Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Iqrit, le village qui ne veut pas mourir

Fanny Houvenaeghel
2 juin 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Iqrit, le village qui ne veut pas mourir
L’église d’Iqrit au sommet de la colline est le seul bâtiment resté debout. Des habitants du village viennent encore y prier, se souvenir et espérer.

La population arabe chrétienne a vécu la proclamation de l’État d’Israël, à l’instar de toute la population arabe comme un choc. En 1948, les chrétiens ont dû fuir leurs villages ou en ont été chassés. Jusqu’à aujourd’hui, même devenus israéliens, certains d’entre eux ne veulent pas oublier et demandent réparation.


« Bienvenue à Iqrit » ! Plantée à l’entrée du village situé à trois kilomètres de la frontière israélo-libanaise, l’inscription en laissera plus d’un mi-figue mi-raisin. Car exception faite de l’église prête à recevoir ses fidèles, on ne trouve plus dans ce village fantôme aucune bâtisse digne de ce nom.
Mahrof Ashkar, 83 ans, déambule au milieu des pierres qui composaient autrefois les murs de sa maison. Balayant du regard les anciens champs aujourd’hui plantés d’arbres, il pointe du doigt les quelques rares oliviers et figuiers encore debout. Sa voix, teintée de nostalgie, fait entendre une description du village : « L’école était ici, la maison de mon meilleur ami se trouvait là, et des bancs trônaient à cet endroit, c’était la place principale ».


Que s’est-il passé ? En novembre 1948, peu de temps après la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël (mai 1948), les autorités militaires se rendirent dans ce village entièrement chrétien. Les habitants d’Iqrit, comme ceux d’un autre village chrétien, Kfar Biraam, n’avaient pas opposé de résistance à l’armée israélienne. Pourtant elle leur demanda de quitter temporairement les lieux pour des raisons de sécurité, en leur promettant un retour après deux semaines.

Évacuation du village

Le village, où vivait une communauté grecque catholique de 600 personnes, fut alors totalement évacué et ses habitants transférés à Ramah, plus au sud, en Galilée.
Cependant, la promesse ne fut pas tenue et les habitants ne furent pas autorisés à rejoindre leur maison. En réaction, la communauté se rendit dès 1951 devant la Cour de Justice israélienne pour demander le droit au retour. L’institution donna raison aux demandes des villageois, et ordre fut transmis au gouvernement de le mettre en application. Toutefois, non seulement le gouvernement ne tint pas compte de la décision de la Cour, mais il ordonna aussi la destruction complète du village. Obus de chars, charges explosives… en un éclair, toutes les propriétés furent rasées. Toutes, à l’exception de l’église et du cimetière du village.
Depuis, les villageois se démènent pour faire valoir leur droit, et essaient tant bien que mal de faire vivre le village. Depuis 1972, ils sont de nouveau autorisés à enterrer leurs morts dans le cimetière. Tous les premiers samedis du mois, la messe est célébrée à l’église Sainte Marie et rassemble une centaine de croyants.

La sortie du dimanche

Le dimanche, on croise parfois des familles qui viennent pique-niquer et occuper l’ancienne place du village. Et chaque année, un camp d’été d’une semaine est organisé au milieu des ruines, rassemblant les petits-enfants des villageois d’Iqrit.
« Entretenir la mémoire collective est capital et nous devons la transmettre à nos enfants pour qu’ils continuent la lutte », explique Faraj Khoury, le fils du prêtre du village.
En novembre 2008, les habitants ont construit une route afin de faciliter l’accès à l’église. Son existence ne fut toutefois pas bien longue, car deux semaines plus tard un ordre de démolition fut émis et les autorités israéliennes la détruisirent. Persévérants, les villageois ne perdirent pas de temps et se remirent à la tâche. Deux jours après, la route était de nouveau en service. Mais dès janvier 2009, un second ordre de démolition fut émis. La communauté d’Iqrit adressa alors de nombreuses pétitions à divers avocats, autorités et personnalités chrétiennes (notamment des représentants du Vatican) pour empêcher l’application de l’ordre. Suite à de nombreuses négociations entre les habitants et la municipalité, la route ne fut pas détruite mais la situation est sous statu quo.
À la Knesset, le parlement israélien, les discussions continuent. Mais, le prétexte d’une situation politique et sécuritaire instable ne permet pas de satisfaire le désir des villageois.
« La persévérance franchit tous les obstacles », écrivait Sénèque dans De la colère au Ier siècle après Jésus Christ. Couplée à l’espérance, elle habite pleinement le cœur des habitants d’Iqrit. ♦

Dernière mise à jour: 02/01/2024 14:29

Marie-Armelle Beaulieu

Faire et défaire

Visite au Néguev
Texte: Pietro Kaswalder ofm Photo: Rosario Pierri ofm Studium Biblicum Franciscanum

Visite au Néguev

Dans notre imaginaire, le désert est un espace vide. Dans nos souvenirs de pèlerins, le ‘désert est chaud et beau. Les professeurs de l’école d’archéologie franciscaine, le Studium Biblicum Franciscanum, nous proposent de repartir au désert sur les traces des civilisations qui y ont vécu.

D’un alphabet à l’autre
Benjamin Huguet

D’un alphabet à l’autre

Depuis 1997, une équipe d’archéologues passe au peigne fin la totalité des inscriptions antiques «d’Alexandre à Mahomet», (300 av.J-C. 640 apr. J.-C.) gravées sur le territoire de l’actuel Israël. Un travail inédit par son ampleur et en ce qu’il inventorie également les inscriptions en langues autochtones, habituellement délaissées dans ce genre de corpus.

Petit Kotel gros souci
Terresainte.net

Petit Kotel gros souci

La mairie de Jérusalem a aménagé l’endroit, la police protège les juifs qui se rendent dans ce recoin du quartier musulman, mais le Tribunal de Jérusalem interdit dorénavant qu’on y sonne le Shofar. Le petit Kotel peut accueillir la prière mais certaines provocations doivent cesser.

Les déplacés internes ne baissent pas les bras
Fanny Houvenaeghel

Les déplacés internes ne baissent pas les bras

300 000 arabes israéliens sont des «réfugiés internes», des personnes déplacées (et leurs descendants) dont les villages ont été détruits ou qui ne sont pas autorisées à revenir dans leurs maisons. On les appelle en anglais des ‘present absentees’, des absents présents. 64 ans après, ils espèrent encore recouvrer leurs droits au retour sur la terre de leurs ancêtres aujourd’hui en Israël

Archiprêtre Alexandre Winogradsky Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem

La sainteté de nos mots

Si le Verbe s’est fait chair, combien la chair doit-elle veiller au Verbe, à la Parole, à ses paroles, à chacun de ses mots. Jérusalem résonne de toutes les langues du monde mais mesurent-elles le choix qui leur est offert de participer au Salut.

Frère Sergio : le franciscain, les diplomates, et le Bon Dieu
Myriam Ambroselli

Frère Sergio : le franciscain, les diplomates, et le Bon Dieu

La Custodie, avec le patriarcat latin, est très investie dans le champ de la pastorale auprès des communautés locales. Son internationalité a depuis toujours permis aux frères franciscains de se tourner vers la communauté des expatriés installés ici. Rencontre avec le frère Sergio, l’aumônier des diplomates hispanophones.

La Terre Sainte en fauteuil
Marie-Armelle Beaulieu

La Terre Sainte en fauteuil

Avec trois millions de touristes et pèlerins par an, la Vieille Ville de Jérusalem est blasée de pèlerinages. Jusqu’à ce que… Jusqu’à ce que vingt et un pèlerins en fauteuils roulants et près du double d’accompagnateurs viennent secouer sa torpeur et interroger sa foi.