Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’extraordinaire dans la banalité

Marie-Armelle Beaulieu
27 janvier 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

La vue plongeante sur l’édicule en cours de restauration est rare. Si la photo ne répond pas à la question : Qu’a-t-on vu à l’ouverture du tombeau de Jésus ?, elle permet aux lecteurs déjà venus de mesurer combien les travaux de restauration de l’édicule sont contraignants pour le lieu saint. Aux pèlerins ne reste plus autour de l’édicule que ce petit couloir surchargé où l’attente pour entrer dans le tombeau se fait à l’aveugle.

On se réjouirait presque qu’il y ait eu ces derniers mois une baisse de fréquentation des pèlerinages. Grâce à Dieu, ils ont repris à peu près en novembre au point d’ailleurs qu’Israël a comptabilisé un nombre record d’entrées dans le pays pour ce mois. Et ces jours-là, vous n’auriez pas du tout aimé être dans la basilique qui rivalisait avec la plus bondée des rames de métro.

Gali Tibbon est l’auteure du cliché. Gali est une photographe israélienne. Elle se dit agnostique, mais voue une vraie tendresse aux communautés chrétiennes du Saint-Sépulcre. Gali a ses entrées dans la basilique, parce que durant des années, elle était plus pratiquante que les pratiquants, enchaînant les clichés des chrétiens dans ce lieu où elle a passé des heures et des heures à suivre toutes les liturgies. Gali a à ce point ses entrées que c’est la seule photographe professionnelle qui a pu entrer dans l’édicule durant les 60 h qu’a duré l’ouverture du tombeau. Elle est la seule à avoir assisté à la fermeture. Ayant passé la nuit du vendredi 28 au samedi 29 dans l’édifice avec les équipes de la professeure Moropoulou.

Mais il y a eu aussi, quatre photographes de la Custodie. Le frère Enrique Bermejo qui s’est rendu au tombeau et a pu y entrer tous les jours grâce à sa bure franciscaine, l’auteur de ces lignes qui a pu faire quelques images dans le noir complet à la seule lumière de son smartphone le 27 au matin, Nadim et Nizar qui y sont allés le 27. Avant nous, et au moment de l’ouverture un photographe du National Geographic, qui moyennant une exclusivité a eu la primeur des premières publications.

Devant le rocher, nous avons tous été confrontés plus ou moins à la même difficulté : l’extraordinaire résidait dans la banalité. Et un certain nombre d’entre nous, Gali comprise, a été bouleversé par le moment qu’ils vivaient. Donc visuellement et pour les lecteurs, tout ne sera peut-être pas fascinant. Pour les archéologues et historiens en compensation, nos clichés documentent pour la première fois ce que mille ans de récits de pèlerins n’avait pas su décrire. C’est quand même pas mal !

Dernière mise à jour: 27/12/2023 20:06

Comment les jeunes chrétiens palestiniens construisent-ils leur identité ?
Kassam Maadi

Comment les jeunes chrétiens palestiniens construisent-ils leur identité ?

Si on vous le demandait, diriez-vous que vous êtes français chrétien ou chrétien français ? Quelle idée saugrenue de se définir ainsi pensez-vous. En Terre Sainte, on n’a pas vraiment le choix et pour un jeune palestinien, la question se pose presque tous les jours. Mais les réponses apportées varient. Rencontre avec Dalia, Marina et Johnny.

Marie-Armelle Beaulieu

Le rocher dorénavant visible pour les pèlerins

Vous auriez voulu voir le tombeau ouvert ? Revenez visiter Jérusalem ! Car c’est quasiment le cas. Depuis le mois d’octobre une fenêtre ouvre sur le vrai rocher.

Marie-Armelle Beaulieu

Bienvenus à bord

Editorial de ce numéro hors norme de Terre Sainte Magazine.

Nizar Halloun

Nous voulons que notre peuple reste ici, sur sa terre

La communauté syriaque orthodoxe de Jérusalem est éprouvée par la réalité géopolitique qui conduit la situation des chrétiens de Terre Sainte à se dégrader lentement. Mais pas inexorablement pour Mgr Mor Severios Malki Mourad son pasteur.

Existe-t-il une identité arabe  ?
Propos recueillis par M-A. Beaulieu et N. Halloun

Existe-t-il une identité arabe  ?

S’il s’avère qu’on appelle Arabes aujourd’hui des populations qui vivent sur une bande qui va du Maroc au sultanat d’Oman, existe-t-il pour autant sur ce territoire une identité assez homogène pour la nommer “identité arabe ?”

Antonia Moropoulou: “Je ne m’attendais pas à trouver le lit de pierre à une telle hauteur”
Marie-Armelle Beaulieu

Antonia Moropoulou: “Je ne m’attendais pas à trouver le lit de pierre à une telle hauteur”

Le nom de la professeure Antonia Moropoulou a fait le tour du monde en quelques heures. C’est elle qui a fait dé-couvrir le lit funéraire de Jésus, au Saint-Sépulcre. À sa plus grande surprise, puisqu’elle ne s’attendait même pas à le trouver là. Explications.

L’histoire de l’Église syriaque en Terre Sainte
Nizar Halloun

L’histoire de l’Église syriaque en Terre Sainte

Sa tradition puise aux sources de la foi chrétienne. L’Église syriaque orthodoxe, pour être une des plus petites églises orientales présentes en Terre Sainte, n’en est pas moins une des plus belles et des plus riches. Rencontre avec son historien et le gardien de sa mémoire.

Frans Bouwen, m.afr.

Du conflit à la communion

Lorsque le pape François s’est rendu en Suède l’évêque luthérien de Terre Sainte était à ses côtés. Un signe important pour les luthériens qui vivent ici.

Israël et Palestine, “États ethniques” : une solution valable ?
Propos recueillis par Arianna Poletti

Israël et Palestine, “États ethniques” : une solution valable ?

L’élection de Donald Trump donne des ailes aux partisans d’un Grand Israël allant du Jourdain à la Méditerranée.  Mais si la politique israélienne décidait de l’annexion des territoires palestiniens à l’état hébreu, cet État serait-il vraiment un État juif ? Le statisticien israélien d’origine italienne Sergio Della Pergola jette un pavé dans la mare de la droite : un État où les juifs ne seraient pas majoritaires n’est pas légitime. Pour autant ses positions ont de quoi faire bondir ceux qui pensent que la paix passera par la capacité à vivre ensemble. Della Pergola, lui, prêche pour des “États ethniques”.