Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Atrocité du mur et Espérance

Marie-Armelle Beaulieu
30 mars 2010
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Trois évêques francophones, un canadien, Mgr Pierre Morissette; un français Mgr Michel Dubost; un suisse, Mgr Pierre Bürcher, témoignent de ce qu’ils ont vu et entendu lors de leur visite en Terre Sainte à l’occasion des rencontres de la Coordination Terre Sainte.


Monseigneur, cela fait plusieurs années que vous participez à la coordination. Qu’en rapporterez-vous cette année ?

Personnellement, je vais emporter avec moi deux images. Cela fait plusieurs fois que je viens à Jérusalem participer à la coordination.

La première image, c’est celle que j’ai vue à Béthanie dans ce jardin d’enfants tenu par les sœurs de la Negrezzia. Quand j’ai vu les enfants repartir de l’autre côté du mur, en passant par une ouverture qui n’est même pas une porte  mais une fenêtre. De voir ces enfants ayant bénéficié toute la matinée de ce jardin d’enfants dans la joie et les chants et qui repartent ensuite de l’autre côté du mur, je me demande où ils se trouvent vraiment à la maison. Je les ai vus passer par cette fenêtre et pour moi c’est comme s’ils entraient en prison. La porte s’est refermée sur eux et que sera le lendemain ?

Ce qui m’a frappé parallèlement, c’est ce dialogue entre une sœur et un soldat israélien et leurs sourires réciproques. C’était une lueur d’espoir.

La deuxième image, c’est celle que j’ai vue au Saint-Sépulcre lors de la célébration de l’eucharistie en participant avec des chrétiens d’ici à la célébration de la mort et de la Résurrection du Christ qui manifeste bien que malgré la nuit, les souffrances et les divisions, la foi demeure vivante et l’espérance est présente.

Depuis que vous venez avez-vous pu contribuer à faire évoluer les choses ?

En venant cette année, j’ai dit à un confrère : « On vient mais je ne sais pas si on peut faire quelque chose. » Il m’a répondu : « Le simple fait que vous veniez chaque année est extrêmement important parce que c’est le signe concret que nous ne sommes pas oubliés par le reste du monde. Venez, votre présence est déjà un grande service. »

Monseigneur, quelles suites donnerez-vous à une telle rencontre ?

C’est moins une suite qu’une continuation tout d’abord dans la prière qui est liée à la solidarité. Dans ce sens, nous encourageons nos communautés chrétiennes notamment en Europe à prier en communion avec nos frères et sœurs qui sont en Terre Sainte.

Ensuite, nous donnons l’information nécessaire sur ce que nous avons découvert, vécu, sur les rencontres que nous avons eu l’occasion d’avoir avec des chrétiens locaux. Chaque année, c’est l’occasion de faire un point sur la situation qui pour moi cette année manifeste une intensité dans la souffrance, dans le besoin de justice, dans le besoin de respect des droits fondamentaux de l’Homme qui en bien des endroits et de bien des manières ne sont pas respectés. je pense en particulier à cette atrocité qu’est le mur même s’il est appelé « mur de sécurité ». C’est vraiment un pont dont on a besoin ici plutôt que des murs de séparation parce cela ne résout pas tous les problèmes au contraire.

Il y a ici un terrible manque de dialogue. Or quand les personnes parviendront au dialogue dans le respect mutuel, il pourra y avoir conversion du cœur et c’est ce qu’il faut favoriser au maximum entre les personnes mais aussi entre les peuples.


En savoir plus sur la coordination

Le site internet du patriarcat latin a suivi au jour le jour les travaux et la visite de la coordination et donné autant de comptes rendus que possible. Tous les articles sont encore en ligne dans la rubrique ad hoc. Vous les trouverez en tapant dans le moteur de recherche (colonne de gauche) sur la page d’accueil du site www.lpj.org le mot «coordination».
Vous trouverez également le communiqué officiel de la Coordination qui clôt habituellement ce voyage d’étude. Il a pour titre cette année : « Le courage de faire la paix en Terre Sainte ».


 

Dernière mise à jour: 19/11/2023 18:44

Autour de la Bible

L’art de l’agriculture dans l’Ancien Testament

« Heureux les doux, ils hériteront la terre » (Mat 5, 4). Jésus a fait du don de la terre une béatitude. C’était bien dans sa culture biblique où la terre, ses fruits et son travail ont une part prépondérante, toujours en signe de bénédiction.

Autour de la Bible

Béthanie la maison de l’amitié

Béthanie, le village de Marthe, Marie et Lazare c’est un peu le village de la tendresse de Jésus. De nos jours, les vicissitudes politiques de ce pays l’ont écarté du sentier des pèlerinages. Raison de plus pour suivre le guide.

Eglise de Terre Sainte

La seule Église fondée par un moine

Après l’Église syriaque catholique, (La Terre Sainte Janvier Février 2010) nous poursuivons notre découverte des Églises orientales de Terre Sainte au cours d’un entretien avec Mgr Paul Nabil Sayah, archévêque de l’Église maronite de Terre Sainte et exarque à Jérusalem, en Palestine et en Jordanie.

Marie-Armelle Beaulieu

Frère Najib, franciscain de rite maronite

Les Franciscains de la Custodie de Terre Sainte comptent dans leurs rangs quelques dizaines de frères arabes. Plusieurs parmi eux sont orientaux, car ils ont été baptisés dans une Eglise orientale. Frère Najib longtemps éloigné de son rite d’origine est heureux d’avoir renoué avec la pratique de celui-ci.

Synode Moyen-Orient

Les lineamenta ou « grandes lignes » du synode

A la mi-janvier, un document intitulé « Grandes lignes du synode » a été rendu public et depuis distribué aux communautés chrétiennes locales du Moyen Orient. Le père Delalande présente les points principaux de cet outil de travail préparatoire à l’Assemblée spéciale du synode des évêques pour le Moyen Orient qui se tiendra à Rome au mois d’octobre 2010.

Dialogue interreligieux

Pourquoi dialoguer ?

Pour le père Frédéric Manns, la « religion des Droits de l’homme » aboutit à un humanisme sans horizon. Quoiqu’il en soit de ces difficultés, le dialogue entre judaïsme et le christianisme devrait aider à voir l’humanité comme un chemin.