Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Un soldat Romain en poste à Massada ne gagnait rien !

Christophe Lafontaine
15 février 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Un soldat Romain en poste à Massada ne gagnait rien !
Après la première guerre judéo-romaine, le siège de la forteresse de Massada par les troupes de l'Empire romain a conduit au suicide de masse des rebelles juifs, qui préféraient la mort à la reddition © Edi Israel/Flash90.

Une fiche de paie en papyrus d’il y a 1 900 ans, retrouvée à Massada, montre qu’un certain Gaius Messius participant à la 1ère guerre judéo-romaine, a touché un salaire net ne lui laissant rien pour son usage personnel.


Assurément être soldat dans l’armée romaine au Ier siècle après J.-C. ne rendait pas riche ! Une feuille de paie faite à partir d’une feuille de papyrus en témoigne. C’est ce qu’a rapporté le site d’information américain Task & Purpose, le 8 février dernier et relayé depuis par la presse en général. Sachant qu’une archéologue de Liverpool au Royaume-Uni, Joanne Ball, avait publié un tweet à ce sujet pour la première fois en mars 2019.

Le document a été retrouvé par des archéologues britanniques là où les Romains ont pu installer leur camp pendant le siège de Massada, à l’extérieur de la citadelle dans le désert de Judée, lors de la 1ère guerre judéo-romaine qui s’est déroulée entre 66 ap. J.-C. et 73 ap. J.-C. Pendant la révolte des juifs contre Rome, les rebelles juifs s’étaient retranchés à Massada. Presque quatre ans après la chute de Jérusalem en 70, l’armée romaine avait assiégé les derniers irréductibles. Massada tomba au printemps 73.

Selon une traduction disponible dans la base de données des inscriptions militaires et des papyrus de la Palestine au début de l’ère romaine, cette fiche de paie appartenait à Gaius Messius, un soldat auxiliaire romain qui a probablement servi à Massada entre 72 et 75 ap. J.-C.

Le document, d’après la base de données, a été émis après la conquête de Massada, il est donc supposé qu’il s’agirait d’un paiement pour sa participation au combat.

Selon la traduction du bordereau, on y lit : « Le quatrième consulat de l’Imperator Vespasianus Augustus. Comptes, salaire. Gaius Messius, fils de Gaius, de la tribu Fabia, de Beyrouth ». Puis, le document est rédigé de la manière suivante : « j’ai reçu mon allocation de 50 deniers, sur laquelle j’ai payé l’argent de l’orge, 16 deniers ; … dépenses alimentaires, 20 deniers ; bottes, 5 deniers ; sangles de cuir, 2 deniers ; tunique en lin, 7 deniers ». Le denier était la monnaie romaine. Il s’agissait d’une pièce d’argent, de 3 à 4 grammes selon les époques.

Des deniers durement gagnés qui retournent à l’armée !

En faisant un compte rapide du reçu, on constate que Gaius Messius s’est retrouvé sans le sou, immédiatement après avoir été payé puisque l’armée a récupéré ses 50 deniers sur les « dépenses obligatoires » que devait le pauvre soldat romain, note la base de données précitée, pour payer la nourriture, l’équipement, les vêtements, etc.

Bilan des courses, les dépenses citées étaient toutes inévitables et n’ont été en aucun cas liées à des jeux ou à des fêtes. En somme, un légionnaire comme Gaius, ne pouvait guère espérer faire un quelconque profit hormis l’hypothétique perspective d’un butin général !

Il est intéressant de noter qu’une partie des dépenses de Gaius concernait le fourrage (l’orge) c’est-à-dire la nourriture pour le bétail. Les experts pensent ainsi que Gaius Messius était un cavalier légionnaire et qu’il devait nourrir sa monture. Mais le bulletin de paie ne précise pas à quelle unité militaire il appartenait, ni n’informe sur son rang. Cependant, dans son tweet en 2019, l’archéologue Joanne Ball, le cite comme appartenant à la Legio X Fretensis. Légion romaine connue pour avoir participé, sous les ordres de Titus, au siège de Jérusalem et au siège de Massada où les catapultes assurèrent la victoire des Romains. La légion a été chargée ensuite de maintenir la paix en Judée.

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici