Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Ayman: « Si nos prêtres deviennent des exemples, les gens les suivront »

Cécile Lemoine
26 août 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Ayman: « Si nos prêtres deviennent des exemples, les gens les suivront »
Ayman Kildany dans l'église latine de Madaba, en Jordanie ©Cécile Lemoine/TSM

Ancien professeur de catéchisme et guide touristique à Madaba en Jordanie, où il est né et a grandi, Ayman, 60 ans, estime qu’il faut réformer le séminaire, où sont “fabriqués” les prêtres.


Comment décririez-vous votre relation à l’Eglise ?

Je suis né dans cette paroisse et je me souviens que tout petit déjà, j’allais à la messe avec ma mère et ma grand-mère tous les dimanches. Cette habitude s’est imprimée dans mon âme : je ne peux pas manquer la messe dominicale. Cette foi, grâce à Dieu, ne dépend pas d’un prêtre. Elle est attachée à un roc. Elle ne bouge pas. J’ai pu la transmettre à mes enfants.

J’ai aussi longtemps travaillé comme enseignant de catéchèse pour les jeunes, matière que j’ai étudiée à Rome, et comme secrétaire général de l’office des écoles et de la catéchèse. J’ai travaillé comme guide touristique. Je voulais témoigner comme chrétien catholique auprès des groupes. Je voulais montrer qu’on ne pouvait pas séparer la Palestine de la Jordanie. Il y a beaucoup d’histoires qui relient les deux : de Moïse à Jésus-Christ. Je leur expliquait que ces églises sont encore vivantes, même 2 000 ans après et même si nous sommes peu nombreux. Aujourd’hui je suis volontaire, j’aide nos prêtres et la vie paroissiale.

Quels sont, pour vous, les problèmes majeurs auxquels doit faire face l’Eglise aujourd’hui ?

Il y a plusieurs niveaux de problèmes. Il y a un fossé entre les prêtres et les laïcs. Certains prêtres se veulent proches des gens. D’autres… Alors, certes, nous sommes tous humains, avec nos faiblesses. Mais si quelqu’un choisit la voie du sacerdoce, il doit accepter ce grand sacrifice, comme Jésus qui s’est sacrifié lui-même pour les autres. Parfois, les prêtres ne prennent pas en considération nos demandes. A la fin, c’est toujours eux qui ont le dernier mot et prennent les décisions. Je peux dire, de mon expérience, que peu sont des experts dans le champ du catéchisme.

Quand j’ai quitté la direction de la catéchèse, en 2010, tout s’est écroulé. On avait organisé des concours entre écoles, des pièces de théâtres, des rassemblements de jeunes, des chorales… Personne n’a pris le relai. Quand les gens partent, il n’y a pas de continuité. Personne ne m’a jamais demandé conseil ou mon avis. Alors que le catéchisme est super important, il faut lui donner de l’attention, une vision. La patriarche Mgr Michel Sabbah en avait une, de vision. C’est lui qui nous a envoyé à Rome. Il ne voulait pas qu’on revienne comme des professeurs, mais comme des penseurs. Je le respecte beaucoup. Parfois, nos dirigeants religieux ne veulent juste pas écouter. C’est partout pareil. Ça a toujours été comme ça. 

En tant que Jordanien, vous sentez-vous représenté par le Patriarche Latin, qui vit à Jérusalem ?

Je pense que oui. Les problèmes que rencontrent nos frères de Palestine sont sans aucun doute différents des nôtres. Sans doute pire. Peu importe qui est le patriarche, il doit être comme un père avec ses deux enfants. L’un a une croix plus pesante que l’autre.

Alors je comprends qu’il donne plus d’attention à celui des deux frères qui a la croix la plus lourde. Mgr Pizzaballa vient souvent en Jordanie depuis sa nomination, pour mettre de l’ordre. C’est un homme sage, qui ne réagit pas sur le coup. Il regarde, étudie, filtre et ne prend des décisions que depuis 1 ou 2 ans. J’espère qu’il parviendra à changer la situation. Il devrait se focaliser sur le séminaire. C’est là que sont fabriqués, si on peut parler comme ça, nos prêtres. Pourquoi ne pas y faire entrer des religieux ? Cela apporterait une grande richesse spirituelle. À Anjara, les prêtres du Verbe Incarné sont aussi religieux.

De quoi rêvez-vous pour l’Eglise ?

 Je voudrais que nos prêtres deviennent des exemples. S’ils deviennent simples, comme Jésus, lui qui sait parler avec les pauvres, les malades, les enfants, les savants, alors les gens les verront comme des modèles, et les suivront au service de Jésus. Quand j’étais petit, il y avait ce prêtre, père Thomas, issu de la congrégation contemplative de Don Dossetti, au monastère de Mahi. Les gens venaient d’Irbid à Aqaba pour le rencontrer. Il parlait lentement en arabe. Sa messe durait une heure et demie, mais les gens restaient attentifs. Ici, si la messe dure plus d’une heure, les gens s’impatientent. On allait au monastère pour demander une prière. Ce prêtre n’avait pas internet, pas de téléphone. C’est le Saint-Esprit qui a diffusé sa réputation. Mon rêve, c’est qu’on ait plus d’un père Thomas.

Sur le même sujet