Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Les méandres de la réalité

27 mars 2023
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

L’image de couverture montre la « barrière de sécurité ». Il aurait été bien difficile de mettre un visage de colon pour illustrer les pages qui traitent du sujet. En montrant le mur qui serpente littéralement, nous voulions illustrer qu’il n’y a pas de contours qui soient simples dans ce pays, pas même ceux de la colonisation.
Mais afin d’être précis dans la description de la photo, il a fallu se pencher sur les cartes de Jérusalem et ses limites. Deux heures de consultation plus tard, il apparaît que tout de nouveau est très compliqué et qu’il n’y a pas de consensus sur la question. Le site de la municipalité de Jérusalem se garde (au moins en anglais) d’éclaircir sa position. En croisant et recroisant les cartes et les données : nous sommes bien dans Jérusalem et ce mur entoure le camp de réfugiés de Shuafat. Ainsi au cœur de la Ville Sainte il y a un camp de réfugiés ! En fait il y a en a deux, le second étant le camp d’Anata tout proche. Leurs histoires sont différentes mais ils partagent d’être tout ou partie cernés par le mur.
Des réfugiés d’où ? Ceux du camp de Shuafat, actuellement 20 000 à 25 000 habitants, sont les descendants des 1 500 Palestiniens « évacués » en 1967 du quartier juif de la Vieille Ville annexée et dont les maisons ont été détruites pour agrandir le quartier et permettre la construction de la grande place devant le Mur occidental (Kotel). Leur situation administrative est incroyablement compliquée comme le rapporte Ir Amim, une organisation israélienne qui concentre son action d’observation sur la ville de Jérusalem.
Les uns sont détenteurs de l’identité de Jérusalem (10 à 15 mille), les autres non. Certains sont enregistrés comme réfugiés (10 000). «À l’intérieur du camp, l’ONU fournit des services de base aux réfugiés, alors que la municipalité de Jérusalem et l’État d’Israël sont obligés de subvenir aux besoins de tous les autres résidants de Jérusalem à l’intérieur du camp. Les résidants du camp ne payent pas de taxes municipales puisque l’ONU s’occupe de l’infrastructure de base telle que la collecte des ordures et l’entretien des routes à l’intérieur du camp ; il est également responsable de la fourniture de l’éducation et des services sociaux de base aux réfugiés. Les résidants du camp qui ne sont pas des réfugiés ont droit aux mêmes services d’éducation et d’aide sociale que les autres résidants de la ville.»
Plus on entre dans le détail, plus la question de Jérusalem apparaît dans sa complexité. Les maisons que l’on voit à l’horizon sont celles de Pisgat Zeev, au regard du Droit International : une colonie israélienne sur le territoire dévolu à la Palestine. Mais peut-on envisager de démanteler ce type de colonie, banlieue immédiate du tissu urbain ? Il serait juste de ne pas le faire comme il serait juste de donner la liberté aux habitants de Shuafat plutôt que de les parquer dans leur camp de réfugiés. En Terre Sainte des Palestiniens et parmi eux des chrétiens sont prêts à d’importantes concessions pour vivre en paix à côté des Israéliens mais ils attendent qu’elles puissent être faites dans un esprit de justice et non dans un rapport de forces permanent.
En attendant que les politiques cessent leur bras de fer, Jérusalem n’envie rien à Berlin.

Mgr Maroun Lahham Archevêque de Tunis

Du Moyen Orient au Maghreb, une invitation à ne pas oublier le Synode

S.E. Mgr Lahham, Archevêque de Tunis, a participé au Synode des Évêques pour le Moyen Orient. Nous reprenons ici, du bulletin diocésain Flash, sa réflexion, un bilan à cheval entre le Moyen Orient dont il est issu et la Tunisie dont il est archévêque.

Roberto Beretta

Dominique Lapierre: « Je ne veux pas voir la division de cette terre »

A la veille de ses 80 ans, Dominique Lapierre, écrivain et journaliste français connu dans le monde entier pour ses livres enquêtes et ses romans (dont le plus célèbre, est La cité de la joie) raconte son amour (déçu ?) pour la Terre Sainte, une terre qui semble aujourd’hui « avoir dénaturé le message de Dieu »

Michela Perathoner

Jérusalem : pierres de la Mémoire

Réhabiliter, restaurer et conserver les habitations chrétiennes de la Vieille Ville de Jérusalem : “Jérusalem, pierres de la mémoire” est un vaste projet lancé par la Custodie de Terre Sainte pour préserver la présence de ceux qui en sont les pierres vivantes : les chrétiens locaux. Père Ibrahim Faltas, économe de la Custodie, explique ce qui pousse les franciscains à soutenir la présence chrétienne en ces lieux.

Marie-Armelle Beaulieu

Au service du même idéal

Eugenio Alliata ofm Studiun Biblicum Franciscanum

Visite du nouveau Musée d’Israël

Quarante-cinq ans après sa première inauguration, le Musée d’Israël s’est complètement restructuré pour offrir un moment de pur régal (ou presque).

Carmelo Pappalardo ofm Studium Biblicum Franciscanum - Jérusalem

Le Mont Nébo fait peau neuve

C’était un projet qui tenait à cœur au frère Michele Piccirillo ofm: la rénovation du Mémorial de Moïse au Mont Nébo. Sa mort soudaine ne l’a pas interrompu. Frère Carmelo Pappalardo a repris le flambeau et travaille à réaménager ce sanctuaire de la Custodie qui domine la Terre Promise depuis la Jordanie

Michèle Bimbenet-Privat Conservateur en chef au musée national de la Renaissance

Les présents de Louis XIV offerts pour le Saint-Sépulcre de Jérusalem

Avril-Juillet 2010, l’Établissement public du musée et du domaine national de Versailles présenta une exposition intitulée "Une chapelle pour le roi", à l’occasion du tricentaire de l’édifice. Les conservateurs savaient qu’ils trouveraient en Terre Sainte quelques pièces uniques, offertes par le roi Louis XIV. Revue de détails.