroisse de Jérusalem où le curé, inspiré par le passage d’Elie et de la veuve de Sarepta de Sidon, a proposé aux paroissiens de créer un fonds de charité, en leur demandant de donner trois shekels par jour, moins d’un euro, pour aider les pauvres. Une centaine de familles ont adhéré, et une forme de charité au sein de la paroisse a été mise en place. C’est une belle initiative parce que nous sommes habitués à penser que la Terre Sainte vit de l’aide extérieure et cette fois, la paroisse mère de Jérusalem a montré qu’il y avait aussi une aide de l’intérieur. C’est un signe d’espérance.

Quelles autres initiatives seront nécessaires ?

Nous devrons essayer de faire revivre la réalité du pèlerinage afin de garantir, en particulier aux chrétiens de la région de Bethléem, la possibilité de reprendre leur travail au niveau de l’accueil et de l’accompagnement des pèlerins. Nous devons apporter un soutien particulier aux écoles en Palestine, qui se trouvent à Bethléem et à Jéricho. Elles ont moins de ressources que les écoles en Israël et les familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité. Heureusement, nos écoles ont fonctionné, car elles ont immédiatement commencé à pratiquer l’enseignement à distance.

Le coronavirus a été partout un réveil brutal pour l’homme face à ses limites. Nous avions l’illusion que nous étions invincibles. Ce sentiment commun de fragilité a-t-il également touché la réflexion au niveau œcuménique et interreligieux ?

C’est certain. Nous sortons d’une période dans laquelle il y avait une forme de délire de toute-puissance, avec l’idée que la science était capable de tout résoudre. Nous ne devons pas pour autant mépriser la science, car la médecine nous aide à sortir de la pandémie. Je pense aussi au sacrifice de tant de médecins et d’infirmières. Mais avant, il y avait certainement un sentiment semblable à celui de l’époque de la construction de la tour de Babel : on arrive au ciel, on n’a plus besoin de Dieu. Bien au contraire, nous avons besoin de Dieu, et la pandémie elle-même nous ramène à ce qui est le sens de la fragilité des créatures. Cette expérience constitue le plus petit dénominateur commun entre les trois grandes religions abrahamiques, car nous croyons tous en un Dieu créateur. L’histoire de la création de la Bible qui nous unit aux juifs est également partagée à 80% par l’histoire de la création du Coran.

Ce besoin de se tourner vers Dieu pour retrouver la juste dimension de ce que nous sommes en tant qu’hommes, sachant que le tout-puissant en est un autre, nous a permis de prendre des initiatives communes, y compris de prière.

Sur le plan œcuménique, nous avons vécu des moments harmonieux, par exemple dans la gestion des grands sanctuaires avec les Grecs et les Arméniens. Il y a eu une collaboration au niveau des œuvres, car les Eglises de Terre Sainte gèrent des hôpitaux, ainsi que des écoles. En Terre Sainte, dans nos classes, il y a des chrétiens de toutes les confessions et au moins la moitié des élèves sont musulmans. La dimension œcuménique et interreligieuse s’est donc révélée à différents niveaux.

La collecte du Vendredi Saint a été reportée. Pourquoi la date du 13 septembre a-t-elle été choisie ?

Le pape François s’est bien rendu compte qu’il était impossible que la collecte ait lieu le Vendredi Saint et il a été décidé de la déplacer au dimanche le plus proche de la fête de la Croix Glorieuse. Cette fête tombe le 14 septembre et est liée à une autre fête emblématique de Jérusalem que nous célébrons en mai : la fête de du Recouvrement de la vraie Croix par Sainte Hélène. Ces fêtes sont liées à la fondation de la basilique du Saint-Sépulcre. Déplacer une date aussi importante à septembre signifie rappeler au monde entier l’importance de l’Eglise de Jérusalem et donner la possibilité aux chrétiens du monde entier d’aider les chrétiens de Terre Sainte par le biais de la Custodie.

La Custodie enverra des messages en différentes langues à toutes les Eglises, les invitant à prendre soin de l’Eglise mère de Jérusalem, des sanctuaires et des communautés chrétiennes, également par le biais d’une aide financière. Ce sera un appel à vivre l’été en lien avec la Terre Sainte.

Oui, un été de solidarité. Je suis bien conscient qu’à cause du coronavirus, l’économie des familles est mise à l’épreuve et le sera à l’avenir. Mais je suis convaincu que la solidarité dont les chrétiens ont toujours fait preuve envers la Terre Sainte, même dans des moments très difficiles, continuera à exister. La Providence divine n’échouera pas. Il est important de se souvenir, pendant l’été, du rendez-vous de la collecte pro Terra Sancta du 13 septembre. Et d’inviter chacun – comme le dit Saint Paul dans la deuxième lettre aux Corinthiens – à donner à la mesure de son cœur. Il n’y a donc pas de pression. Dans l’Evangile de Marc, Jésus indique comme exemple non pas le riche qui a versé beaucoup ou une petite partie de ses biens, mais la veuve, qui a versé un peu de monnaie, la seule chose qu’elle possédait.

Où va l’argent qui est donné pour aider la Terre Sainte ?

Cet argent permet de réaliser la mission suivante : il nous aide à garder les sanctuaires ouverts, à soutenir la foi des pèlerins, mais il offre aussi aux chrétiens locaux la possibilité de travailler. Cet argent aide les écoles, au nombre d’une quinzaine et comptant plus de 10 000 élèves, les œuvres de charité que mène la Custodie sur le territoire de la Terre Sainte au sens strict, mais aussi au Liban et en Syrie, où la pandémie s’ajoute à dix années de guerre, avec des conséquences désastreuses.

Concernant le retour des pèlerins, que prévoyez-vous dans les prochains mois ?

Entre juillet et août, nous verrons comment la situation évolue, nous saurons quels vols seront rétablis, avec quelle fréquence et de quelle manière. Je suppose que d’ici la fin de l’année, les pèlerins commenceront à revenir. Beaucoup viendront aussi avec un nouvel esprit, précisément pour dire merci au Seigneur d’avoir traversé cette épreuve de la pandémie.

N’oublions pas que, dans le passé, les pèlerinages étaient souvent effectués en vertu d’un vœu. Aujourd’hui, je pense que cette idée du vœu, comprise comme un geste de gratitude envers le Seigneur, peut encore être valable comme motivation pour un pèlerinage.

Je pense que nous reviendrons à une situation plus normale au début de l’année prochaine. En termes de chiffres, j’espère atteindre au moins les niveaux de 2016. Ils n’étaient pas élevés, mais ils étaient suffisants pour donner du travail aux gens et permettre aux familles de vivre dignement.

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici