Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Riwaq et le patrimoine architectural palestinien

Giulia Ceccutti
6 décembre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Même en période de pandémie, le travail du Centre pour la conservation architecturale fondé par l'écrivain et architecte Suad Amiry se poursuit aux portes de Jérusalem. De la protection du patrimoine culturel palestinien.


« Il a fallu une épidémie mondiale pour se rendre compte que la nature, la campagne et les villages sont les endroits les plus appropriés et les plus sains pour vivre. Et non les « caisses de ciment » des villes. Compte tenu des ressources limitées de la planète, du réchauffement climatique et du besoin urgent de recyclage, la conservation et la réutilisation des bâtiments historiques semblent être la seule chose sage à faire. La Palestine n’est pas un pays riche avec des gisements de pétrole ou de gaz. Sa richesse réside dans son histoire et son patrimoine culturel. La santé, l’éducation et la culture (y compris le patrimoine architectural) sont les domaines dans lesquels la majeure partie du budget d’un pays devrait être dépensée si nous voulons un monde juste et sain ».

C’est le postulat de départ de Suad Amiry, architecte et écrivain, à qui nous avons demandé de présenter les stratégies que le Centre Riwaq pour la conservation architecturale met en place pour faire face à la situation difficile actuelle. Le Centre Riwaq est l’organisation non gouvernementale qu’elle a fondée à Ramallah en 1991 et pour laquelle elle s’occupe aujourd’hui principalement de la collecte de fonds et du développement de relations et de contacts.

Un trésor en danger

Riwaq a pour vocation de protéger et de faire revivre – en impliquant les communautés locales – les bâtiments et les centres historiques dans les Territoires occupés. Depuis sa fondation, elle a restauré environ 130 bâtiments dans quelque 80 villages et villes de Cisjordanie et de Gaza. Le centre compte une quinzaine de membres dont la moitié sont des femmes, pour la plupart des jeunes d’une trentaine d’années. Ils sont architectes, restaurateurs, planificateurs, ingénieurs civils et experts en activités communautaires et culturelles.

L’urgence sanitaire – qui, comme on le sait, en Palestine a mis à genoux tous les secteurs liés au tourisme et à la culture – rend le patrimoine historique encore plus fragile, comme le confirme Shatha Safi, architecte et actuel directeur de Riwaq. « La réduction des ressources disponibles des donateurs en raison de l’évolution des priorités, d’une part, et le manque de protection juridique du patrimoine, d’autre part, ont rendu le travail dans ce secteur encore plus difficile. Notre patrimoine culturel est en danger : nous perdons de plus en plus de bâtiments et de sites importants ».

Une ressource économique

Pendant le confinement de ces derniers mois, certains projets de restauration et de conservation « d’urgence préventive » ont été interrompus, laissant place à de nouvelles menaces de détérioration des architectures et, dans certains cas, privant certaines familles de l’usage de leurs propres espaces.

« À ce stade, nous nous sommes concentrés sur la main-d’œuvre qui a perdu son emploi et s’est retrouvée sans revenu », explique Shatha. Une campagne a ensuite été lancée pour soutenir 31 travailleurs et leurs familles pendant deux mois, jusqu’à ce qu’ils puissent à nouveau accéder aux sites.

Nous avons ensuite essayé de dépasser l’urgence, de transformer le patrimoine culturel en une ressource génératrice de revenus. Riwaq a ainsi récemment investi dans la restauration de la villa de Huqqiyeh dans le village de Qalandiya, entre Jérusalem et Ramallah. Ce projet fait partie d’un projet plus vaste appelé Life Jacket Project. The Rehabilitation and Development of Rural Jerusalem (littéralement, Projet Gilet de Sauvetage. Réhabilitation et le développement de la Jérusalem rurale).

« Le projet tente de créer un cycle qui commence par la préservation des bâtiments historiques et les loue ensuite à des organisations locales et à des petites entreprises », explique Shatha. « Le produit de la location est consacré à un fonds du patrimoine qui vise à restaurer d’autres architectures, afin que le cycle puisse se poursuivre. L’idée est de dépendre de moins en moins des dons, liés aux circonstances sociales et politiques, et de parvenir à une certaine autonomie économique ».

L’implication des communautés locales

L’approche adoptée considère la Jérusalem rurale comme un contexte unique, et non comme un groupe de villages individuels. Un contexte urbain doté de relations historiques qui s’entremêlent d’une part entre les différents villages et d’autre part avec la grande ville de Jérusalem. Le plan, poursuit Shatha, « vise à renforcer la présence palestinienne et à résister aux tentatives d’occupation, de fragmentation et de déplacement, qui visent à isoler Jérusalem de son environnement populaire et naturel, à savoir la Jérusalem rurale ».

Comme la plupart des bâtiments historiques dans les Territoires palestiniens sont des propriétés privées, les communautés locales – en tant que premières gardiennes du patrimoine – jouent un rôle clé dans les relations qui s’établissement entre elles.

« Nous essayons également de travailler autant que possible avec les écoles, les organisations locales et les membres des communautés rurales », explique Shatha. « Nous transmettons nos connaissances, qui sont basées sur la recherche, les documents historiques et la tradition orale. Nous préparons également des contenus et du matériel pédagogiques à inclure dans le programme scolaire palestinien.

Un véritable « gilet de sauvetage » pour protéger un patrimoine ancien riche en valeur historique et humaine.

Sur le même sujet
La revue en vidéo

Découvrez le magazine papier
Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don