Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Un roi belge pour Jérusalem

Marie-Armelle Beaulieu
15 janvier 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Un roi belge pour Jérusalem
D’un roi à l’autre. La statue de Godefroy de Bouillon qui inspirait à Denys Cochin de confier les Lieux saints de Palestine à la Belgique ©Eric Chaumont

C’est le genre d’information que l’on trouve sans la chercher. Les perdants de l’histoire ont toujours tort. Pourtant, le désir de mettre Jérusalem sous tutelle de la Belgique a bel et bien existé. Elle aurait fait d’Albert Ier, roi des Belges, le roi de Jérusalem.


Il y a deux ans encore, à l’issue de la messe du 15 novembre, on entendait résonner dans l’église du couvent franciscain Saint-Sauveur, en vieille ville de Jérusalem, l’hymne national belge, la Brabançonne. Si l’actuel Consul général a renoncé à ce privilège, il n’en est pas moins présent à la messe organisée chaque année par la Custodie pour la Belgique et ses dirigeants à l’occasion de la fête du Roi.

La communauté belge y est présente en petit nombre. Mais quel lustre revêtirait la fête si le projet avait pris corps : celui de confier Jérusalem à la Belgique. Ce n’est pas à cause des quelques similitudes qui existent entre la Terre Sainte et la Belgique qu’a germé une telle idée. Deux pays qui peuvent se vanter d’avoir une terre, deux langues, deux peuples, un passé commun et un avenir à construire ensemble. Non, l’idée est née dans le cerveau de quelques industriels qui la soufflèrent aux politiciens.

Lire aussi >> Visite du roi belge Albert au Saint-Sépulcre

Au début du XXe siècle, l’empire ottoman était en déliquescence et déjà les puissances européennes songeaient à se le partager. Le sujet faisait partie de l’actualité au point d’être repris en Une du Gaulois (qui devait fusionner plus tard avec Le Figaro), par un député de Paris, Denys Cochin. Le 17 novembre 1914 il écrivait : “Quand la ruine de l’empire turc se sera achevée (…) quel sera alors le destin que les puissances chrétiennes voudront assurer à la Palestine ? Ces puissances ne sauraient oublier que la question des Lieux Saints est devenue, il y a soixante ans, entre la France, l’Angleterre et la Russie, une cause ou au moins un prétexte d’inimitié.(…) Elles chercheront à confier la Palestine à une puissance chrétienne, aimée de ses grandes voisines et ne leur portant pas ombrage. »

La terre sainte en cadeau

« Si cette pensée occupe alors l’esprit des diplomates, qu’ils veuillent bien se rendre à Bruxelles, sur la place Royale, et qu’ils contemplent le chevalier de bronze (…) Je serais bien étonné si la vue de cette statue ne leur inspirait pas une heureuse solution du problème des Lieux Saints. Ils s’avanceront sous les fenêtres du palais et salueront Albert Ier, digne successeur de Godefroy de Bouillon, roi des Belges et roi de Jérusalem. Tel est le vœu que je forme pour la gloire de notre noble allié et pour la paix de l’Europe chrétienne.”

De Bouillon (dans les Ardennes belges) à Jérusalem. Logique implacable au point qu’Albert Bassompierre, alors attaché à la direction des Affaires étrangères belges, écrivait en janvier 1915 : “La Terre Sainte pourrait nous être offerte en souvenir de Godefroy de Bouillon. »

Lire aussi >> De la légende à la réalité : l’épée « de » Godefroy de Bouillon

Mais la réalité était moins prosaïque. Et le même Bassompierre d’ajouter : “L’industrie belge, qui doit de toute nécessité trouver au dehors des débouchés, se dit qu’elle a plus à gagner de la possession économique assurée d’un riche marché lointain que d’un accroissement territorial qui ne ferait qu’élargir nos frontières.” Les Neuray, de Gaiffier, Empain, Rolin, van Eetvelde, de Broqueville, qu’ils fussent politiciens ou industriels, se ralliaient aux idées de l’homme qui s’activait à les inspirer : Alfred Eid, vice-consul de Belgique en Égypte où sa famille, d’origine syrienne, avait de nombreux intérêts. En Palestine les industriels visent les “organisations urbaines : tramways, éclairage électrique, distribution d’eau”, en plus de l’agriculture.

« Le Roi, la Loi, la Liberté !”

En 1916, le projet n’avait rien d’une chimère. Les politiques belges travaillent à en dessiner les contours en vue des accords de Sykes-Picot. Lors de la conférence de Saint-Jean de Maurienne, en 1917, la France elle-même votait une résolution secrète pour confier les Lieux saints à la Belgique. Le dossier semble avancer. Les Britanniques avancent eux aussi, mais sur le terrain. En pleine Première Guerre mondiale, ils conduisent les batailles visant à libérer la Palestine des Turcs et de leurs alliés allemands.

