Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Messieurs les évêques: aimez les premiers !

Le rêveur de Terre Sainte
28 mars 2011
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le Jeudi saint à Jérusalem comme ailleurs dans le monde, des évêques, des curés de paroisse, des supérieur(e)s de communautés lavent le pied de personnes triées sur le volet. Ceux dont on lave les pieds voient-ils bien le Christ devant eux où voient-ils Monseigneur ou le père untel ?
De toute façon, c’est impressionnant et c’est une expérience de foi, mais la qualité de celui qui accomplit ce geste ne cache-t-elle pas le visage de celui qui l’a enseigné et qui comme pour l’eucharistie a demandé de le répéter : « Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. » Jn 13, 14. Le lavement des pieds et l’eucharistie sont les deux seuls gestes que le Christ demande expressément à ses disciples de reproduire.
Depuis trois ans, le Jeudi saint, au Cénacle, le Custode de Terre Sainte lave les pieds de douze enfants de la paroisse latine. Que savent-ils du lavement des pieds de l’évangile ? Ce qu’ils ont parfaitement intégré c’est qu’il s’agit de leurs pieds alors que toucher les pieds dans le monde arabe ne va pas du tout de soi et que c’est le Custode de Terre Sainte qui se plie là devant eux, le Custode dont ils savent qu’il est le chef de la Custodie qui leur fournit une maison, paie leur scolarité et souvent emploie un de leur parent. C’est un puissant et il embrasse leurs pieds en vrai ! Ils gèrent leurs émotions comme ils peuvent entre chahut et ricanements. Peuvent-ils voir le Christ ? Au Seigneur à se révéler à l’intime du cœur !
Et les douze séminaristes, six franciscains, six du séminaire latin, arrivent-ils à voir le Christ sous les traits du Patriarche, Sa Béatitude comme on l’appelle ici, quand le Jeudi saint devant la tombe vide du Saint-Sépulcre il leur embrasse le pied ?
Dans cette société ecclésiale ultra-codifiée, où les évêques sont constamment en représentation de leur statut, de leur pouvoir, de leur influence, les dés ne sont-ils pas un peu faussés. C’est valable pour tous les évêques de Jérusalem, de toutes les Églises et il y en a treize officielles.
L’Église de Jérusalem peut-elle encore insuffler la fraîcheur évangélique où n’est-elle pas prisonnière de l’institution et de ses pompes ? Une chose est sûre, ceux des chrétiens locaux qui s’y intéressent encore lui demandent un signe prophétique : celui de l’unité. Pas l’unité des théologiens et des experts en ecclésiologie qui finiraient par s’entendre pour savoir qui a raison ou qui a tort sur le filioque, la primauté de Pierre, la traduction du Notre Père, la barbe des prêtres etc.
La communauté de Jérusalem s’étiole au rythme des batailles politiques et religieuses. Elle souffre de ses divisions internes. Le Synode des évêques a ouvert bien des voies mais il en est une qui pourrait aplanir toutes les autres.
Les chrétiens du Proche Orient ont besoin d’être les témoins de l’amour des chrétiens entre eux et spécialement des évêques entre eux.
Messieurs les évêques vous voulez faire de vos fidèles des saints ? Aimez les premiers !
« L’unité sera donnée à Jérusalem le jour où les évêques s’aimeront les uns les autres » a osé dire Mgr Sabbah, patriarche émérite des Latins dans une émission télévisée. À Jérusalem, il y a au moins un évêque qui prie tous les jours pour ses confrères, nommément, et il essaie de les inviter à faire de même.
Comme ce serait beau de les voir se laver les pieds les uns aux autres. À défaut de pouvoir partager la même eucharistie, ils pourraient reproduire ce geste-là parce que ce n’est pas un sacrement mais ils pourraient en faire celui d’une unité désirée sinon accomplie.
Il n’y aurait pas même besoin de témoins : pas de journalistes, pas de caméras, eux seuls face à leurs responsabilités de pasteurs. Pas de beaux discours, pas d’homélies, pas besoin d’impressionner qui que ce soit Il n’y aura pas celui qui lave les pieds des autres en leader de la communauté puisqu’ils obéiraient au Christ disant « vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. »
Comment, si nos évêques avaient ce courage-là, la face de l’Eglise de Terre Sainte n’en serait-elle pas changée ?

Dernière mise à jour: 28/12/2023 22:00

Mgr Maroun Lahham Archevêque de Tunis

Du Moyen Orient au Maghreb, une invitation à ne pas oublier le Synode

S.E. Mgr Lahham, Archevêque de Tunis, a participé au Synode des Évêques pour le Moyen Orient. Nous reprenons ici, du bulletin diocésain Flash, sa réflexion, un bilan à cheval entre le Moyen Orient dont il est issu et la Tunisie dont il est archévêque.

Roberto Beretta

Dominique Lapierre: « Je ne veux pas voir la division de cette terre »

A la veille de ses 80 ans, Dominique Lapierre, écrivain et journaliste français connu dans le monde entier pour ses livres enquêtes et ses romans (dont le plus célèbre, est La cité de la joie) raconte son amour (déçu ?) pour la Terre Sainte, une terre qui semble aujourd’hui « avoir dénaturé le message de Dieu »

Michela Perathoner

Jérusalem : pierres de la Mémoire

Réhabiliter, restaurer et conserver les habitations chrétiennes de la Vieille Ville de Jérusalem : “Jérusalem, pierres de la mémoire” est un vaste projet lancé par la Custodie de Terre Sainte pour préserver la présence de ceux qui en sont les pierres vivantes : les chrétiens locaux. Père Ibrahim Faltas, économe de la Custodie, explique ce qui pousse les franciscains à soutenir la présence chrétienne en ces lieux.

Marie-Armelle Beaulieu

Au service du même idéal

Eugenio Alliata ofm Studiun Biblicum Franciscanum

Visite du nouveau Musée d’Israël

Quarante-cinq ans après sa première inauguration, le Musée d’Israël s’est complètement restructuré pour offrir un moment de pur régal (ou presque).

Carmelo Pappalardo ofm Studium Biblicum Franciscanum - Jérusalem

Le Mont Nébo fait peau neuve

C’était un projet qui tenait à cœur au frère Michele Piccirillo ofm: la rénovation du Mémorial de Moïse au Mont Nébo. Sa mort soudaine ne l’a pas interrompu. Frère Carmelo Pappalardo a repris le flambeau et travaille à réaménager ce sanctuaire de la Custodie qui domine la Terre Promise depuis la Jordanie

Michèle Bimbenet-Privat Conservateur en chef au musée national de la Renaissance

Les présents de Louis XIV offerts pour le Saint-Sépulcre de Jérusalem

Avril-Juillet 2010, l’Établissement public du musée et du domaine national de Versailles présenta une exposition intitulée "Une chapelle pour le roi", à l’occasion du tricentaire de l’édifice. Les conservateurs savaient qu’ils trouveraient en Terre Sainte quelques pièces uniques, offertes par le roi Louis XIV. Revue de détails.