Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Sur la route: à la rencontre des chrétiens de Jordanie

Cécile Lemoine
8 septembre 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Sur la route: à la rencontre des chrétiens de Jordanie
À la paroisse d'Irbid, dans le nord de la Jordanie ©MAB/CTS

Qui sont-ils et à quoi rêvent-ils, ces chrétiens arabes qui vivent de l’autre côté du Jourdain ? Terre Sainte Magazine a pris la route pour aller à leur rencontre. Récit d’un périple en cinq étapes à travers le nord de la Jordanie, où chaque ville est l’occasion de se pencher sur un défi de cette communauté à la réalité si différente de celle d’Israël et de la Palestine.


Amman. Tentaculaire et effervescente, la capitale de la Jordanie épouse de ses milliers d’immeubles immaculés le dénivelé des montagnes où elle est enchâssée. Première étape d’un voyage qui en comptera cinq, Amman est la parfaite entrée en matière pour se familiariser avec les problématiques de la présence chrétienne Outre-Jourdain. Environ 4 millions de personnes y vivent. C’est presque la moitié de la population jordanienne.

Pays à majorité sunnite, la Jordanie compte aussi près de 3% de chrétiens, soit entre 170 000 et 180 000 personnes. “La moitié d’entre-eux sont établis à Amman”, explique Mgr Jamal Daibes, le tout nouvel évêque de Jordanie qui a pris ses quartiers dans les locaux du Vicariat patriarcal, à Swaifyeh, à quelques encablures de la vieille ville d’Amman (voir l’interview p. 36).

Lire aussi >> Jamal Daibes: Un fils de la Terre de Palestine ordonné évêque pour la Jordanie

Deuxième poumon du Patriarcat latin de Jérusalem, cette portion du diocèse située en Jordaniecompte33 paroisses. Le Patriarcat y gère aussi 25 écoles et 35 jardins d’enfants, répartis sur tout le territoire. S’ils sont une minorité, les chrétiens sont des citoyens à part entière du Royaume Hachémite. Bien que l’islam soit la religion officielle, ils sont bien intégrés au tissu économique, social et politique.

La Jordanie compte 32 paroisses latines, contre 14 en Israël et 14 en Palestine ©Cécile Lemoine/TSM

Ainsi, 9 des 130 sièges de la Chambre des députés sont réservés aux chrétiens. Une part plus importante que leur pourcentage dans la société. Ils occupent aussi des postes à responsabilité au sein du gouvernement, de l’armée et sont influents dans le secteur financier du pays. Beaucoup habitent les riches quartiers de la capitale.

Et pourtant, Amman n’est pas représentative de toute la Jordanie. Encore moins en ce qui concerne la vie des chrétiens. Pour comprendre leur réalité, il faut sortir de cette immense zone urbaine, de ce centre, et aller dans les périphéries. S’enfoncer dans les villages. Justement, la deuxième étape nous emmène plus au sud, aux abords du désert et de la route des Rois. Dans la ville des mosaïques. Madaba.

Les premiers chrétiens en héritage

Célèbre pour sa carte en mosaïque répertoriant les lieux saints vénérés au VIe siècle à travers la Terre Sainte, la ville est le foyer de 15 000 chrétiens, tous rites confondus, pour une population totale de 85 000 habitants. Son histoire est intimement liée à celle des chrétiens des premiers siècles après Jésus-Christ. Ce sont eux qui ont édifié celle qui est nommée “Mèdaba”dans la Bible (1). Moabite puis ammonite, nabatéenne et enfin romaine, elle abrite, à l’époque byzantine, pas moins de quatorze églises, avant d’être détruite par le grand tremblement de terre de 746. Ses habitants fuient.

La ville de Madaba vue depuis le clocher de l’église latine ©MAB/CTS

“Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’elle reprenne vie à nouveau, raconte le père Firas Nasrawin, curé de la paroisse de Madaba dep uis deux ans, dans un français impeccable.  À cette époque, des tribus chrétiennes quittent la ville de Karak, plus au sud, pour échapper à la persécution des musulmans. Avec un curé italien, ils fondent la paroisse latine en 1880”.

“Le christianisme de Jordanie est l’expression de celui du premier siècle, souligne Ayman Kildany, un Madabien pur jus, ancien Secrétaire général du bureau jordanien des Écoles et de la catéchèse, puis guide touristique, désormais retraité et bénévole à la paroisse. Pendant la période byzantine, presque toute la population jordanienne était chrétienne”.[…]


Cet article est extrait du dossier dédié aux chrétiens de Jordanie. Retrouvez le en entier dans le numéro 681 de Terre Sainte Magazine (Septembre-Octobre 2022)

Sur le même sujet