Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une maquette à l’échelle 1/25e de l’église du Saint-Sépulcre est en vente à Jérusalem

Andrea Krogmann pour KNA
22 décembre 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Comment l’église du Saint-Sépulcre est entrée dans un ancien poulailler - et pourquoi elle doit en sortir.


Les anciens poulaillers sont alignés sur le flanc de la montagne d’Even Sapir à la périphérie ouest de Jérusalem. Un peu plus au nord-ouest se trouve le monastère de Saint Jean du désert. Direction sud-ouest, s’ils n’étaient pas couverts par le massif bâtiment de l’hôpital Hadassah, on devinerait les dômes dorés du monastère orthodoxe russe de Gorny à Aïn Karem. Adam Brown a son atelier ici depuis environ 20 ans. L’une de ses œuvres les plus inhabituelles est conservée ici dans une espèce de container depuis à peu près aussi longtemps. Son histoire est aussi banale que mystérieuse et son avenir incertain.

Dans une cloison de bois compressé s’ouvre sur une pièce éclairée au néon. Le design industriel fonctionnel contraste avec la vue. L’église du Saint-Sépulcre remplit la pièce à l’échelle de 1/25e. Le modèle en polyuréthane mesure environ deux mètres et demi sur deux. La célèbre échelle de la façade, la pierre de l’onction, les lampes à huile, la lumière jaunâtre: Brown a fait attention aux moindre détails. Sous le grand dôme, une fenêtre en plexiglas permet de voir le saint des saints de l’église: l’édicule, qui, grâce à un mécanisme électrique, pivote sur son propre axe pour le spectateur.

Complètement agnostique

Le juif israélien d’origine britannique a étudié le design industriel à la célèbre Académie d’art et de design de Jérusalem Bezalel. Il ne voulait pas travailler dans ce domaine. Brown commence à concevoir et construire des présentoirs pour les musées et les centres d’accueil. Puis un jour, il y a environ 20 ans, un intermédiaire le contacte, se souvient l’artiste. « Quelqu’un à Moscou » passe commande pour la réalisation d’une douzaine de maquettes grand format d’églises importantes de Terre Sainte. Les maquettes étaient « destinées à être exposés ». Brown ne sait rien de plus sur le contrat et son historique.

À voir >> Vidéo: Visite dans un Saint-Sépulcre sans pèlerin

Il  se rend alors au Saint-Sépulcre, prenant autant de photos que possible. Les plans existants de l’église devraient devenir la base du modèle, « la procédure » normale pour chaque projet. Sauf que dans ce cas, le matériel était maigre. Il a du dessiner lui-même la plupart des plans en utilisant ses images. Le projet, très satisfaisant et excitant, n’allait pas chercher la moindre démarche religieuse dans l’œuvre: « Je suis complètement agnostique. »

Brown et un de ses collègues ont investi environ six mois de travail dans l’église miniature. Une deuxième maquette est réalisée : l’église grecque-orthodoxe de Cana. Puis tout s’est évanoui. « L’intermédiaire a disparu et a été retrouvé mort au bout de quelques mois. Il y avait toutes sortes de rumeurs, je ne sais pas ce qui est vrai », raconte Adam Brown. « Et je suis resté là avec les deux maquettes et un petit acompte. » Les églises sont entrées dans le container.

Aucune valeur marchande

L’artiste n’a pas fait de tentative sérieuse pour trouver un acheteur pour les deux objets de collection. Jusqu’à maintenant. Parce qu’Adam Brown s’attend à être expulsé. «Notre temps ici est compté », dit l’Israélien juif d’origine britannique à propos de lui-même et de ses deux partenaires avec lesquels il partage l’espace de travail. Les ateliers sont illégaux, comme toutes les installations industrielles aux alentours, car ils se trouvent dans des bâtiments qui sont en fait destinés à un usage agricole.

À voir >> Pierre par pierre: la cartographie du sol de la basilique du Saint-Sépulcre

Les maquettes monumentales de Brown, comme ses œuvres d’art en général, n’ont aucune valeur marchande. L’artiste espère toujours rencontrer le bon amant pour les pièces. Il aimerait en tirer 111 000 euros  à la vente, un prix négociable  à mesure que l’épée de Damoclès menace davantage l’atelier. « Je n’ai pas le cœur de jeter les maquettes, dit-il. Mais à un moment donné, je n’aurai peut-être pas d’autre choix parce que je n’aurai probablement plus l’espace pour les ranger. »

Les acheteurs en temps de Corona pourraient non seulement faire l’acquisition de l’une des plus importantes églises chrétiennes. Mais deviendraient les propriétaires du Saint-Sépulcre sous une forme qu’il serait difficile d’imaginer dans la vie réelle : sans aucun conflit confessionnel de propriété!

 

Avec l’aimable autorisation de l’Agence KATHOLISCHE NACHRICHTEN-AGENTUR GMBH

La revue en vidéo

Découvrez le magazine papier
Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don