Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Caritas Baby Hospital, un adieu douloureux et plein de reconnaissance

Sœur Lucie Corradin
19 novembre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Caritas Baby Hospital, un adieu douloureux et plein de reconnaissance
Sœur Lucie, Sœur Erika et Sœur Gemmalisa, les sœurs élisabéthaines qui se préparent à quitter le Caritas Baby Hospital de Bethléem.

Les religieuses élisabéthaines qui ont été au Caritas Baby Hospital depuis des décennies, sont sur le point de quitter Bethléem pour de bon. Leurs sentiments à quelques semaines du départ.


Au Caritas Baby Hospital de Bethléem – l’hôpital pédiatrique cher à de nombreux pèlerins en Terre Sainte – l’expérience des religieuses franciscaines tertiaires élisabéthaines, qui a duré près d’un demi-siècle, prendra fin en janvier 2021. Les trois religieuses actuellement présentes à l’hôpital retourneront à Padoue (Italie), où se trouve la maison mère de l’Institut fondé en 1828 par Elisabetta Vendramini, et seront ensuite envoyées ailleurs.

L’une d’entre elles, Sœur Lucie, écrit depuis longtemps une chronique dans le magazine italien Terrasanta et dans le numéro de novembre-décembre, elle exprime les sentiments des trois sœurs à quelques semaines de leur départ. Nous publions le texte ici, en l’accompagnant de nos remerciements et de nos meilleurs vœux à Sœur Lucie, Sœur Gemmalisa et Sœur Erika.

***

« Les premières religieuses franciscaines élisabéthaines sont arrivées au Caritas Baby Hospital de Bethléem, il y a 45 ans, et maintenant, au nom de l’obéissance, nous sommes appelées à quitter à la fois l’hôpital et la Terre Sainte. Au cours de ces années, de nombreuses sœurs se sont succédé dans ce service unique, chacune offrant ce patrimoine d’humanité, de compétence, de spiritualité qu’elle portait en elle, comme une brique indispensable à la vitalité de l’œuvre. Beaucoup de choses ont changé au fil des ans, l’hôpital lui-même a été entièrement rénové et agrandi, mais surtout qualifié.

Si l’aspect structurel est ce qui retient immédiatement l’attention, la formation et la qualification du personnel à tous les niveaux qu’un œil compétent peut saisir et apprécier, n’ont pas été moins importantes au fil des ans. Je suis arrivé il y a 18 ans et je vais essayer de résumer les traits saillants de cette expérience. Tout d’abord, je ressens un sentiment de profonde gratitude d’avoir été à Bethléem et d’avoir eu la grâce spéciale de servir les petits et sans défense ainsi que les enfants malades et les mères, ici même où Dieu s’est fait enfant sans défense, ayant besoin de soins et d’affection. C’était, et cela restera un cadeau unique.

Durant toutes ces années, j’ai vécu avec plusieurs sœurs de différentes origines et la vie fraternelle m’a appris à accueillir chacune d’entre elles de manière inconditionnelle avec ses joies et ses peines, avec ses succès et ses failles. On apprend à aimer, à pardonner, à recommencer chaque jour et à faire confiance au Seigneur. Le service à l’hôpital m’a permis de faire une expérience continue et toujours unique de la maternité, en expérimentant comment le Fils de Dieu se fait un avec l’humanité en vivant dans sa chair chaque passion, chaque croix, chaque mort et en élevant à la vraie vie chaque mort, chaque deuil, chaque détachement.

Des souvenirs indélébiles. En travaillant avec le personnel, j’ai été surprise par le sens de l’hospitalité, de la bienveillance, de l’entraide, de la capacité à être résistante et accueillante face aux événements de la vie… Cet Al- hamdu lillah  (« Louons Dieu ») répété sans cesse m’amène à être reconnaissante pour tout ce que je suis et ce que j’ai, parce que donné.

Mais il existe un autre réseau de connaissances et de contacts qui sont le signe de la Providence : les groupes de pèlerins qui ont connu et visité notre hôpital. Leur provenance esquisse une carte qui dessine l’ensemble de l’Italie.  Des moments difficiles, intenses, stimulants, ceux passés avec beaucoup d’entre eux à offrir leur témoignage dans cette réalité hospitalière et dans ce contexte social. J’ai eu la grâce de rencontrer des bénévoles qui ont apporté compétence, professionnalisme et amitié à notre personnel, ainsi que des religieux et des religieuses avec lesquels j’ai tissé de belles et profondes relations d’amitié. Je ne peux pas oublier la variété et la complexité du monde religieux, avec ses différentes croyances et ses  rites divers, le monde politique problématique et le conflit sans fin entre Palestiniens et Israéliens : une réalité complexe et en même temps stimulante à comprendre et à vivre dans son caractère temporaire.

Je me sens privilégiée pour cette richesse. Et partout où l’obéissance me conduira, je continuerai à chanter ce refrain qui dit : « Je ne pourrai pas faire taire, ô mon Seigneur, les bienfaits de Ton Amour. »

Je ne peux pas cacher notre souffrance et notre tristesse de quitter le pays saint, mais nous avons la certitude que ce qui a été semé portera ses fruits.

À tous les amis et ils sont nombreux, que nous avons rencontrés et connus, un grand merci : vos histoires sont scellées dans nos vies et nous vous emmènerons toujours avec nous. »