Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

En attendant le pape François

Rédaction
4 janvier 2014
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Ce ne fut pas une surprise d’apprendre que tous les dignitaires de la Terre Sainte, religieux et politiques, dès l’élection du pape François l’invitaient à se rendre ici. Invitation qu’ils ont renouvelée explicitement lors de leurs audiences respectives de ces derniers mois. C’en fut une d’apprendre, quelques semaines après son intronisation en mars 2013, qu’un voyage était envisageable dès l’année suivante.
Bien sûr le cinquantième anniversaire de la rencontre du pape Paul VI avec le patriarche Athénagoras offrait une occasion exceptionnelle, d’autant que l’actuel patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée Ier, invitait le pape François à renouveler ce geste historique.

À voir les papes se succéder depuis l’an 2000, on pourrait croire que la Terre Sainte est devenue un passage obligé. On pourrait s’habituer. On pourrait se lasser ? Chaque voyage pourtant a sa couleur singulière. Souvenons-nous de la prière que Jean-Paul II déposa dans les interstices du mur occidental, souvenons-nous de Benoît XVI, un pape allemand, ravivant la flamme du souvenir à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah, et le même pape, appelant, devant la barrière de sécurité qui sépare hermétiquement Palestiniens et Israéliens, à détruire d’abord les murs de haine que nous dressons dans nos cœurs.
En quoi la visite du pape François sera-t-elle différente ? On parle de la finalisation et de la signature des accords en pourparlers depuis près de 20 ans entre le Saint-Siège et l’État d’Israël. On peut tirer bien des plans sur la comète.
Pourtant, la lecture du numéro spécial que La Terre Sainte avait consacré au pèlerinage de Paul VI en 1964, nous a donné l’envie de voir ici le pape François.
En effet, les pages d’alors nous situent vraiment dans la proximité de Paul VI lors de son voyage historique. On est frappé par sa simplicité et par son audace. La façon dont le notent les rédacteurs de l’époque fait penser à la façon dont on entend parler depuis quelques mois du pape François. “On n’avait jamais vu un pape tenir ainsi un enfant dans ses bras. C’est un petit paralytique qu’il a reçu chez lui avant de partir. Chaque fois qu’il l’a pu sur son parcours, il a refait les mêmes gestes que Jésus : “Laissez venir à moi les petits enfants”.
Il est entré chez ce vieux paralytique, s’est entretenu avec lui, et le bénissant, lui a demandé de prier pour lui. II s’est arrêté quelques instants avec les voisins et les gens du quartier. Tout comme Jésus autrefois, il a voulu s’attarder dans tous les endroits où, urgente à soulager, l’appelait une misère humaine, un espoir à ranimer, un courage à relever.”

Jean-Paul II était déjà bien diminué quand il est venu. Benoît XVI n’avait pas le même charisme de la proximité. Le pape François est attendu parce que ce pays et tous ses habitants ont besoin d’être renouvelés, bousculés, parce qu’ils ont besoin de cette tendresse, de ces mots directs et sans détour. Espérons seulement que le dispositif de sécurité ne sera pas trop contraignant ! ♦

Dernière mise à jour: 04/01/2024 18:21

Marie-Armelle Beaulieu

Les papes simples pèlerins

Tell as-Sultan,  la plus ancienne ville du monde
Texte : Pietro Kaswalder - Photos : Rosario Pierri

Tell as-Sultan, la plus ancienne ville du monde

Hérode l’avait choisie pour y installer son palais d’hiver afin de goûter à la clémence de son climat. A-t-il jamais connu à Jéricho les températures négatives dont l’a gratifiée cet hiver 2013 ? En route vers la plus vieille ville du monde.

Un trésor méconnu
Marie-Armelle Beaulieu

Un trésor méconnu

À l’occasion de Noël, Terre Sainte Magazine avait organisé pour quelques grands médias francophones une visite exceptionnelle. Celle des coulisses de la restauration de la charpente de la Nativité.

Réapprendre à vivre en famille
Émilie Rey

Réapprendre à vivre en famille

Créée il y a plus de six ans, à Baéthléem, la Maison de l’Enfant a développé une approche personnalisée afin de soutenir des jeunes chrétiens issus de milieux difficiles.

Les dernières savonneries de Naplouse
Texte et photos : Miriam Mezzera

Les dernières savonneries de Naplouse

Rares sont les pèlerins qui entrent dans Naplouse. Parfois ils se rendent au Puits de Jacob, dans le camp de réfugiés à l’entrée de la ville, où Jésus rencontra la Samaritaine (1). Peut-être iront-ils à Sébaste (2), sur les hauteurs de la ville. Ou sur le Mont Garizim, sanctuaire des Samaritains (3). Mais Naplouse mérite le détour et pour son architecture mamelouke et ottomane et pour ses spécialités. Vous découvrirez ici les deux principales.

Le pèlerinage : une démarche spirituelle dans un pays incarné
Texte et photos : Marie-Armelle Beaulieu

Le pèlerinage : une démarche spirituelle dans un pays incarné

Comment améliorer les pèlerinages ? Comment aller mieux à la rencontre et des lieux et des habitants de ce pays ? Ces questions ont présidé aux travaux de la délégation de l’Association nationale des directeurs diocésains de pèlerinage (ANDDP) qui s’est rendue en Terre Sainte du 13 au 30 octobre 2013.

Paul VI  en Terre Sainte – La charte du pèlerin
Rédaction

Paul VI en Terre Sainte – La charte du pèlerin

À force de voyages de papes en Terre Sainte, on en oublierait la portée historique du premier pèlerinage effectué par le pape Paul VI. Pour mieux comprendre cet événement, nous vous proposons d’emprunter une machine à remonter le temps et de parcourir les pages du numéro spécial que lui consacra La Terre Sainte en mars-avril 1964.