Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Vidéo: Souvenirs du passé : souvenirs et bénédictions de la Terre Sainte

Christian Media Center
26 janvier 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Croix, bagues, médaillons et bracelets, mais aussi burettes pour l’huile sainte, à rapporter de Terre Sainte en souvenir.
Au Musée d’Israël à Jérusalem, les souvenirs des premiers pèlerins en Terre Sainte, à l’époque byzantine, sont exposés, exprimant une dévotion pas trop éloignée de celle de notre époque : toucher la sainteté des lieux et rapporter quelque chose à partager à leur retour.

DAVID MEVORACH
Conservateur de la section grecque, romaine et byzantine – Musée d’Israël
« Au IVe siècle, les lieux saints ont été redécouverts et cela a déclenché un énorme flux de pèlerins, qui ont visité les lieux saints les uns après les autres et, fait intéressant, ont fait ce que nous faisons aujourd’hui : ils ont acheté des souvenirs pour les ramener chez eux. »

À l’époque, comme aujourd’hui, les souvenirs étaient liés aux lieux visités : l’Annonciation à Nazareth, la Nativité et l’Adoration des Mages à Bethléem, tandis que les reproductions de crucifixions et de résurrections abondaient sur les étals à Jérusalem.

DAVID MEVORACH
Conservateur Section grecque, romaine et byzantine – Musée d’Israël
« Toucher la sainteté de ces lieux signifiait aussi l’emporter avec soi et, une fois rentré chez soi, la partager avec les amis et la famille qui ne pouvaient pas venir. »

Nous suivons les traces des pèlerins et arrivons au musée Terra Sancta. Nous sommes accueillis par le frère Eugenio Alliata, archéologue et directeur du musée.

Fr. EUGENIO ALLIATA, ofm
Directeur du musée Terra Sancta
« Pour les chrétiens, les souvenirs religieux ont un nom particulier, du moins les anciens. On les appelle des eulogies, ce qui signifie « bénédiction ». Ces objets doivent nous rappeler les lieux saints et porter une bénédiction de Dieu pour le reste de notre vie. »

Dans les ampoules, hier comme aujourd’hui, les fidèles recueillent l’huile des lampes qui brûlent sur les lieux saints.

Fr. EUGENIO ALLIATA, ofm
Directeur du musée Terra Sancta
« Dans ce cas, il s’agit d’une burette trouvée à Jérusalem. Elle représente le Mont Calvaire, et sur le Mont Calvaire il y a une croix principale, qui est la croix de Jésus, et deux croix sur les côtés qui, selon l’Évangile, étaient celles des voleurs crucifiés avec Jésus le même jour. C’est une représentation très typique de Jérusalem. »

Le Musée possède également une pièce spéciale, offerte par un collectionneur privé : un moule pour la fabrication de burettes, également trouvé à Jérusalem. Sur un côté se trouve une représentation du prophète Daniel au milieu de lions.

Fr. EUGENIO ALLIATA, ofm
Directeur du musée Terra Sancta
« De l’autre côté, le patriarche Abraham se prépare à offrir son fils Isaac en sacrifice sur le mont Moria. Pour les chrétiens, le mont Moria est le mont Calvaire lui-même, car Isaac est le type du sacrifice de Jésus. »

En attendant le retour des pèlerins, le musée est en cours de rénovation et d’agrandissement, et ces pièces seront hébergées dans une nouvelle salle qui sera consacrée aux objets votifs.

Sur le même sujet

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don