Ni les victoires britanniques ni la Déclaration de Balfour (novembre 1917) ouvrant à la création en Palestine d’un “foyer national juif” ne découragent les Belges. C’est la Conférence de Paris qui sonne le glas des espoirs. Elle s’achève en 1920 en faisant naître la SDN, Société des Nations, laquelle confiera la même année un mandat sur toute la Palestine aux Britanniques.

Lire aussi >> 100 après la déclaration de Balfour trainée en justice ?

Dans le même temps, les politiques belges reçoivent, en provenance de leur personnel diplomatique en Égypte, quelques informations sur la famille Eid. Leurs intérêts personnels auraient par trop conduits leurs suggestions et nourri un rêve dorénavant déçu. Cela ne leur sera pas pardonné. Alfred Eid doit démissionner de son poste de vice-consul de Belgique au Caire, et ne trouvera plus jamais à se placer dans la diplomatie belge en Orient.

Quant à Jérusalem et aux Lieux saints, on n’y entendit jamais dans les rues chanter ces mots : “Tu vivras toujours fière et belle, Plus grande dans ta forte unité, Gardons pour devise immortelle : Le Roi, la Loi, la Liberté !”

Dernière mise à jour: 29/12/2023 16:41

Mgr Georges Bacouni: « Quel pasteur aurais-je été ? »
Propos recueillis par N. Halloun et M.-A Beaulieu

Mgr Georges Bacouni: « Quel pasteur aurais-je été ? »

Mgr Georges Bacouni est l’archevêque grec-catholique du diocèse de Terre Sainte regroupant, toutes confessions chrétiennes différentes, le plus grand nombre de fidèles. Sans langue de bois, il a répondu aux nombreuses questions de Terre Sainte Magazine.

Rami et Bassam, des larmes pour un monde meilleur
Mélinée Le Priol

Rami et Bassam, des larmes pour un monde meilleur

Après avoir perdu chacun une fille dans le conflit israélo-palestinien, ces deux hommes sont devenus comme “des frères”. Bien qu’appartenant aux deux camps ennemis, ils ont choisi la voie du dialogue. Rencontre.

Les juifs attendent-ils toujours le Messie ?
Gabriel Abensour

Les juifs attendent-ils toujours le Messie ?

Quand une question un peu pointue se pose sur le judaïsme, Terre Sainte Magazine fait appel à Gabriel Abensour, jeune juif d’obédience “moderne orthodoxe”, qui excelle à répondre à nos interrogations et vient combler nos lacunes. Et figurez-vous, le Messie n’est peut-être pas aussi attendu qu’on croit !

Il ne s’agit pas de n’importe quel messie mais de Yeshoua
Hélène Morlet

Il ne s’agit pas de n’importe quel messie mais de Yeshoua

Gershon Nerel est un juif qui croit en Yeshoua (Jésus). Il pense aussi que son retour est proche. Preuve en est : la création de l’État d’Israël.

Sans la révélation de son messie Yeshoua, le peuple juif n’est pas sauvé
Hélène Morlet

Sans la révélation de son messie Yeshoua, le peuple juif n’est pas sauvé

Jacques Elbaz, juif messianique et protestant évangélique ne cache rien de son amour indéfectible pour Israël. Mais il espère la reconnaissance par son peuple de Yeshoua (Jésus) comme son messie.

Le messianisme en dialogue avec l’Eglise catholique
Hélène Morlet

Le messianisme en dialogue avec l’Eglise catholique

Quand il s’agit du Messie et de messianisme en Israël, les juifs qui croient en Jésus sont incontournables. Pourtant leurs paroles ont de quoi surprendre les catholiques issus de la gentilité. Spécialement quand une lecture littérale de la Bible mélange nationalisme et religion.

Miséricorde et unité
Frans Bouwen, m.afr.

Miséricorde et unité

Miséricorde et recherche de l’unité entre les chrétiens sont inséparables. Les excommunications de 1054 ne visaient pas directement les Églises de Rome et de Constantinople, mais les personnes contre lesquelles elles étaient dirigées.

Marie-Armelle Beaulieu

Qui est vraiment au capital de Terre Sainte Magazine ? – TSM 641

Terre Sainte Magazine ne veut pas grandir pour grandir ni grandir pour s’enorgueillir. Terre Sainte Magazine veut grandir pour mieux servir cette région, et la vision de paix de tous ses habitants.

par Marie-Armelle Beaulieu

Cap sur les 100 ans

Article paru page 2 de Terre Sainte Magazine 641, janvier-février 2016