Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Priez pour nous très saint Père

Rédaction
30 mars 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Comme beaucoup, je me souviendrai de l’endroit où j’étais quand la nouvelle est tombée. 12h58, heure de Jérusalem. Consulat Général de France. Un SMS de la correspondante de i-télé (Merci Caroline). Les appels téléphoniques s’enchaînent. C’est l’heure de l’apéritif. Mon absence ne se fait pas trop remarquer. Mais stupéfaction et ma joie si. Oui ma joie. J’ai immédiatement ressenti le renoncement de Benoît XVI pas seulement comme inattendu, mais humble, plus encore prophétique. Prophétique justement parce que humble. Impossible durant ce déjeuner officiel de jeter un œil sur mon smart-phone… Dès que je suis de retour aux affaires, on me presse de réagir. Et me reviennent les images et les sentiments lors du voyage du Saint-Père en Terre Sainte en mai 2009. Un numéro de La Terre Sainte y fut consacré (mai-juin 2009). Contre toute attente (sic), j’avais été bouleversée par ses mots, ses gestes et sa prière. Bien sûr la convocation de l’Assemblée spéciale des évêques pour le Moyen-Orient, le travail qu’il a suscité, l’exhortation apostolique qui en est le fruit et qui continue de nous faire vivre. Et la multitude des messages, lors des rencontres officielles, des audiences du mercredi, des messages lors de l’Angélus etc. que le pape a adressés en direction du Proche-Orient pour une paix juste, la cessation des violences, traduisant sa sollicitude pour les Chrétiens qui ont la grâce de vivre dans le berceau du christianisme.

Le pape, qui a tant aimé la chrétienté du Proche-Orient se retire sur la pointe des pieds et tant pis pour le séisme médiatique. Lui, il s’en retourne à ses livres et à la prière.

Seuls les photographes du Vatican ont pu saisir cette image dans la tombe vide qui clame silencieusement la Résurrection du Christ. Quant à moi, je l’ai vu prier dans la chapelle dite de l’Apparition, devant le Saint-Sacrement. Et j’ai pleuré. Pleuré de me sentir porter, pleurer de nous sentir portés, aimés, nous chrétiens de Terre Sainte et avec nous non seulement les chrétiens du monde mais l’humanité toute entière. Pleuré, comme de soulagement de le sentir, lui, porter le poids du monde avec le Christ.

Témoin de cette prière, tous les débats, toutes les polémiques, tous les scandales ne me sont plus jamais apparus que comme des accidents de l’histoire contemporaine. Bien sûr il faut débattre dans l’Église aujourd’hui, bien sûr il faut devant les polémiques chercher à éclairer le point de vue de l’Église, bien sûr il faut demander pardon pour les scandales et prendre les mesures nécessaires pour les dénoncer et en guérir… Mais rien, ni aujourd’hui ni demain n’est en mesure de remettre en question la sainteté fondamentale de l’Église ni l’assurance du Salut qui nous est acquis en Christ. Ce pape là me l’a enseigné.

Benoît XVI n’aura pas la chance du Cardinal Martini. Ce dernier, les années où il se retira à Jérusalem, venait incognito au Saint-Sépulcre. On le voyait, chapelet à la main, devant l’autel de l’apparition de Jésus à Marie-Madeleine. Effacé, retiré, devenu vigie de prière.

Benoît XVI n’aura pas la chance du Cardinal Martini. Il ne pourra pas venir se blottir une nouvelle fois dans la tombe. Alors nous l’y porterons, à chacune de nos visites. Et là, par prière interposée nous lui demanderons : « Priez pour nous très saint Père ».

Dernière mise à jour: 30/12/2023 15:07

Pietro Kaswalder Photo : Rosario Pierri

Césarée : gloire de la Judée

Césarée maritime, capitale de la province de Judée au temps d’Hérode et carrefour commercial de l’empire romain. Voyage à la découverte d’un des centres les plus importants de la fertile plaine du Sharon, fleurissante déjà à l’époque des croisés, entre la mer et les hauteurs de Jérusalem.

Marie-Armelle Beaulieu

Nous nous sommes sentis encouragés avec amour et chaleur

À l’annonce de la renonciation du pape Benoît XVI au siège pétrinien le monde s’est ému. Mais dans le monde, l’Église catholique de Terre Sainte perd un pasteur d’une sollicitude de tous les instants. Terre Sainte Magazine a recueilli les témoignages de quelques évêques catholiques orientaux.

Marie-Armelle Beaulieu

Nourhan Ier Manougian : Affermir la Fraternité arménienne

C’est à Terre Sainte Magazine que le nouvellement élu 97e patriarche arménien apostolique de Jérusalem, Sa Béatitude Nourhan Ier Manougian, a réservé sa première interview. Il succède au patriarche Torkom, décédé en octobre, à 93 ans, d’une longue maladie entraînant une certaine vacance de la charge. Le nouveau patriarche entend donc affermir sa communauté.

Marie-Armelle Beaulieu

Sauvegarder la mémoire des lieux et garantir la présence des chrétiens

Le Vendredi saint dans les paroisses sera organisée la collecte dite “Pour les Lieux saints”. Cet argent est en partie reversé aux Franciscains de Terre Sainte pour soutenir leur mission de conservation des lieux où c’est accompli le Salut mais aussi la présence chrétienne en Terre Sainte. Entretien avec Fr. Ibrahim Faltas, Économe de la Custodie de Terre Sainte

Louise Couturaud

Sainte-Anne : une église française en Terre Sainte

Les pèlerins français n’en sont pas peu fiers. L’église Sainte-Anne passe pour être une de plus belles églises de Terre Sainte, à leurs yeux au moins… Mais la singularité de Sainte-Anne ne réside pas dans la perfection de son architecture mais dans le fait qu’au beau milieu de Jérusalem c’est un domaine national français.

Carlo Giorgi

Avec les victimes de la guerre

Avec les victimes de la guerre, les frères de la Custodie de Terre Sainte en Syrie vivent aux côtés de la population locale le drame d’un conflit qui a déjà fait 60 000 morts, 2 millions de personnes évacuées dans le pays et un demi-million de réfugiés. “Notre mission ? Soutenir les familles chrétiennes et offrir de l’aide aux plus faibles, alors que le pays est dans le chaos”, explique le supérieur régional frère Halim Noujaim.

Cyrille David

La tradition de la vraie Croix

“Voici le bois de la Croix, où fut pendu le Christ, Sauveur du monde. Venez, adorons!“. Ce que les croyants font symboliquement le Vendredi saint en embrasant une croix, les pèlerins du Saint-Sépulcre le font mais en vénérant le bois de la vraie croix. Comment la vraie croix a-t-elle pu arriver jusqu’à nous ? Relation d’une tradition.