Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une technique suisse pour des enfants palestiniens

Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu
30 mars 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Une technique suisse pour  des enfants palestiniens
Atelier chez les sœurs du Rosaire à Bethléem, un des lieux, avec le Centre culturel Ghirass où l’équipe locale intervient le plus fréquemment. Pour les enfants une technique libérante.

A la mi-journée, la cité où est né “le petit Jésus” fourmille d’enfants. Dans le paysage éducatif de la ville, une association suisse “Les Amis des Enfants de Bethléem” s’engage auprès d’eux. Son but ? Voir grandir des enfants heureux, capables d’assumer les handicaps variés que la vie a mis sur leur chemin. Jacqueline Mardelle et Jean-Bernard Livio ont répondu aux questions de Terre Sainte Magazine.


Quelle est votre présence actuellement à Bethléem ?

Riche d’une expérience de plus de dix ans dans la crèche de la Sainte-Famille que nous soutenions avec l’argent de nos donateurs, notre équipe locale devenue indépendante intervient désormais depuis une année dans différents lieux. Notre activité est surtout basée sur les principes de la psychomotricité, autrement dit aider les enfants, y compris les tout-petits, à prendre conscience de leur corps, en favorisant le développement du mouvement et de la perception par des jeux sensoriels ou symboliques, par la musique, le rêve…
Ces techniques ne sont pas connues en Palestine, où manque cruellement une formation pour les accompagnatrices dans les jardins d’enfants ou les classes maternelles.
A voir le résultat, les directrices des différents établissements nous demandent de proposer cette formation à quelques assistantes maternelles, celles qu’elles sentent le plus intéressées à se spécialiser. En effet, nous sommes émerveillés de voir la réaction du personnel et de la direction (qui assiste régulièrement aux interventions de notre équipe) devant l’intérêt des enfants à cette approche psychomotricienne : les enfants s’animent, rient, pleurent, se libèrent du poids des interdits que la situation, voire parfois l’entourage familial et les traditions locales, leur imposent. Cela permet aux institutions concernées d’être plus attentives à l’enfant dans tout son désir de vie.

En quoi leur apportez-vous du nouveau ?

Il n’existe pas en Palestine d’éducateurs formés à l’approche psychomotricienne de la petite enfance. Or nous avons l’avantage en Suisse d’être pionniers dans ce domaine. Nous avons donc proposé aux milieux officiels scolaires et universitaires de partager notre expérience. Grâce à l’Université de Genève (la Haute École de Travail Social et sa directrice de la section psychomotricité), nous avons dans un premier temps bénéficié de l’intervention de professionnelles venues partager leur savoir sur le terrain. Désormais l’Université Al-Quds de Jérusalem, et maintenant celle de Bethléem, sont demandeurs. Nous répondons par l’accompagnement et la formation de stagiaires en cours d’emploi, ainsi que par des séminaires d’été dans nos locaux. C’est merveilleux de voir comment l’enfant parvient par ces techniques à évoluer, et progressivement à se libérer du poids de l’enfermement tant culturel que politique subi par son entourage.

Lire aussi >> Mes premiers pas en tant que médecin parmi les enfants de Bethléem

Mais vos statuts affirment que vous êtes une association a-confessionnelle et a-politique ?

En effet, nous tenons à cette formulation pour coller plus précisément à la réalité locale. La population avec laquelle nous sommes en contact n’est pas d’abord musulmane ou chrétienne, elle se dit d’abord palestinienne. Même dans les institutions tenues par des religieuses catholiques la majorité des enfants sont musulmans. Ce qui est premier pour nous, c’est l’enfant ! Or cet enfant n’est né ni chrétien ni musulman, mais bébé ! Il est confronté dans son milieu familial et scolaire à une difficile réalité politique. Bethléem vit actuellement entourée de murs que les habitants ne peuvent franchir qu’avec beaucoup de peine et d’autorisations accordées au compte-gouttes. C’est aussi cela la réalité de ces enfants auxquels nous ne venons pas apporter une solution politique mais l’espérance qu’il y a un au-delà des murs ! D’autres associations se préoccupent de la situation politique ; c’est un choix délibéré de notre part de ne pas vouloir en rajouter. Cela n’empêche nullement que notre comité en Suisse et nos donateurs, sont eux, bien engagés dans leur foi à vouloir aider l’enfant de Bethléem.

Votre équipe locale vous suit-elle dans cet objectif ?

Nous avons la grande chance d’avoir à Bethléem un trio responsable, trois femmes Fatmeh, Lisa et Jiries, de religions différentes. Leur bonne collaboration est un exemple pour nous de ce qui se vit dans cette région de Palestine, où musulmans et chrétiens sont nombreux à travailler main dans la main.

