Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La basilique du martyr glorieux

Roberto Copello
24 octobre 2019
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
La basilique du martyr glorieux
Vue aérienne des vestiges de la basilique byzantine découverte près de Bet Shemesh, en Israël. ©IAA

Découverte exceptionnelle d'archéologues israéliens à l'ouest de Jérusalem : une basilique byzantine du VIème siècle, dédiée à un "martyr glorieux" pour l'instant inconnu.


Les archéologues de l’Autorité Israélienne des Antiquités ont mis au jour une basilique byzantine à trois nefs, construite au VIème siècle sous l’empereur Justinien (527-565 ap. J.-C.), décorée de splendides mosaïques et de vitraux. Parmi les vestiges, a été retrouvée une inscription qui consacre l’église à un « glorieux », ou « merveilleux », martyr non identifié. La basilique a été découverte lors de fouilles visant à construire un nouveau quartier dans la ville de Bet Shemesh, à 30 km à l’ouest de Jérusalem. Le résultat des fouilles d’une durée de trois ans a été annoncé le 23 octobre. L’église s’étendait sur environ 1500 m², avec une nef centrale, deux bas-côtés, deux chapelles et une crypte. Elle était ornée de mosaïques élaborées représentant de la végétation, des oiseaux et des motifs géométriques. En plus des fresques murales colorées, il devait y avoir de hauts piliers couronnés d’imposants chapiteaux.

A l’entrée, une inscription grecque dédiée au martyr a été découverte, dont les reliques ont probablement été conservées dans la crypte. « Très peu d’autres églises en Israël ont été mises au jour avec une crypte absolument intacte », a expliqué Benjamin Storchan, directeur des fouilles au nom de l’Autorité des antiquités. « La crypte – a ajouté l’archéologue – était accessible par des escaliers parallèles, ce qui a permis à un grand nombre de pèlerins d’affluer. L’opulence exceptionnelle de la structure et de ses inscriptions indique que le martyr vénéré ici devait être une figure importante ».

Construite autour de 543 après J.-C., sous le règne de Justinien, l’église fut ensuite agrandie avec une chapelle érigée grâce aux dons de l’empereur Tibère II Constantin (574-582 ap. J.-C.), comme l’atteste une autre inscription grecque découverte à côté de la mosaïque d’un aigle impérial aux ailes déployées. « De nombreuses sources écrites documentent le financement impérial des bâtiments ecclésiastiques en Israël, mais cette inscription est l’une des rares confirmations archéologiques », souligne Storchan.

Les archéologues ont également découvert des fonts baptismaux en forme de trèfle à quatre feuilles, un format rare sur les sites byzantins de Terre Sainte mais très répandu dans tout l’empire, jusqu’en Afrique du Nord. Un millier d’objets ont été mis au jour lors des fouilles. Parmi eux se trouve l’assortiment le plus complet de vitraux et de lampes byzantines, jamais découvert sur aucun site en Israël, ainsi que 300 lampes en argile de la période abbasside qui ont refait surface de manière intacte. La plupart de ces objets sont maintenant présentés dans une exposition – inaugurée le 23 octobre 2019 – que le Musée des Terres de la Bible à Jérusalem consacre à la découverte exceptionnelle de la basilique du « glorieux martyr ».

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici