Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Covid-19 : la fermeture du Saint-Sépulcre, une mesure parmi tant d’autres en Israël

terrassant.net
25 mars 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Covid-19 : la fermeture du Saint-Sépulcre, une mesure parmi tant d’autres en Israël
Des policiers israéliens montent la garde dans le quartier de Geula à Jérusalem le 25 mars 2020, alors qu'ils arrivent pour fermer des magasins dans la zone suite à un ordre de l'État. ©Yonatan Sindel/Flash90

Depuis le 25 mars au soir à Jérusalem, la basilique du Saint-Sépulcre s'ouvre au culte, et seulement pour quelques fidèles, uniquement lors des célébrations liturgiques. C'est l'une des décisions prises par les autorités pour contrer la propagation du Covid-19.


(G.S.) – Dans l’après-midi du 25 mars, vers 17h, heure locale, la police israélienne a ordonné la fermeture de la basilique du Saint-Sépulcre pour au moins sept jours dans le cadre des mesures prises pour contrer la propagation du Covid-19.

Les autorités ecclésiastiques qui ont la garde de la basilique ont pris note de la décision. Au cours de la soirée, les contours des dispositions ont été précisés et ce 26 mars matin, le Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophilos III, le Custode de Terre Sainte Francesco Patton et le Patriarche arménien de Jérusalem Nourhan Manoughian, ont diffusé un communiqué expliquant que la vie liturgique dans la basilique suivait son cours, jour et nuit, et était assurée par les moines et les frères qui gardent les lieux de façon permanente. La prière deviendra plus intense encore. La basilique restera accessible uniquement pendant les célébrations liturgiques, mais seul un petit nombre de personnes y sera admis, afin d’éviter les risques de contagion.

Ces religieux responsables de la basilique, tout en maintenant la basilique ouverte au culte, ont demandé à tous de respecter certaines mesures de précaution. Il leur était notamment demandé de ne pas former de groupes de plus de dix personnes (comme chacun est tenu de le faire en Israël) ; de garder une distance minimale de deux mètres entre eux ; d’éviter toute forme de dévotion exprimée par contact physique, comme embrasser ou caresser des pierres, des vêtements, des icônes ; de se conformer à toute disposition des autorités civiles compétentes.

Nouvelles restrictions à la liberté de circulation 

Le 25 mars, le bureau du Premier ministre israélien a annoncé une longue série d’autres décisions prises par le gouvernement hier soir. Elle vise à lutter contre la pandémie, qui a fait 5 victimes. Par ailleurs, on compte 2 170 cas jusqu’à présent dans l’Etat hébreu (86 cas dans les Territoires palestiniens, dont 7 dans la bande de Gaza ; il y a eu aussi le premier mort).

Les nouvelles mesures de précaution s’appliquent depuis aujourd’hui 17h, et restent en vigueur pour 7 jours.

Tout le monde doit rester chez soi. Il n’est permis de sortir que pour des raisons bien précises : aller travailler si on y est autorisé ; acheter de la nourriture, des médicaments et des produits ou services de première nécessité ; suivre un traitement médical ; donner son sang ; se rendre à une convocation judiciaire ; se rendre au Parlement ; participer à un petit nombre d’autres activités spécifiques autorisées par le gouvernement ; recevoir des soins des services sociaux.

Il est également permis de sortir pour offrir une assistance médicale à une personne en difficulté. Il est possible de participer aux prières, aux funérailles, aux mariages et aux circoncisions en étant dans un lieu ouvert. Les femmes qui doivent subir le bain rituel prévu par les normes religieuses juives devront le faire en se mettant d’accord en amont avec les mikveh, les bains rituels. Les travailleurs chargés des services vitaux peuvent accompagner les mineurs dans les établissements d’enseignement autorisés. Les conjoints séparés peuvent accompagner les enfants mineurs au domicile de l’autre parent.

Tout le monde est autorisé à mettre le nez dehors pour prendre l’air, mais sans s’éloigner de plus de 100 mètres de son logement.

Les services de transport public sont réduits de 75%. Les taxis ne peuvent prendre qu’un seul passager à la fois, deux uniquement si cela est nécessaire pour accompagner une personne ayant besoin d’une assistance médicale. Les passagers doivent cependant être assis sur les sièges arrière et les fenêtres doivent rester grandes ouvertes. Il ne faut pas plus de deux passagers dans les voitures privées.

Attention à la fièvre !

Dans tous les lieux publics, une distance de deux mètres entre les personnes doit être respectée.

Sur les lieux de travail, la fièvre des travailleurs doit être mesurée à l’entrée et ceux dont la température corporelle est supérieure à 38 degrés ne sont pas admis.

La livraison à domicile de tout type de produit est autorisée, à condition qu’elle soit laissée sur le seuil de la porte, en évitant tout contact entre les personnes. Les magasins qui peuvent rester ouverts sont les kiosques à journaux, les épiceries, les magasins d’électroniques, d’appareils électroménagers et de produits de santé. Les pharmacies également, les opticiens, ceux qui vendent des produits d’hygiène. En aucun cas, plus de quatre personnes ne peuvent être admises en caisse.

Toute personne qui ne respecte pas ces règlements commet une infraction pénale et est passible de sanctions administratives.

Toutes les personnes de plus de 60 ans ou particulièrement fragiles pour des raisons de santé sont vivement encouragées à rester chez elles pour éviter de s’exposer à des risques.

Dernière mise à jour : 27/03/20 à 07h10

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici