Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Coronavirus : la basilique de la Nativité doit fermer

Claire Riobé
5 mars 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Coronavirus : la basilique de la Nativité doit fermer
La basilique de la Nativité ©MAB/CTS

Le ministère de la santé palestinien a tenu une conférence de presse à Ramallah, ce jeudi 5 mars, suite à l'annonce de l'infection de 4 personnes à Bethléem (territoire palestinien). Parmi plusieurs mesures annoncées, la fermeture de la basilique de la Nativité ainsi que de nombreux lieux de culte.


Quatre personnes infectées par le Coronavirus viennent d’être découvertes à Bethléem, a annoncé ce matin le Ministère de la santé palestinien dans un communiqué de presse. L’événement intervient un jour seulement après l’annonce par le gouvernement israélien de différentes mesures sanitaires dans le pays, afin de faire face au mieux à l’épidémie. La crise provoquée par l’arrivée du virus Covid-19 en Terre Sainte entraîne ainsi depuis 48 heures des décisions en cascades tant du côté israélien que palestinien.

A ce jour, l’Etat d’Israel a recensé 15 cas de personnes touchées, dont 12 revenues de l’étranger. Le 4 mars, le gouvernement israélien a annoncé que ses citoyens et ses résidents en provenance de cinq pays européens – la France, l’Espagne, la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche – devaient être systématiquement mis en quarantaine. La mesure avait déjà été mise en œuvre pour l’Italie, la Corée du Sud, la Chine et le Japon quelques jours auparavant. Le gouvernement a également averti que les étrangers arrivant de ces mêmes pays seraient tout simplement refoulés. Par ailleurs, il a déconseillé aux Israéliens de voyager si cela n’est pas indispensable.

Mesures de l’Autorité palestinienne

Jusqu’à présent, on n’entendait pas encore parler de cas d’infection en Palestine. L’annonce de quatre cas, ce jeudi matin, des touristes de passage en Terre Sainte, entraîne une série de décisions de grande ampleur, à commencer par la fermeture de la basilique de la Nativité. Le ministère de la santé palestinien demande ainsi « la fermeture de toutes les églises et mosquées du gouvernorat de Bethléem pour une période de 14 jours, ainsi que l’annulation de tous les événements publics, séminaires, conférences, activités sociales et sportives, également pour une durée de 14 jours ». De son côté, l’université de Bethléem ferme aujourd’hui ses portes sans encore annoncer de date de reprise des cours.

Enfin, deux centres de désintoxication à Bethléem vont être réinvestis pour soigner les victimes atteintes par l’infection. L’hôtel « Angel » (en banlieue de Bethléem), où résidaient les 4 touristes infectés, va être transformé en centre de quarantaine.

Fermeture des lieux saints ?

Frère Ananiasz Jaskólski, sacristain de la Basilique de la Nativité de Bethléem, revient sur les mesures du Ministère de la santé palestinien : « Nous allons devoir fermer la Nativité à partir de 16 heures cet après-midi, ainsi que la Grotte de lait et le Champ des bergers, car du personnel va arriver pour des travaux d’assainissement. Nous devons fermer les églises pour tous les étrangers, mais les salles pour les messes et les rites ordinaires demeureront ouverts. Dans tous les cas, la procession et les messes quotidiennes auront bien lieu et nous, les frères, serons là pour prier ».

A Jérusalem, aucune mesure n’a pour le moment été prise quant à une hypothétique fermeture des lieux saints. Frère Salvador, président de la communauté franciscaine du Saint-Sépulcre,  explique de son côté : « Nous constatons que, jour après jour, il y a de moins en moins de gens, tant au niveau de la procession quotidienne que dans la file de ceux qui veulent entrer dans le tombeau vide du Christ. Mais la vie au Saint-Sépulcre se poursuit comme toujours, tout comme nos prières nocturnes à huis clos ».

« Pour l’instant, aucune disposition particulière n’a été prise, ajoute-t-il. La gestion des pèlerins qui veulent visiter le tombeau est assurée par les Grecs orthodoxes : ce sont eux qui érigent les barrières ou organisent la queue des pélerins. Certains groupes ont annulé leurs réservations ou ne se présentent tout simplement pas. Nous, les frères, continuons à célébrer normalement les messes du statu quo au Calvaire et à la Tombe ».

Un plan d’urgence a été mis en place dans les gouvernorats de Bethléem, de Jéricho et de la vallée du Jourdain, où écoles et centres de formation devront fermer pour 14 jours. En ce qui concerne le tourisme, le ministère de la santé palestinien recommande à tous les groupes de touristes de mettre un terme à leur voyage et d’annuler les réservations faites en hôtel.

Répercussions sur l’économie locale

Une des craintes majeures de la diffusion du virus en Terre Sainte sont les conséquences économiques dramatiques que peuvent provoquer l’absence de visiteurs étrangers, l’économie locale étant intrinsèquement liée au tourisme.

L’année dernière, en Israël, le nombre de touristes entrant dans le pays avait battu tous les records, atteignant 4,55 millions de visiteurs (soit une augmentation de 10,6% par rapport à l’année précédente, et de 1, 6 millions de plus par rapport à il y a trois ans).

L’économie de la ville de Bethléem, en particulier, vit presque exclusivement du tourisme lié à ses lieux saints, à travers ses hôtels, magasins et restaurants. Anton Salman, l’actuel maire de Bethléem, déclarait ainsi dans un interview en décembre dernier : « Nous attendons 1,4 million de touristes [pour 2020]. Il s’agit d’une augmentation de 20 % par rapport à l’année dernière. Depuis 2017, le nombre de touristes qui viennent dans la ville est en augmentation ». Ce chiffre ne comprend toutefois que les groupes de pèlerins et non les individus. Avec ces derniers Bethléem accueillerait en moyenne près de 3 million de touristes chaque année.

Il est donc à craindre que les conséquences de la propagation du coronavirus en Terre Sainte soit particulièrement sévères pour les locaux, notamment chrétiens, en minorité dans le pays.

Dans une récente lettre pour la collecte annuelle pour l’Eglise en Terre Sainte, le cardinal Sandri (préfet de la Congrégation pour les Églises orientales) réaffirmait l’importance capitale du tourisme des lieux saints pour ces derniers. « Grâce à la présence des sanctuaires, de nombreux fidèles chrétiens trouvent un travail estimable en s’engageant à accueillir les millions de pèlerins qui, ces dernières années, sont venus de plus en plus nombreux visiter les Lieux saints ».

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici