Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Gezer et Ascalon, le grenier d’Israël

texte : Pietro Kaswalder _ Photos Rosario Pierri
30 mai 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Les excursions du Studium Biblicum Franciscanum nous emmènent sur des sentiers délaissés des pèlerinages. Ils ne sont pas immédiatement liés à la vie de Jésus mais nous révèlent le riche passé de la Terre Sainte. En route vers Gezer et Ascalon, le grenier d’Israël.


Depuis la zone collinaire de la Shéphélah, on descend rapidement vers la plaine des Philistins. La colline de Gezer domine le paysage environnant du haut de ses 225 m d’altitude. Le calendrier de Gezer, qui remonte au Xe siècle av. J.-C., divise l’année selon les 12 lunes qui rythment les saisons et les travaux des champs : Deux mois de récolte d’olives – deux mois de plantation de céréales – deux mois de plantation tardive des légumes… un mois de récolte de l’orge… un mois de moisson du froment et de mesure (du blé)… deux mois de récolte du raisin.
La plaine, riche principalement de cultures de blé, maïs, agrumes, raisin, fleurs et légumes, s’étend jusqu’à la périphérie d’Ascalon, le grand port sur l’ancienne Via Maris. Sur un relief de Karnak, Mérenptah se déclare “le conquérant d’Ascalon”. Cette ville a toujours été un obstacle difficile à franchir, que ce soit pour les pharaons ou pour les conquérants assyriens et babyloniens : Mitinti d’Ascalon, qui avait violé la promesse qu’il m’avait faite et qui s’était rebellé, devint mort de peur lorsqu’il apprit la défaite que j’avais imposée à Razin de Damas, d’après les Annales de Téglath-Phalasar III (734 av. J.-C.).
Hérodote raconte que Psammétique Ier (663-609 av. J.-C.) occupa Ascalon pendant 29 ans. La ville regorgeait alors de blé, d’huile et de vin qu’elle vendait dans tout le bassin méditerranéen. Elle abritait également de nombreux et somptueux palais ainsi que des temples dédiés à Aphrodite Céleste, Atargatis, Dagon et Apollon. Selon Flavius Josèphe, Hérode, le Grand, ami et bienfaiteur d’Ascalon, y aurait fait construire des bains, des fontaines, des portiques et des colonnades.
Les Croisés y construisirent les fortifications qu’il est encore possible d’admirer ainsi que le port sur la mer.

Gezer, une ville donnée en guise de dot

Le site de Tel Gezer, qui signifie “carotte”, se trouve à 8 km de Ramla et à environ 6 km de Latroun. On peut l’apercevoir depuis la route principale qui relie Tel Aviv à Jérusalem. La colline de Gezer, en arabe Tell Abu Susheh, est occupée depuis la période chalcolithique ; elle existe donc depuis 6 000 ans.
Gezer était l’une des principales villes de Canaan avant l’apparition d’Israël. Elle est mentionnée à plusieurs reprises dans les listes de Thoutmôsis III et dans les 14 lettres d’el-Amarna, écrites par trois princes différents. Elle apparaît également sur la stèle du pharaon Mérenptah, à côté de la première occurrence du terme “Israël”. Selon 1R 9, 15-18, la ville de Gezer fut offerte en dot à la fille du pharaon, lorsqu’elle épousa le roi Salomon. Cet indice semble indiquer que Gezer ne fut pas conquise par Josué ou David, mais qu’elle fit partie du royaume de Juda au Xe siècle av. J.-C.. Le texte ajoute que Salomon fortifia Gezer ainsi que les villes de Hazor, Megiddo, Bet Horon et Tamar dans le désert.
La ville fut détruite par les Assyriens en 734 av. J.-C. mais connut une période de prospérité à l’époque grecque (IIe siècle av. J.-C.) lorsque les Maccabées en firent le bouclier de la nouvelle hyparchie de Judée (1M 13, 53-54).

Les fouilles réalisées à Gezer ont été parmi les premières effectuées sur le sol d’Israël entre 1902 et 1909. Mais le besoin de réinterpréter les premiers résultats a nécessité de nouvelles campagnes de fouilles dirigées par W.-G. Dever dans les années 1964-1972. Nous mentionnons ci-après point par point les résultats de ces recherches. La colline était habitée dès le Chalcolithique mais acquit le statut de ville à l’âge du Bronze ancien II. Lors du Bronze moyen (1900-1600 av. J.-C.), la ville se dota d’enceintes de défense imposantes, d’une acropole et d’une grande porte à tenailles. À cette époque, le sanctuaire était plus que monumental : une série de 10 massebot (stèles religieuses des Cananéens) pouvant s’élever jusqu’à 3 m de hauteur constituent encore de nos jours les exemples les plus saisissants de la religion cananéenne prébiblique. À l’âge du Bronze tardif, la ville fut détruite par Mérenptah (1210 av. J.-C.) et remplacée par la ville israélite au Xe siècle ap.-J.-C. La porte à tenailles fut reconstruite, tout comme les enceintes de défense et l’acropole. Selon 1R 9, 15 Salomon dota la ville d’une cavalerie. Elle fut détruite une première fois par les Assyriens puis par les Babyloniens au VIe siècle.
À l’époque hellénistique, elle fut au cœur des disputes entre Séleucides et Hasmonéens pour le contrôle de la plaine. Les tombes, les pièces de monnaies et les inscriptions révèlent que la colline de Gezer fut continuellement habitée mais n’a plus jamais retrouvé l’importance des siècles précédents. Elle est passée du statut de ville noble au rang de simple village d’agriculteurs.

Ascalon, la ville verte

Le Parc Archéologique d’Ascalon se présente davantage comme un immense jardin pour les familles et groupes en vacances que comme un site archéologique. Et pourtant, les fouilles et les découvertes faites à Ascalon (Tell el-Khadra) sont nombreuses. À seulement 18 km de la Bande de Gaza, le site archéologique d’Ascalon reçoit les visiteurs dans le vert des sycomores, des caroubiers et des pins maritimes. La richesse agricole d’Ascalon nous est révélée par le nom d’une jarre spécialement fabriquée pour le transport du vin, l’ascalonion. Également dans le nom de la basilique byzantine dédiée à Sainte-Marie la Verte (al-Khadra), comme nous l’indiquent les sources patristiques.
L’histoire des fouilles d’Ascalon s’entrecroise avec les recherches archéologiques effectuées en Palestine. Au cours des années 1920-1921, l’anglais John Garstang définissait, au fur et à mesure qu’il creusait dans le sol d’Ascalon, les bases de l’archéologie biblique en créant le Département des Antiquités et établissant la nouvelle chronologie à suivre pour la datation des sites. Par ailleurs, il a clairement identifié les couches indiquant le passage de la culture du Bronze tardif à la culture de l’âge du Fer I. La première tradition était marquée par la présence des Égyptiens en Canaan, la deuxième par des envahisseurs philistins. Cette découverte a permis de comprendre la naissance d’Israël à dater du XIIIe siècle av. J.-C..
En 1985, l’américain L. Stager commença une longue campagne de fouilles qui dura jusqu’en 2000. Ses travaux ont mis en évidence des éléments de la culture du Bronze tardif et moyen, des époques perse, hellénistique, romaine et enfin croisée.

De l’histoire d’Ascalon

À partir du XXe siècle av. J.-C., Ascalon est considérée par toutes les sources antiques, comme une ville grande et riche, comme un port marchand sur le Chemin d’Horus, l’ancienne Route des Philistins et enfin la Via Maris. Elle est mentionnée dans les Textes d’Exécration et dans la liste d’Aménophis III (1391-1353 av. J.-C.).
Le prince Widyia d’Ascalon a envoyé sept lettres au pharaon de la période d’el-Amarna (1370-1340 av. J.-C.). Ascalon est citée ensuite sur le relief de Karnak attribué à Mérenptah : Ascalon, la ville rebelle que sa majesté a contestée. Puis dans les stèles d’Israël avec Gezer et Ianoam : Canaan est dépourvue de sa cruauté, Ascalon est dévastée, Gezer est conquise, Ianoam n’existe plus.
À l’époque biblique, Ascalon faisait partie de la pentapole philistine avec Gaza, Ashdod, Gath et Éqron (Jos 13, 3). Son territoire n’a jamais été conquis par Juda (Jg 1, 18-19). À l’époque perse, la ville appartenait au district phénicien de Tyr.
Les enceintes de la zone nord marquent le début de la visite archéologique. Ses murailles imposantes remontent à l’époque des croisades mais cachent des vestiges beaucoup plus anciens. Les enceintes de défense datant de l’âge du Bronze moyen présentaient une largeur de 30 m pour une hauteur de 15 m. La porte insérée à l’intérieur de l’enceinte avait des dimensions impressionnantes : la voûte est de 9 m, l’ouverture de 2,5 m sur une longueur de 27 m. À l’extérieur de la porte, se trouvait la salle du culte (8 m x 12 m) au sein de laquelle était vénéré un petit taureau d’argent, long de 11 cm et haut de 10,5 cm. Cette représentation renvoie à Baal, le Dieu-taureau des Cananéens connu par de nombreux textes de l’Ancien Testament.
La structure de défense édifiée par les croisés consiste en un simple revêtement des fondations antiques et dans la reconstruction du mur et des tours. Saladin fit démanteler cette muraille en septembre 1191 par peur de l’arrivée probable de Richard Cœur de Lion qui avait rejoint Jaffa à la tête de la troisième croisade.
Le long de l’enceinte de défense, en direction de la mer, il est possible d’admirer les magnifiques colonnes de granit utilisées par les croisés pour renforcer la maçonnerie. Elles appartiennent à des édifices d’époque classique et byzantine. Les tempêtes de mer érodent progressivement ces dernières et le mur donnant sur la mer risque d’être bientôt complètement détruit.
Au centre du parc, se dresse la grande basilique civile (35 m x 110 m) dotée d’un portique sur trois côtés et de l’abside orientée au sud. La basilique civile remonte au IIe siècle ap. J.-C.,
c’est-à-dire du temps des empereurs Sévères. Lors du nettoyage des espaces, ont été découvertes des statues d’origines diverses, attestant du caractère cosmopolite et syncrétiste de la ville d’Ascalon. La déesse ailée de la Victoire Nikè et les géants d’origine hellénistique se trouvent aux côtés d’Isis et d’Horus issus de la culture égyptienne.
Une petite église a été insérée dans la partie ouest de l’enceinte, à côté de la porte de Jérusalem.
Il s’agit d’une chapelle construite à l’époque byzantine puis transformée à l’époque des croisades. Les trois absides étaient recouvertes de peintures tandis que les colonnes en granit noir sont identiques aux structures originales replacées dans le sol revêtu de marbres polychromes.
Le sable a recouvert le périmètre des enceintes des croisades. Certaines zones de la ville antique n’ont pas encore fait l’objet de fouilles. On peut s’attendre à des découvertes surprenantes.

 

Dernière mise à jour: 30/12/2023 15:44

Marie-Armelle Beaulieu

Devenir léger

Marie-Armelle Beaulieu

Le monde arabe “charmé” par le pape François

Preuve, s’il en est, que l’élection d’un nouveau pape a valeur universelle : les réactions se sont multipliées. Dans le monde arabe aussi, l’ouverture au dialogue manifestée par le pape François trouve de l’écho chez les musulmans et chez les chrétiens.

Julio de la Guardia

“Le nouveau pape est vraiment exceptionnel”

Ángel Kreiman est rabbin, argentin et vit dorénavant à Jérusalem. Il compte au nombre de ses amis, le “Père Jorge” comme il l’appelle et témoigne des liens qui l’unissent au Saint-Père.

Louise Couturaud

Quand les ex-dirigeants du Shin Beth sèment le trouble

À sa sortie en salle en Israël en janvier dernier, le film The Gatekeepers a fait salle comble. Le réalisateur, Dror Moreh, a donné la parole à six anciens dirigeants du Shin Beth, l’Agence israélienne de la lutte contre le terrorisme. Une parole dérangeante pour l’exécutif israélien.

Ami Ayalon : sans État palestinien pas de démocratie juive
Marie-Armelle Beaulieu

Ami Ayalon : sans État palestinien pas de démocratie juive

Ami Ayalon est un des six anciens directeurs de l’Agence de contre-espionnage israélien à avoir participé au documentaire The Gatekeepers. “La Terre Sainte” l’a rencontré et revient avec lui sur les propos qu’il a tenus.

Texte : Emma Mancini Photos : Lucia Ahmad/Cirque de Palestine

Les enfants du cirque

C’est une école du cirque pas tout à fait comme les autres. Autour des valeurs du cirque, esprit d’équipe, respect, complémentarité, elle veut faire passer un message politique. Mais aussi aider les enfants palestiniens à vivre des expériences positives fondatrices pour la construction de leur avenir.

Louise Couturaud

Le sanctuaire du Pater Noster dit Eléona

Après Sainte-Anne dans le numéro de mars-avril, Terre Sainte Magazine visite le second des quatre domaines nationaux français en Terre Sainte. Qu’on l’appelle l’Eléona, Domaine ou Carmel du Pater, il s’agit du même endroit situé au sommet du Mont des Oliviers. Un sanctuaire surprenant, déroutant même. On y découvre entremêlés des vestiges inachevés, un cloître encadrant une grotte, un jardin offrant une vue magnifique sur Jérusalem et un drapeau français flottant sur un domaine plus vaste qu’il n’y paraît…

Entretien réalisé par Louise Couturaud

Domaines nationaux : Une responsabilité vis-à-vis du monde entier

Dans ce numéro parait le second article sur un des quatre domaines nationaux français en Terre Sainte. Comment la France a-t-elle acquis ces domaines ? En quoi cela l’oblige-t-elle ? Le consul général de France à Jérusalem, M. Frédéric Desagneaux, a répondu aux questions que lui a posées Terre Sainte Magazine.