Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Pentecôte juive et Pentecôte chrétienne

Frédéric Manns ofm, Studium Biblicum Franciscanum
29 mai 2011
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Pentecôte juive et Pentecôte chrétienne
cénacle Dimanche de Pentecôte au Cénacle avec la Custodie de Terre Sainte. ©MAB/CTS

La pâque chrétienne renvoie à la pâque juive. C’est à peu près admis. Et si la pentecôte chrétienne renvoyait à la Pentecôte juive ?
Frère Frédéric Manns fulmine lorsque l’on oublie que les racines chrétiennes sont, demeurent, s’épanouissent dans l’étude du judaïsme.


La Pentecôte juive célébrée cinquante jours après la Pâque évoque un double mariage : celui de Dieu avec son peuple au Sinaï et celui de Booz avec Ruth à Bethléem.
La fête est appelée la fête des moissons. Le temps de la récolte est toujours un temps de joie. Au pied du Sinaï Dieu a donné la loi à son peuple au milieu du feu et des éclairs. Israël est entré en alliance avec son Dieu : « Nous ferons et nous écouterons », avait affirmé Moïse. Israël est devenu alors un « peuple de prêtres, un peuple de rois, une nation sainte ». La ketouba, le contrat de mariage, n’est autre que la Torah. Shavouot (Pentecôte) n’est rien d’autre que l’accomplissement de Pessah (Pâque) : de la servitude d’Égypte Israël est passé au service de son Dieu.
Les rabbins ont souvent assimilé les 49 jours séparant Pâque de la Pentecôte aux 49 degrés de pureté à gravir depuis la sortie d’Égypte jusqu’au don de la Torah, jusqu’à la célébration de l’alliance. Pour être rendu digne de devenir partenaire de Dieu dans l’alliance, Dieu fait passer son peuple de la nourriture de l’orge célébrée lors de la Pâque à la nourriture du blé. De la nourriture de l’animal (l’orge) Israël passe à la nourriture des hommes (le blé). Cette période de maturation du blé est faite de joie de recevoir l’alliance, mais aussi de crainte.

Ruth la Moabite

Le deuxième mariage est celui de Ruth et de Booz. Une Moabite, une étrangère adopte le Dieu d’Israël : « Ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ». Ruth la Moabite est la grand-mère du roi David ! La nuit précédant la Pentecôte les juifs étudient la Torah pour faire le tiqqun olam, la réparation du monde. La tradition veut que la nuit de Shavouot soit celle où se produisent des révélations mystiques, en lien avec l’expérience du Sinaï en vue de la préparation des noces eschatologiques entre le Seigneur et son peuple réconcilié avec toutes les nations. La rédemption messianique sera accomplie lorsque le Tiqqun sera achevé.

Alliance du Sinaï

Pour la tradition chrétienne présentée par saint Luc, il y a eu une série de Pentecôtes marquées par le don de l’Esprit : les juifs reçoivent ce don, puis les Samaritains, enfin les païens réunis chez Corneille à Césarée. Ce fut la stupeur parmi les croyants circoncis qui avaient accompagné Pierre : « ainsi jusqu’aux nations païennes le don de l’Esprit était maintenant répandu ». Par le don de l’Esprit de Jésus ressuscité la Pentecôte chrétienne étend aux non-juifs le don de l’alliance au Sinaï. «Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion et de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste et de myriades d’anges, réunion de fête, et de l’assemblée des premiers-nés qui sont inscrits dans les cieux, d’un Dieu juge universel et des esprits des justes qui ont été rendus parfaits, de Jésus médiateur d’une alliance nouvelle, et d’un sang purificateur plus éloquent que celui d’Abel» (He 12, 22-23). La tradition juive avait déjà associé le Mont Sinaï et le mont Sion.
Si la Pâque juive renvoie le chrétien à l’eucharistie célébrée dans ce contexte juif, Shavouot rassemble la communauté dans la Parole inspirée par l’Esprit. Bref les deux tables sont présentées au chrétien, la table de la parole et celle de l’eucharistie.

Les racines juives de la foi chrétienne

Pourquoi insister sur les racines juives de la foi chrétienne ? À Jérusalem cela devrait être évident. Malheureusement ce n’est pas le cas. Le document de Mgr Sabbah Lire la Bible au pays de la Bible est resté enfermé dans les bibliothèques. La preuve en est que les homélies du pape lors de son voyage en Israël, préparées par l’Église locale, n’ont pas senti le besoin de mettre le mystère chrétien en rapport avec l’Ancien Testament. Cette myopie spirituelle s’explique encore moins après le synode sur l’Écriture célébré en octobre dernier. Dans ces conditions l’Église locale se ferme à toute forme de dialogue avec le judaïsme et refuse de présenter le Christ comme l’accomplissement des Écritures. Il faudra une nouvelle Pentecôte pour permettre aux chrétiens de Jérusalem de parler ouvertement avec leurs frères aînés. Le pape Benoît XVI est passé au milieu de nous allant son chemin au-delà du Mont du précipice (Lc 4,30). Il reste maintenant aux chrétiens de retrouver l’Esprit dans la fraction du pain.


Aller plus loin

La 4e lettre patorale de Mgr Sabbah : Lire et vivre la Bible au pays de la Bible, est toujours en vente (chez les très bons libraires!)
Paru le : 22/05/23
Editeur : DDB
ISBN : 2-220-05251-6
EAN : 97822252519
Nb. de pages : 175 pages

Dernière mise à jour: 29/12/2023 23:44

Rédaction

À la recherche des fontaines

Combien de pèlerins et de touristes, voire d’habitants de Jérusalem passent devant elles en les ignorant souverainement. Dans l’enceinte de la Vieille Ville on en a compté jusqu’à quinze : six sur l’esplanade du Temple devenue des mosquées, et neuf en dehors.

Marie-Armelle Beaulieu

Passé et présent s’embrassent

S’il y a une expérience particulièrement intense à vivre en Terre Sainte, et spécifiquement à Jérusalem, c’est celle de vivre au cœur de l’histoire.

Nouvelles de Terre Sainte – années 30
Rédaction

Nouvelles de Terre Sainte – années 30

Chapeau les femmes ! Le gouvernement a décidé de rendre obligatoire le port du chapeau européen pour toutes femmes musulmanes. Janvier 1929

Le Mont Garizim
Astrid Genet

Le Mont Garizim

« Nos pères ont adoré sur cette montagne et vous, vous affirmez que c’est à Jérusalem qu’il faut adorer » (Jn 4,20). Sans qu’elle soit citée nommément, cette phrase adressée à Jésus par la Samaritaine au puits de Jacob a familiarisé les chré-tiens avec cette montagne de Cisjordanie : le Garizim. Quelle est son histoire ? Quelles sont ses traditions ? Astrid Genet guide la visite.

Texte : Joseph Rouyer - Photos : Fadi Arouri

3000 ans de prière sur le mont Garizim

Le Mont Garizim n’est pas qu’un souvenir évangélique, un site archéologique riche d’histoire : il demeure le l’unique lieu saint de la communauté samaritaine.

Un Christ arabe ?
Falk van Gaver Écrivain

Un Christ arabe ?

Si la figure du Christ est présente dans l’islam, elle n’est pas celle du Jésus de l’Évangile. Cependant, une nouvelle figure du Christ est apparue dans la culture arabe contemporaine : celle du Christ poétique.

Frère Xavier :  un G.I. chez les Franciscains
Marie-Armelle Beaulieu

Frère Xavier : un G.I. chez les Franciscains

Les pèlerins de Tibériade passés par le couvent franciscain ces dernières années avaient peut-être rencontré frère Xavier. Ont-ils eu alors l’occasion d’entendre les récits de son débarquement sur les plages de Normandie le 7 juin 1944 ?

Jean-Michel de Tarragon, Dominicain

Carte des environs de Jerusalem 1911

Jérusalem au fil de l’eau
Marie-Armelle Beaulieu

Jérusalem au fil de l’eau

Vouloir démêler la trame de l’histoire de Jérusalem à la fin du XIXe siècle, début XXe est une entreprise audacieuse. Vincent Lemire a relevé le défi et nous livre une thèse intitulée La soif de Jérusalem. Historien, en choisissant une méthodologie très originale, l’hydrohistoire, il nous embarque au fil des eaux de la ville pour nous révéler la Jérusalem qui fascina pèlerins, archéologues, ingénieurs et orientalistes.