Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La femme à la barre du navire

Eliora Mischler
30 juillet 2013
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

La complémentarité de l’homme et de la femme, c’est la raison d’être du couple. Pour Corinne B, juive ultra-orthodoxe, une femme ne s’épanouit pas en imitant son conjoint. Puisqu’elle n’a pas la même mission que lui, D.ieu n’a pas les mêmes exigences envers elle.


Que pensez-vous des “femmes du Mur” ?
Je pense que ces femmes font de l’excès de zèle. De mon point de vue, elles n’ont pas trouvé leur voie dans la spiritualité. Elles essaient d’imiter les hommes à la recherche de leur chemin. Mais je leur conseillerais de considérer d’abord ce qu’elles peuvent faire en tant que femmes. En effet, les femmes ont un très gros potentiel spirituel quand bien même nous n’avons pas le même nombre de commandements que les hommes pour nous rapprocher de D.ieu. Il ne faut surtout pas perdre de vue que l’homme et la femme sont complémentaires. Le foyer est comme un navire. À bord, il n’y a de place que pour un capitaine et c’est l’homme. Même si la femme est beaucoup plus intelligente car c’est elle qui tient la barre mais elle doit laisser à l’homme le titre de capitaine. S’il y a deux capitaines, le navire va à sa perte. J’insiste, même si la femme est soumise à son mari elle peut guider son mari afin qu’il prenne les bonnes décisions, c’est-à-dire celles qui vont dans le sens qui l’arrange. Parce qu’elle est une femme, elle sait comment faire évoluer la vision de son époux et l’amener à voir les choses en grand. La femme est une “aide contre son mari”, contre les mauvais penchants et côtés de son mari. L’homme et la femme sont faits l’un pour l’autre comme nous le rapporte l’épisode sur Adam et Ève dans la Genèse.

Comment interprétez-vous l’histoire d’Adam et Ève ?
À partir du moment où Adam et Ève ont été chassés du jardin d’Éden, leur existence physique a pris beaucoup plus de poids. Était-ce la volonté de D.ieu de faire souffrir Adam et Ève ? Je ne peux pas répondre. L’enfantement ou le travail ne sont pas forcément une souffrance en soi. Ève a voulu servir D.ieu à un niveau beaucoup plus difficile où la tentation est plus forte, donc elle doit faire face aux conséquences. Ce n’est pas D.ieu qui a voulu qu’ils vivent dans le danger et la tentation. Ça a été le choix d’Adam et Ève, mais D.ieu n’a pas créé l’Homme pour qu’il souffre. C’est une des grandes leçons du judaïsme : nous sommes créés pour profiter de ce monde que D.ieu a créé mais nous devons disposer des bonnes clés sinon on réagit de façon inappropriée et on pervertit le système que D.ieu a instauré. Ces clés sont les 613 commandements que D.ieu a donnés aux juifs et les 7 lois noahides (1) à tous les peuples de la terre.

Quelle est la vie quotidienne d’une femme ultra-orthodoxe ?
Servir D.ieu, c’est être le pilier de la maison et la tâche est très importante auprès des enfants. La femme est par essence indispensable au bon fonctionnement de sa maison. Elle ne peut pas laisser en plan toute sa famille pour aller prier ou exécuter tel ou tel commandement journalier. Je peux faire ma prière quand je veux pendant la journée ou la nuit ; et si je n’ai pas le temps, alors je ne la fais pas. Ce n’est pas un devoir ; je ne suis pas obligée de la faire. Si je ne prie pas, je ne serai pas punie. Je sers D.ieu dans tout ce que je fais ; mes pensées sont sans cesse reliées à lui pour qu’il me guide en tout, surtout si un enfant est malade ou qu’il faut prendre une décision pour la famille. Une maman fait appel à Dieu en permanence ! Ce qui compte par-dessus tout, c’est la sincérité du cœur. Je m’adresse tout simplement à lui, lui confesse ce qui me fait mal, le remercie pour tout le bien qu’il m’octroie.
Quant aux commandements propres à la femme, au début, cela peut être vu comme une contrainte, mais une fois que l’on prend l’habitude de les accomplir, on apprend à en apprécier le but : devenir l’esclave de D.ieu et donc devenir libre. Ces liens qui pourraient paraître nous enchaîner, en réalité nous libèrent.


Fiche d’identité – Corine B. de Modiin

Née au Maroc, Corine B. a grandit dans le sud de la France. Elle est venue s’installer en Israël il y a 14 ans avec son mari et leurs 5 enfants. Ancienne gymnaste elle est actuellement professeur de sport ; des cours réservés aux femmes exclusivement car elle est ultra-orthodoxe.


(1) Les 7 lois de Noé, ou lois noahides : établir des tribunaux ; interdiction du blasphème, de l’idolâtrie, des unions illicites, de l’assassinat, du vol et de manger la chair arrachée à un animal vivant.

 

Dernière mise à jour: 30/12/2023 21:26

Marie-Armelle Beaulieu

Le combat des “Femmes du Mur“

Marie-Armelle Beaulieu

Une pensée pour nos lecteurs

texte : Pietro Kaswalder - Photos Rosario Pierri

Arad et Mamshit, villes du désert

Avec le numéro de l’été, nous partons à la découverte de deux antiques cités dans le désert du Néguev. Elles sont classées par l’Unesco au Patrimoine mondial “sur la route de l’encens”.

Cyrille David

Une “route des vins” pour le désert du Néguev

Sous le soleil du désert, sur les terrains de l’exploitation familiale “Carmey Avdat”, des vignes sont cultivées depuis une quinzaine d’années avec l’aide du gouvernement israélien. Essentiellement du Merlot et du Cabernet-Sauvignon. Ce faisant, elles renouent avec une culture déjà pratiquée sur place il y a 2 000 ans.

Serena Picariello

La Jérusalem chrétienne veut se raconter

Raconter les racines du christianisme et des lieux qui en portent la mémoire, ainsi se définit l’ambitieux projet que s’est fixé la Custodie de Terre Sainte et pour la réalisation duquel elle entend aménager trois nouveaux musées dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Cyrille David

18 ados musulmans à la découverte de Jérusalem

Toute une classe d’adolescents musulmans est venue visiter Jérusalem pour la première fois de leur vie. Une visite qui devait avoir lieu en langue française et qu’on avait demandé à Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine de guider. Retour sur une visite pas ordinaire.

Louise Couturaud

Abou Gosh : Un bien joli tas de pierres

Sur la route en direction de l’aéroport de Tel Aviv, le monastère bénédictin d’Abou Gosh, situé sur un des lieux présumés de l’Emmaüs évangélique est, selon les critères européens, l’une des plus belles églises de Terre Sainte (avec la basilique Sainte-Anne). Comment ce joyau de l’art roman est-il devenu propriété de la France ? C’est le troisième des quatre Domaines nationaux que Terre Sainte Magazine vous invite à découvrir.

Eliora Mischler

Le shabbat oriente ma semaine

Hannah Berg n’entendait pas que la gent masculine lui dicte sa loi, du moins avant d’être mère. Une vision religieuse et réaliste du monde juif, entre tradition et modernité, assez représentative somme toute du courant moderne orthodoxe auquel elle appartient.

Eliora Mischler

Dieu n’a pas puni Ève

Sans être féministe, Vered Hollander-Goldfarb soutient pleinement les Femmes du Mur. Cette enseignante n’est pas partisane, elle est rationnelle. L’interprétation des textes religieux et leur observance épanouissent pleinement cette juive du mouvement Massorti.