Quels enfants touchez-vous ?

Les enfants ont entre 2 ans et 10-11 ans ; pour l’instant nous intervenons principalement dans des institutions accueillant des enfants en échec scolaire, des crèches pour enfants de milieux défavorisés, et dans une institution pour enfants qui ont des handicaps. Notre objectif reste cependant de privilégier le tout-petit, celui pour lequel précisément les éducatrices manquent de formation. Et quand elles-mêmes seront mamans, quel acquis pour leurs enfants, quel modèle pour leurs voisines !♦


Un livre de contes

Sensible à l’enracinement socio-culturel de la population, l’association, avec l’appui d’artistes suisses et palestiniens, a réalisé un livre de contes avec et pour des enfants de 6 à 11 ans, issus de 4 milieux différents : rural, urbain, camp de réfugié et bédouin. Il est édité aujourd’hui en français et en arabe.
“Une histoire de chez moi”.
Renseignements : www.amisdesenfants-bethleem.net

 

Dernière mise à jour: 05/02/2024 15:17

Terre Sainte n. 2/2018 – Sommaire TSM 654
Mars Avril 2018

Terre Sainte n. 2/2018 – Sommaire TSM 654

Dis pourquoi a-t-on fermé les portes du Saint-Sépulcre? C'est quoi Qumran? Et pourquoi partent les Palestiniens? Et..? Vous avez des questions? On a des réponses.

Qumran, sur les traces des Esséniens
Claire Burkel

Qumran, sur les traces des Esséniens

Aucun texte biblique ne mentionne Qumran. C’est pourtant un passage quasi obligé pour les groupes de pèlerins. Ils y découvrent la vie d’une communauté juive messianique de l’époque de Jésus, les Esséniens, et y interrogent leur propre foi dans le Messie.

La paradoxale économie israélienne
Paul Turban

La paradoxale économie israélienne

Un rapport publié récemment par le Taub Center, institut d’études socio-économiques israélien, pointe la cherté de la vie et les fortes inégalités sociales malgré la bonne santé de l’économie israélienne. Pour en discuter, nous avons rencontré Jacques Bendelac, docteur en économie et chercheur en sciences sociales à Jérusalem. Portrait inquiétant d’une jeune économie pourtant pleine de ressources.

Comprendre la crise du Saint-Sépulcre
Marie-Armelle Beaulieu

Comprendre la crise du Saint-Sépulcre

Dis pourquoi a-t-on fermé les portes du Saint-Sépulcre? C'est quoi Qumran? Et pourquoi partent les Palestiniens? Et..? Vous avez des questions? On a des réponses.

Le premier musée de la présence chrétienne à Jérusalem est
Marie-Armelle Beaulieu

Le premier musée de la présence chrétienne à Jérusalem est

En 2013, le Trésor du Saint-Sépulcre émerveillait les visiteurs du châ;teau du roi Soleil. "C'est une des expositions les plus courues que nous ayons eues" commente Béatrix Saule, directrice conservatrice générale honoraire du château de Versailles. Ce trésor se prépare un écrinà Jérusalem et Mme Saule a accepté de devenir la pré;sidente du comité scientifique de la collection historique du Terra Sancta Museum.

M.-Armelle Beaulieu

Terre d’espérance

George Al Lama ou la passion de l’art palestinien
Paul Turban

George Al Lama ou la passion de l’art palestinien

Une âme de collectionneur, la passion de son pays et une solide connaissance de l’histoire de l’art. L’alchimie de ces trois éléments s’est incarnée dans George Al Lama. Visite d’une fascinante collection, si ce n’est la plus grande de Palestine, la plus spécialisée, encore qu’incroyablement variée.

Élihai, quand les mots sont  des ponts
Giorgio Bernardelli

Élihai, quand les mots sont des ponts

A l’âge de 91 ans, en Israël, le frère Yohanan Élihai a publié une nouvelle édition de son dictionnaire hébreu-arabe. Histoire de ce Petit frère de Jésus né en France mais complètement immergé dans la vie d’Israël.

Textes Paul Turban Remerciements au Dr Anastasia Keshman

L’époustouflante renaissance de la chapelle du Calvaire

La chapelle grecque-orthodoxe du Calvaire, située dans la basilique du Saint-Sépulcre, a retrouvé tout son lustre après qu’elle a été nettoyée durant plusieurs semaines cet hiver. Cette restauration impressionnante a permis de faire renaître les icônes murales richement dorées mais aussi les trois icônes de l’autel du Calvaire. Comme un souffle de Résurrection sur le mont Golgotha...