Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Artisanat: des céramiques et des hommes

Hélène Morlet
30 septembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Artisanat: des céramiques et des hommes
Après le dessin, la colorisation avant la cuisson ©Nadim Asfour

On ne peut pas ne pas passer à côté de ces céramiques, arméniennes ou pas. Issues d’une production industrielle à Hébron, peintes à la main avec amour par des Arméniens, ou bien fruit du travail des commerçants, c’est ainsi qu’une tasse peut coûter de 20 à 100 shekels.


Dans le quartier arménien ou chrétien, les ateliers de céramique arménienne ne manquent pas. Ils sont plusieurs à s’être lancés dans les années 1980, comme Georges Sandrouni ou Hagop Antreassian.

Hagop Antreassian ©Nadim Asfour

La boutique d’Hagop se situe en face de la Porte de Sion, à l’intérieur de la vieille ville. Tasses, plats, vases et autres objets peints à la main sont exposés sur les étagères tandis qu’à son bureau, il peint un oiseau sur une assiette. Au premier étage, les biscuits, cuits sans émaillage, s’empilent à côté du four.

“Je dessine d’abord les motifs sur du papier calque, avant de percer de petits trous le long des traits. Je peux ainsi utiliser ce dessin plusieurs fois : en saupoudrant un mélange de charbon et de sable, le motif se dessine sur l’assiette. Il faut ensuite passer dessus avec de la peinture noire, puis colorier. On trempe dans l’émail, puis on cuit à 1 000 ou 2 000 degrés.” Hagop a commencé en 1980. Il travaille seul, aidé parfois d’une de ses filles.

“Mon père était prêtre à la cathédrale Saint-Jacques. Quand je l’aidais, je voyais beaucoup de manuscrits, de broderies ou de peintures aux motifs arméniens. C’est pour leur donner vie que je me suis lancé dans la poterie, en autodidacte.” Hagop peut parler des heures de ces motifs.

Oiseaux du paradis

“Pour les Arméniens, le Paradis était en Arménie. Certains oiseaux que nous reproduisons n’existent nulle part ailleurs, ils n’ont pas de nom car ce sont les oiseaux du Paradis, et c’est une fois qu’il en a été chassé que l’Homme a eu besoin de nommer les choses. Le lien entre tous les Arméniens chrétiens du monde est l’huile avec laquelle ils ont été baptisés, consacrée une fois tous les sept ans au Saint-Siège d’Etchmiadzin, en Arménie. Elle est faite à partir de 40 espèces de fleurs différentes, et c’est pour ça que les fleurs ont tant d’importance dans notre art.”

Les clients de la boutique sont plutôt des juifs ou des touristes étrangers, mais la situation politique tendue ne lui est pas favorable. Ce sont les œuvres qu’il peint sur des carreaux de céramique pour des sites touristiques, des maisons, des hôtels ou des églises, souvent à l’étranger, qui lui permettent de dégager un bénéfice.

Lire aussi >> Fermé en 1995, le musée arménien de Jérusalem a rouvert

Rendez- vous chez Eli Georges Kouz, commerçant de la vieille ville de Jérusalem, dont la boutique est située dans la rue du quartier chrétien, à deux pas du Saint-Sépulcre. Ce syriaque orthodoxe est issu d’une famille de commerçants. “Ma famille est originaire de Turquie, où mes ancêtres étaient potiers. Puis ils sont venus à Jérusalem et se sont spécialisés dans les chaussures et les vêtements. Mon frère et moi vendons des céramiques dans cette boutique depuis les années 1960”.

Fonctionnalité

Il est l’un des rares de la vieille ville à afficher les prix. Ses principaux clients sont les touristes et pèlerins, mais aussi beaucoup d’Israéliens et d’étrangers vivant ici pour quelques années. “Je sais ce qui plaît aux clients : les touristes veulent rapporter un souvenir donc ils achètent des poteries où il est écrit “Jérusalem” avec des représentations de la vieille ville. Les pèlerins veulent tous leur plat avec la mosaïque de Tabgha représentant les pains et les deux poissons que Jésus multiplia. Les étrangers vivant ici préfèrent les motifs à fleurs et les juifs aiment particulièrement les objets sur lesquels sont dessinés les sept espèces d’Israël (Dt 8, 8).”

Eli Georges Kouz ©Nadim Asfour

Dans sa boutique, Eli propose plusieurs types de céramiques. Certaines proviennent d’Hébron “la qualité est moins bonne, parfois ils collent des autocollants, parfois ils impriment des dessins”, mais d’autres sont faites par ses soins. “Ce ne sont pas des céramiques arméniennes. Eux mettent l’accent sur la beauté, et moi sur la fonctionnalité.” Pour prouver ses dires, Eli prend un bol d’une étagère, qu’il jette sur la table. Puis, avec une raclette, il raye le fond du bol pour tester la solidité de la peinture, sous le regard interloqué des clients.

Lire aussi >> L’artisanat d’Hébron honoré par un premier prix

Aucun dégât, le bol n’a rien. “Et il passe au micro-ondes et au lave-vaisselle !” ajoute-t-il encore. “Je travaille avec une famille chrétienne de Beit Sahour, et une usine de la région de Jérusalem. Je dessine certains motifs, en m’inspirant d’anciens ornements, mais je me concentre surtout sur ce qui plaît aux clients”.

Oeuvre d’art

Georges Sandrouni est souvent dans sa boutique près de la Porte Neuve. Au milieu de la salle sa femme Dorin peint les céramiques qui seront ensuite expédiées à l’étranger ou exposées dans la vitrine. Si Georges a commencé à faire de la poterie en 1983, il travaille avec sa femme, diplômée en Arts à l’université, depuis une vingtaine d’années. “J’achète les biscuits pour nos céramiques aux Hébronites, car ce serait moins rentable de les faire moi-même”, explique-t-il. “Leur production de masse nous fait une concurrence sévère, mais en même temps, nous travaillons ensemble”.

Georges Sandrouni ©Nadim Asfour

Le couple s’est inspiré de dessins traditionnels arméniens et persans pour créer ses motifs, qui sont arméniens, chrétiens ou les deux. “Aux débuts de la céramique arménienne, c’était très fonctionnel”, souligne Georges. “Les prix étaient plus abordables et les gens achetaient ce dont ils avaient besoin. C’est devenu avec le temps quelque chose de beaucoup plus artistique : quand les gens achètent un vase arménien aujourd’hui, ils n’osent pas toujours s’en servir car ils le voient comme une œuvre d’art. Et s’ils achètent une assiette c’est pour l’ajouter à leur collection !”

Le couple fait travailler quatre femmes qui colorient les œuvres une fois dessinées. Elles sont musulmanes, arménienne et juive-chrétienne. Et Georges de conclure : “Aujourd’hui à Jérusalem, le meilleur moyen de bien s’entendre entre personnes de différentes origines et confessions, c’est de travailler ensemble !”

Dernière mise à jour: 21/01/2024 19:58

Venez et voyez: Jérusalem à l’échelle du temps (suite)
Claire Burkel

Venez et voyez: Jérusalem à l’échelle du temps (suite)

La maquette présentée à Saint Pierre en Gallicante est une Jérusalem que n’ont connue ni Jésus, ni les premiers chrétiens, mais les byzantins. Elle permet de mieux appréhender le terrain où tous ces acteurs ont évolué, et d’approfondir ses connaissances de la géographie des principaux épisodes évangéliques.

Marie-Armelle Beaulieu

Terre des hommes

Restauration des mosaïques de la Nativité
Rédaction

Restauration des mosaïques de la Nativité

La restauration des mosaïques de la basilique de la Nativité permet de mettre en valeur leur symbolique

Israël Finkelstein: l’archéologue qui relit la Bible
Mélinée Le Priol

Israël Finkelstein: l’archéologue qui relit la Bible

Si l’on en croit Israël Finkelstein, certains évènements bibliques sont loin de s’être déroulés tels que la Bible les raconte. Pour autant, ce récit n’est bien sûr pas entièrement fabulaire… Rencontre avec le plus médiatique des archéologues israéliens.

Michael Langlois ou l’épigraphie dépoussiérée
Marie-Armelle Beaulieu

Michael Langlois ou l’épigraphie dépoussiérée

À lui seul il est la preuve vivante qu’on peut être jeune, historien, bibliste, épigraphiste, décontracté pour ne pas dire carrément cool et enraciné dans le Christ. Rencontre surprenante avec Michaël Langlois.

L’arc de l’Ecce Homo n’est plus ce qu’il était
Marie-Armelle Beaulieu

L’arc de l’Ecce Homo n’est plus ce qu’il était

C'est l‘histoire d’un religieux dominicain qui vient remettre en cause ce que l’on croyait être une vérité historique. L’arc de l’Ecce Homo change de statut et avec lui l‘histoire de tout un quartier de la ville. Fascinant.

Des Israéliens dans les monastères
Claire Bastier

Des Israéliens dans les monastères

Les monastères chrétiens de Terre Sainte sont situés pour la plupart d’entre eux en Israël. Cinquante ans après la déclaration Nostra aetate du Concile Vatican II “sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes”, des liens de voisinage, et même d’amitié, sont nés entre les communautés religieuses implantées ici et les juifs israéliens.

La religion dans les écoles Terra Sancta, une matière pour la vie
Hélène Morlet

La religion dans les écoles Terra Sancta, une matière pour la vie

Dans le programme scolaire palestinien, le cours d’instruction religieuse est une matière au même titre que les maths ou la langue arabe. Les écoles de la Custodie ont voulu aller plus loin.